shooting stars


drunkards • ft. Ombreline

avatar
Messages : 52
Pokédollars : 2560
Jeu 9 Fév - 23:39

 
Regret

To Agena : send nudes
 
Taylor poussa un soupir en passant une main dans sa chevelure. La journée avait été rude pour lui ; il avait dû courir entre les différentes zones de Basilia, s’informer des quelques nouvelles inquiétantes qui couraient, selon quoi des épidémies assez graves se répandaient en ce moment. Evidemment, ce genre de dires avait de quoi inquiéter Agena, qui veillait à ce que personne ne soit touché, particulièrement lui-même. Mais plus que ça, les évènements d’hiver qu’organisaient Gaïa lui prenaient du temps, sans parler de son implication dans le refuge de Neapolis ! Autrement dit, il n’avait pas une minute à lui.

L’hiver ne lui faisait pas du bien. Le déprimait.

Il avait peut-être besoin de repos, ne serait-ce qu’une soirée de détente. Pas mal de membres de Gaïa lui suggéraient déjà de prendre une pose. Après tout, leur leader gérait tellement bien l’Association qu’ils réussiraient à accomplir toutes leurs opérations en un rien de temps, et ils avaient raison. Un d’entre eux lui glissa d’un air amusé de penser à sa Saint-Valentin, ce qui lui avait valu un regard méprisant de la part de certains autres. Et si il s’obstinait à dire qu’il n’avait pas besoin de prendre le moindre congé et qu’il était capable de tout gérer parfaitement, il finit par se dire qu’ils avaient raison. Ce ne serait que l’affaire d’une soirée, après tout.

N’empêche, il était devenu bien fragile depuis qu’il avait quitté Atlas. Ca l’amusait autant que ça l’attristait.

C’est ainsi qu’il se prépara à sortir un peu dehors, un soir de février. Merci au réchauffement climatique et aux gaz dégagés par les Pokémon feu, il ne devait pas faire bien froid, mais il se permit tout de même de mettre un gros manteau et des gants avec lui. Les jours se faisaient plus courts, et le port de ses lunettes de soleil, plus absurde ; mais on ne lui poserait pas de questions. Les choix vestimentaires douteux étaient, après tout, bien plus courants que les handicapés dans ce monde où tout était possible.

Et, sur son chemin, il rencontra un membre de Gaïa prêt à s’échapper aussi, manquant de se cogner contre elle par inadvertance sans la voir. Ombreline Snively. On ne pouvait pas la manquer (même si il avait failli le faire, dans un sens) ; avec ses cheveux noir de jais, ses vêtements punk et sa tendance à brailler, elle tranchait un peu avec le côté doux et relaxant de l’Association. Pourtant, si il avait du mal à l’appréhender, surtout parce qu’il était bien trop calme et coincé pour ce type de personnalités, il ne pouvait que l’admirer pour sa facilité à remonter ses collègues et instaurer une bonne humeur dans les locaux Gaïa.

« Bonsoir, Ombreline. Tu sors aussi ? A moins que tu ne rentres chez toi, bien sûr, mais il me semble que tu as tendance à… occuper les fauteuils de l’Association habituellement. »

Il ne savait pas trop lui-même, pour être honnête. Les habitudes de cette femme étaient un grand mystère pour lui, mais il ne pouvait que se qualifier d’intrigué.

« Enfin, personnellement, je n’ai aucune idée d’où je vais, mais on m’a conseillé de prendre du bon temps. Je pense que tu ne peux qu’être plus avancée que moi, alors si tu as le moindre conseil… »

Petit sourire poli, amical. Comme il sait les faire. Il n’avait aucune idée des regrets que pourraient causer son éternelle naïveté.  

– Ney☆
avatar
Messages : 17
Pokédollars : 1140
zone libre : Merci a Ney le destructeur pour l'avatar -bjr-
Mar 14 Fév - 17:51

Ombreline • ft. drunkards

Le bruit des ongles frappant le sol se stoppa, au grand soulagement des pauvres êtres tourmentés par ce tic nerveux depuis bientôt deux heures. Ombre avait finit son rapport d'analyse, elle avait l'habitude d'écrire d'une main et de frapper le pauvre sol de ses faux ongles de l'autre. Comment faisait elle pour frapper le sol en travaillant? Ombreline travaillait assise sur le sol. Une simple fantaisie. Par ce geste anodin elle hurlait, 'Regardez, je fait ce qui me plait parce qu'ici la liberté est autorisé'. Ce n'était rien, mais pour elle qui devait cumuler aisément une dizaine de ces petites manies, cela commençait à avoir du sens. Un cumul de chose stupide pour créer une montagne capable de bousculer l'ordre établit.

C'était trop beau.

S'ensuivit alors une traditionnel rire moqueur, ce rire que l'on accordait le plus souvent aux méchants des vieux jeux vidéos. Ici plus personne n'étais surpris depuis longtemps. Ombre avait pour coutume de montrer qu'elle pouvait être plus rapide que les autres en marquant la fin de son travail de ce rire. Cette manie, qui avait beaucoup agacé au début, n'en était plus rien. Tout le monde avait finit par comprendre, que plus qu'une critique, Ombreline faisait surtout cela pour les encourager, car plus efficace ils étaient, plus vite ils pourraient analyser la situation dans son ensemble et trouver des solutions à leurs problèmes.

C'était tout ce qui comptait pour l'association, non?

Elle laissa glisser son regard sur la fenêtre, ainsi assise sur le sol elle ne voyait que le ciel, et cela lui allait parfaitement. L'hiver continuait d'étaler son manteaux  sur la ville. L'hiver était une belle saison, tout comme les trois autres. Pourtant, il semblait effacé par le réchauffement climatique. C'était effrayant. Consternant. Effarant.... C'était plein de mauvaises choses finissant en 'Ant'. Les mots en 'Ant' ce n'étais jamais une bonne chose.

Jamais.
En aucun cas.

Pourtant cette nature apprivoisé l'attirait et le besoin irrépressible de sortir vint la hanter. S'échapper. Côtoyer de près ou de loin cette utopie. Alors qu'elle même et tous ceux présent dans la pièce savait que si elle sortait pour voir la nature, elle finirait forcement dans un bar. C'était la dur lois de l'attraction par l'alcool. Se relevant, elle enfila sa veste et sortit d'un pas pressant, non sans d'abord perdre une bonne dizaine de minute a dire en revoir a absolument tout le monde. Quand enfin, elle sortit, elle se plongea dans ses pensés, laissant ses pas la guider ou ils le voudraient -dans un bar, nul besoin de le préciser-. C'est alors qu'elle marchait le plus tranquillement du monde, qu'elle aperçut une silhouette qui allait rentrer en collision avec sa délicate personne. Elle se décala d'un pas, dans un mouvement qui n'avait rien de gracieux, bien que si Ombre' devait raconter cette événement, elle exagérerait sur le coté 'ninja' de cette action.

-Tendance a occuper les fauteuils de l'association... Dit comme ça, ça signifie plus ou moins que je reste à ne rien faire sur un fauteuil.... Enfin, je suis sure que ce n'était pas ce que tu sous-entendais, n'est ce pas, chef?

Il ne fallait pas voir appellation 'chef' comme un manque de respect, ni au contraire comme une trop grande marque de respect. Dans la bouche d'Ombre', cela sonnait plus comme une marque d'affection.

C'était encore plus étrange, en soit.
Plus Ombreline justifiait ses actions, et plus elles étaient étrange et incompréhensible. Comment expliquer cela? Oh, si nous l'expliquions on comprendrais encore moins la situation.

-Oh. Ils ont réussit à faire sortir l'Ursaring de sa tanière? Plutôt un teddiursa en vérité.... Il faut que tu sortes plus souvent, tu sais? Pour toi, comme pour tout le monde. T'es l'image de l'association, et si tu passes ton temps a bosser, les gens vont croire qu'on veux remplacer un monde capitaliste par un monde capitaliste mais avec des fleurs sur les i. Fin pas question de glander non plus, faut trouver un équilibre et avec toi, c'pas gagné.

Elle émit un grognement rauque qui devait faire office de rire, à la fin de sa longue tirade. Sa capacité à enchaîner les mots sans interruption pouvait paraître impressionnante, elle restait humaine et avait besoin de respirer, ainsi a la fin de sa phrase, il lui fallut récupérer son souffle, comme si elle eu courut un 100 mètres, ce qui rendait la situation d'autant plus stupide. Elle combla cette pause de son rire, appuyant sur le fait qu'elle plaisantait. Au cas ou quelqu'un pouvait prendre un seul de ses propos au sérieux, quelque par dans le monde. Sait on jamais. Elle balaya le nez de Taylor de son index, avant de reprendre d'une voix plus sympathique et moins brutale.

-Et bien et bien, tu ne sais pas ou aller? Tu n'as cas me suivre, compagnon. On ira ou mes pieds me dicteront d'aller, bien que je pense savoir ou ils m’emmèneront, ces pieds sont encore plus prévisible qu'un magicarpe de niveau trois en combat

Elle poussa un grand soupir exagéré, et fit signe a Taylor de la suivre, au final elle ne lui laissait pas vraiment le choix. Elle ne laissait jamais le choix, de toute façon, et puis elle avait peur que Taylor ne sachant pas ou aller, ne retourne se réfugier dans les locaux de l'association comme un petit pokemon effrayé. Ses talons se remirent donc a claquer sur le sol, accompagné par les semelles de Taylor qui devait marcher a ses cotés, dans le cas ou celui ci était resté planté a ne rien faire, ou était partie dans une autre direction, elle l'aurait rattrapé, coinçant son bras sous le sien pour le forcer à arpenter les rues à ses cotés.

-Ça nous fait tous plaisir ton engagement, on sais que tous ce qu'on peux faire ne sert pas à rien et c'est vraiment gratifiant, mais vraiment, des fois on se demande si tu as une vie par derrière. Enfin, n'en parlons plus maintenant que tu as décidé de sortir.  Profites du monde que tu t'efforces de créer.

Cette dernière phrase sonnait bien, vraiment Ombreline en était fière, elle la nota dans un coin de sa tête histoire de pouvoir la ressortir un autre jour. Ça lui faisait plaisir de sortir un peu avec le bleuté, à la gothique. Sortir avec n'importe qui lui faisait plaisir, il était vrai, mais emmener Taylor en ville, c'était comme croiser son pokemon préféré en shiney, ce n'était pas une chose que l'on voyait tout les jours et c'était plutot agréable, même si ce dit pokemon n'avait pas forcement envie de vous rencontrer vous...


Bourré ça ne rime pas avec Santé pour rien. L'alcool il n'y a pas de meilleur remède.


—fleur ✿

avatar
Messages : 52
Pokédollars : 2560
Sam 18 Fév - 21:05

 
Regret

To Agena : send nudes
 
« Enfin, je suis sûre que ce n’était pas ce que tu sous-entendais, n’est-ce pas, chef ? »

Elle supposait bien. Il n’avait pas exactement cherché à faire preuve de la moindre animosité, et elle en avait certainement conscience, la connaissant. Le surnom de chef l’amusa d’ailleurs ; peu le considéraient véritablement comme tel, sans doute à cause du véritable rayon de soleil qu’ils avaient comme leader. Lui était juste Taylor, en général ; ni plus ni moins.

Juste après, il fut comparé à un Ursaring, Ombre étant apparemment partie pour lui montrer ses talents en matière de figures de style cette soirée. Il ne pouvait pas lui donner tort, cela dit, lorsqu’elle disait que c’était mieux pour lui de sortir de temps en temps. Une habitude qu’il n’avait jamais vraiment prise, en fait, puisqu’il avait toujours été prompt à s’enfermer pour dessiner ou faire n’importe quoi d’autre. Mais l’image de l’Association ? Il n’y avait pas vraiment pensé jusqu’ici, restant plutôt dans l’ombre, aussi bien lorsqu’il était à Atlas qu’ici. Peut-être qu’en effet, il devrait se mettre plus en avant et prendre son rôle de second plus au sérieux… peut-être pas à grande échelle, car il préférait que certaines personnes ne le retrouvent pas, mais au moins auprès de ses propres subordonnés. La remarque sur le monde capitaliste le toucha particulièrement, puisqu’après tout, c’était peut-être ce dont il avait l’air. On ne changeait pas si facilement sa vraie nature. Pensif à cause des paroles de la brune, qui commençait à faire ce qui ressemblait à un rire, il la vit pas toucher son nez du bout du doigt, ce geste imprévu lui arrachant un frisson et un mouvement de recul.

Si il ouvrit la bouche pour parler, il n’eut pas le temps de prononcer le moindre mot, Snively ayant déjà repris la parole pour lui indiquer de la suivre. Et si elle prétendait ne pas vraiment savoir où ses pas la mèneraient, elle avait clairement une idée derrière la tête. Un soupir laconique plus tard, ils étaient partis, Taylor essayant de ne pas trop d’éloigner d’elle afin de ne pas la perdre de vue, se surprenant régulièrement à espérer que l’ombre qu’il suivait était bien celle de sa collègue et non d’une autre personne (ça lui était déjà arrivé plusieurs fois, malheureusement, et en pleine nuit c’était carrément flippant). Et, alors qu’il suivait silencieusement, la voix de la brune résonnait encore. Une vie en-dehors de son engagement pour Gaïa ? Eh bien… il ne savait pas vraiment. Emettant un petit rire, l’Admin Gaïa expliqua :

« Disons que je ne pense pas en faire assez, comparé à d’autres membres de l’Association. Lorsque je vois la manière dont les labos tentent de révolutionner le monde, les efforts faits même par de simples bénévoles, je me dis que j’ai encore des choses à prouver. Je n’aspire pas à devenir aussi incroyable qu’Agena, bien sûr, mais c’est déjà ça ! Et puis, je consacre beaucoup de temps à mon art également. Je n’en demande pas vraiment plus. »

En vérité, il avait aussi à prouver sa valeur à certaines personnes qui voyaient encore d’un mauvais œil sa présence dans l’Association. Et si il était tout à fait honnête avec lui-même, il admettrait que toute son existence et ses intérêts commençaient à tourner autour d’un seul et même point, une personne qu’il adorait plus que tout au monde. Chacun ses hobbies, hein. Lui c’était la peinture, les regrets et servir de punching-ball à sa petite amie.

« Au passage, à quoi tu pensais quand tu disais que tes pieds te mèneraient toujours au même endroit ? Il y a un lieu que tu fréquentes régulièrement ? Je dis ça parce qu’on m’a parlé de soirées sympa ou de petits restaurants très agréables dans le coin… oh, au passage, ce n’est pas un rendez-vous, rassure-toi. »

Il était tout à fait sérieux, et même si il avait une légère inquiétude quant à l’endroit vers lequel ils se dirigeaient, son petit esprit snob incapable d’imaginer ce qui allait lui arriver. Dans le meilleur des cas, il espérait pouvoir faire des rencontres intéressantes dans un endroit pittoresque (ou digne de tout autre adjectif un peu condescendant), et au pire, se rabattre sur une conversation avec Ombreline, la seule figure connue, et essayer d’en profiter malgré tout. Ca ne pouvait pas tourner mal non plus.

« En tout cas, je suis ravi de pouvoir prendre un peu l’air, Ombreline. Merci de bien vouloir supporter ton « chef » encore un peu. » fit-il d’un ton amusé.

Enfin amusé, plus pour longtemps.


– Ney☆
avatar
Messages : 17
Pokédollars : 1140
zone libre : Merci a Ney le destructeur pour l'avatar -bjr-
Ven 10 Mar - 21:17

Ombreline • ft. drunkards


-Tu n'pensses pas en faire assez? Laisses moi rire. T'en fait déjà énormément, t'en fait pas vas! T'as vraiment pas d'estime de toi, c'est scandaleux. Demande à qui tu veux, je suis sure qu'ils diront que tu taff bien trop!

Elle fut prit d'un rire moqueur aussi fort que bref. Personnellement elle se fichait de qui pouvait bien être présent dans l'association tant qu'il y était utile, et dire que Taylor était utile n'était pas du tout une exagération. Il était surtout particulièrement drama-queen, non? Enfin, c'était pas pour la déranger, et elle n'était pas hypocrite au point de s'en plaindre, elle même aimait se plaindre, mais déjà l'on s'enfonçait trop dans un cercle étrange.
Cette dernière réplique laissa place à un silence uniquement perturbé par le bruit des bottes en cuir d'Ombre' sur le sol. Les silences d'Ombreline étaient toujours très oppressant en un sens, car il était perturbant de la voir se taire si longtemps de son propre chef, mais cela ne durait jamais longtemps et il ce fait fut confirmé par le retour de sa voix. Un véritable moulin à parole.

-Ou on vas? On va côtoyer les étoiles. Aha, dit comme ça, ça promet de belle chose pas vrai? Enfin, tu verras, tu vas t'amuser.

Alors qu'elle marchait en suivant la rue principale depuis un bon moment, elle bifurqua dans une rue annexe, tirant sur le bras de Taylor pour être sure qu'il la suive bien. Il ne s'agissait pas ici du cliché de la ruelle sombre et glauque, et se dressait plutôt des bâtiments qui semblait trancher de ceux de la rue qu'ils avaient quitté de par leurs style volontairement ancien, cela donnait un style assez charmant dirait on pour attirer du monde, clairement cela faisait surtout quartier laissé a l'abandon. C'était surement pour ça que ne se retrouvaient ici que des habitué, comme si les vestiges du temps avait effacé cette rue des mémoires. Seul les habitués du bar savait que la chose la plus dangereuse ici c'était les flaques d'eau quand on était bourré, ce bar était la seule chose qui permettait à cette rue et les quelques commerçante de survivre, et aux quelques boutiques d'instrument ou de bazar de prospérer, quitte a arnaquer un peu les gens bourré pour arrondir leurs fin de mois.

-Supporter le chef? Des fois, j'ai l'impression que c'est toi qui doit nous supporter. D'après certain, on est une bande de gosse aux idée trop naïves. Parait qu'on veux juste jetter des pierres dans le jardin d'Atlas. Comme si Atlas avait un jardin.

Un Chacripan les observait depuis le rebord d'une fenêtre, un rattatta fila devant eux, quelques marques de vie. Ils avaient pénétré cette rue depuis peu, et déjà le silence s'était installé, il ne dura pas longtemps pourtant, déjà se faisait entendre des rires quelques mètres plus loin, la promesse d'un lieu animé.
Ombreline sembla pensive, comme prise de réflexion intense sur le sens de sa vie. Baliverne, elle pensait surtout que les dernières chaussures qu'elle avait acheté lui faisait encore mal au pieds. Disons qu'Ombre avait apprit à faire croire qu'elle pouvait être très philosophique, mais il suffisait de se pencher sur ses paroles pour voir qu'elle n'avait rien de philosophique, Ombre c'était une brute et c'était ce qui faisait son charme après tout.
Sans prévenir, elle finit par bifurquer pour pénétrer dans une bâtisse d'où sortait déjà des rires malgré l'heure, l'endroit était bien joyeux, et il fallait imaginer ça au cœur de la nuit, un îlot de paradis perdu dans une rue ou personne n'allait. Vraiment "pitoresque".
L'endroit semblait grand. Au fond se trouvait une scène encore vide sur laquelle était posés des instruments attendant le groupe qui viendrait illuminer l'endroit. Entre la scène et l'entrée s'étendait des tables de façon purement aléatoire, de toute façon elles finissaient toujours par être bougé au court de la soirée alors qu'on organisait des jeux plus stupide les un que les autres. Quelques personnes y étaient assises, et levèrent la main pour saluer les nouveau arrivant.
A droite se trouvait un bar, le barman, un grand homme aux cheveux et a la barbe rousse tressé y était occupé a servir une femme aux cheveux court et entièrement blanc, tout deux conversaient joyeusement et se tournèrent vers Taylor et Ombreline en les voyant entrer, le barman quitta alors son poste pour venir mettre une tape dans le dos d'Ombre

-Ombre t'es rev'nue?  T'sais ça fait longtemps qu'on t'as point vu ici. T'as ram'né un amis? Alors le gringalet, qu'es ce qu' j'te sert? Ombre, comme d'habitude je suppose? Absolument tout?

Ombreline salua gaiement l'homme, tout en tentant de lui donner un coup de pied dans la jambe, qu'il esquiva adroitement, comme si il avait l'habitude qu'Ombre ne tente de le frapper, c'était fort probable en effet.

-Te fout pas d'ma gueule Eywyn ou j'dit a ta femme que t'as recommencé a jouer! Lui c'est Taylor. Chef', ce truc barbu c'est Eywyn, le patron du bar, un amis a moi et le truc blanc là bas, c'est sa fille, Mina. Ce que tu nous sert? Demande a ta fille, elle nous choisira un truc au hasard. Elle a le talent pour ça.

Puis elle fit signe a Taylor de venir s’asseoir avec elle au bar tendit que Eywyn préparait leurs verres sous les demandes de Mina. Ombreline faisait souvent cela, elle demandait a Mina de lui choisir au hasard, et elle se retrouvait parfois avec des mélange venu tout droit de l'enfer, mais découvrait parfois des choses amusante avant de tomber dans les vappes. Repensant au dernier cocktail elle poussa un soupir, et se tourna vers Taylor

-Dit moi mon grand, j'espère que tu tient l'alcool, t'es pas une tafiole hein?  Dit, toi, t'es un artiste hein? Tu fais quoi exactement?

Mina vint déposer les deux verres devant Taylor et Ombre', ce serait vodka jus d'orange pour Taylor et rhum sirop de fraise pour Ombre. Visiblement Mina avait eu un peu pitié de Taylor et lui avait évité le mélange trop extravagant, celui ci pouvait remercier le ciel. D'ailleurs Mina lui envoya un regard compatissant, supporter la compagnie d'Ombre n'était pas toujours de tout repos et elle le savait mais lui, était il au courant du bordel dans lequel il s'était fourré?

-Dit Ombre, t'es sur que ton pote il voulait pas du lait de soja? Il m'as pas l'air très résistant hein. Si en plus tu dit que c'est un artiste, il va nous faire un coma.

Ombre prit une gorgé du breuvage, et sa mine se renfrogna, mais elle haussa les épaules, c'était bizarre mais pas si mauvais en soit. Son regard vogua entre Mina et Taylor. Elle avait surement raison, mais qu'importe, pour s'habituer a boire, bah fallait bien commencer à boire! Ombre voulait que Taylor ne sorte de son quotidien morne au moins une soirée, qu'il voit son monde à elle, et qu'il ressente quelque chose de différent. Ici, c'était un monde a part, l'odeur de l'alcool et de la cigarette, les gens qui riait. Tout le monde connaissait tout le monde. Etre ici était agréable aux yeux de Ombreline.

-Parce que tu as du lait de soja toi? Et puis c'est quoi ce cliché comme quoi on est tous des vegan et qu'on bouffe que du soja! Dit lui Taylor! Retournes boire du sang de pokemon, sale métaleuse! Pfufufufu~


Bourré ça ne rime pas avec Santé pour rien. L'alcool il n'y a pas de meilleur remède.


—fleur ✿

avatar
Messages : 52
Pokédollars : 2560
Dim 12 Mar - 22:01

 
Regret

To Agena : send nudes
 
Des gamins qui voulaient jeter des pierres dans le jardin d’Atlas… ahah, ce n’était pas tout à fait faux, pour certains de leurs membres. Mais bien évidemment, Taylor ne pouvait pas être parfaitement d’accord avec cette vision des choses. Il était sans doute le meilleur exemple… pour ce qui était de ne pas mépriser complètement Atlas. Par contre, pour la maturité ou le côté réaliste, il n’était pas tout à fait sûr. Pensif, et trop occupé à ne pas perdre son interlocutrice, il ne répondit pas. De toute manière, elle continuerait sûrement de parler quoi qu’il arrive ; elle avait peut-être compris qu’il n’était pas un bavard et se contentait d’écouter et d’acquiescer. Même si Taylor était intimement convaincu qu’Ombreline serait juste capable de parler à un mur. Une fois qu’elle se tut, il constata d’ailleurs qu’un silence presque parfait venait de s’installer. Il ne pouvait entendre que le bruit de leurs pas, et les glapissements d’un ou deux petits Pokémon dont il était incapable de percevoir le mouvement. Les rares lumières qui lui parvenaient étaient presque trop faibles pour qu’il puisse y voir quoi que ce soit, mais si il n’aimait pas spécialement le noir, cette ambiance calme, dans son ensemble, ne lui déplaisait pas du tout. L’occasion pour lui de se faire une réflexion silencieuse sur la poésie de ce moment, et d’imaginer combien les lieux pouvaient être beaux lorsqu’ils étaient baignés dans la lumière du soleil. Ouais, mais c’est Taylor aussi, à quoi vous attendiez-vous ?

Lorsqu’Ombreline bifurqua, il ne s’en rendit pas tout de suite compte, marchant encore quelques mètres avant de brusquement réaliser son absence et retourner sur ses pas en courant maladroitement. Des bruits joyeux s’échappaient de la salle, qu’il devinait assez grande et heureusement, assez claire pour qu’il puisse discerner plus ou moins ce qui l’entourait. Deux personnes, notamment, semblèrent se tourner vers eux – du moins il l’espérait, puisque dans le cas contraire, il aurait simplement l’air d’un type bizarre les fixant sans raison. Son hypothèse fut heureusement confirmée lorsqu’il entendit l’homme s’approcher d’Ombreline et s’adresser à elle d’une voix rauque mais amicale.

« Le… gringalet ? C’est de moi que vous parlez… ? »

Demanda-t-il, faisant une moue vexée – mais on ne lui répondit pas, sa subordonnée décidant de prendre la parole pour faire les présentations. Le nom de chef lui plut soudain beaucoup – on oublie pas c’est qui l’patron, comme diraient les jeunes de banlieue.

« En… Enchanté. » marmonna le patron d’un air extrêmement convaincant après avoir fait connaissance avec Eywyn et Mina.

Une boisson au hasard ? Ombreline était sûre de ce qu’elle faisait ? D’autant que Taylor n’avait pas l’habitude de fréquenter des bars… ça devait sembler évident, à sa tête. Ca n’avait pas l’air d’être trop terrible, ils étaient loin de se trouver dans un dépotoir glauque aux fréquentations douteuses, mais... c’était déjà trop pour sa pauvre âme sensible. Un peu confus, il s’assit aux côtés de la brune, qui lui demanda élégamment si il était une tafiole. En soupirant, l’homme aux cheveux bleus répondit :

« Je peux tenir l’alcool, oui… même si je ne m’attendais pas vraiment à finir ici. Ombreline, tu es sûre que c’est une bonne idée… ? »

Mina en profita pour réapparaitre, demandant si il ne préférait pas du lait de soja. Cliché qui amusait bien Taylor d’habitude, mais qu’il aurait volontiers exploité en demandant effectivement une boisson plus soft. Il n’avait aucune idée de ce qu’il avait en face de lui ; mais ça ne ressemblait pas du tout à ce qu’il avait vu jusqu’ici. Et sa collègue était un peu trop détendue à ce sujet pour lui être de la moindre aide. Bon, heureusement qu’il avait des manières… un peu résigné, il saisit sa pinte, la portant à son nez… qu’il plissa immédiatement. D’accord, ce n’était peut-être pas super fort (il se serait déjà évanoui si c’était le cas), mais il restait quand même perplexe.

« Ca… change du vin Kalosien, certes, mais ça ne peut pas être mauvais. »

Il émit un petit rire, espérant avoir l’air détendu. Evidemment, ce n’était absolument pas le cas. Il n’était clairement pas à sa place, et les personnes qui l’entouraient étaient parfaitement au courant de cet état des faits. Il ne lui restait plus vraiment de solutions, non… ? L’admin Gaïa but une gorgée, grimaçant légèrement. Amer. Loin des arômes secs et fruités, agréables qu’il connaissait. Mais pas si mal, au fond. Allez, une ou deux de plus.

« C’est pas mauvais, ça passe… mais quand même, j’aimerais savoir ce qui t’est passé par la tête quand tu as décidé de m’emmener ici. C’est une mauvaise blague ? Parce que j’ai l’impression d’être le dindon de la farce… »

Eh bien, heureusement qu’il ne pouvait pas voir la façon dont on le regardait.



– Ney☆
avatar
Messages : 17
Pokédollars : 1140
zone libre : Merci a Ney le destructeur pour l'avatar -bjr-
Ven 14 Avr - 22:14

「 Bourré ça ne rime pas avec Santé pour rien. L'alcool il n'y a pas de meilleur remède. 」

Ombreline ft Taylor

Eywyn posa un regard presque surprit sur Taylor quand celui ci lui répondit, avant d'éclater d'un grand rire rauque. Il pouvait avoir l'air effrayant, avec sa grande carrure et son allure de métaleux, mais on constatait rien qu'à sa voix et à son rire, qu'il était en réalité simplement un gros ours mal léché, un peu comme cet endroit, perdu au milieu d'une ruelle peu emprunté, il était tout de même très chaleureux et à vrai dire, cela reflétait bien Ombreline, elle s'intégrait a ce décors. Il disparu dans la salle pour aller discuter avec les autres clients, laissant les deux avec la jeune Minna. Elle semblait vraiment jeune, et son teint était particulièrement pale, si son père n'était pas forcement très beau, elle l'était vraiment, laissant présumé qu'elle tenait bien plus de sa mère.

-Le vin Kalosien? Vous venez de Kalos? Ombreline m'en a beaucoup parlé, comme d'une région très raffiné et artistique. J'adorerais y aller, un jour.

Minna parlait tranquillement, essayant de détendre lentement l'atmosphère. N'importe qui aurait pu sentir le malaise de Taylor, et la jeune femme à la chevelure blanche tentait tant bien que mal de l'apaiser.

-Le dindon de la farce? Je ne connais pas cette expression...

Dit Ombreline, perplexe, elle regarda Minna qui haussa les épaules et s'éloigna pour servir un couple qui venait d'arriver. Elle haussa les épaules a son tour, et fixa Taylor en sirotant son breuvage, avec quelques mimique étonné tandis que les arômes étrangement combiné se rependaient sur son palet.

-Qu'est ce qu'il y a? Ça ne te plais pas ici? C'est sympa pourtant, bon, si on fait abstraction du fait que ce soit un des lieux ou se rassemblent les extrémiste de Gaïa, c'est super sympa.

Elle fait tinter machinalement les glaçons dans son verre. Le bruit aux alentours commençait a monter, les rires, les conversations étaient si entremêlé que l'on y entendaient rien de plus qu'une cascade continue de mots. Ombreline n'eu pourtant pas a hausser la voix, au bar il y avait moins de bruit, et on pouvait donc converser tranquillement. A bien observer, on pouvait voir qu'il n'y avait pas que des gothiques au chaussures de cuir comme Eywyn ou Ombreline, mais aussi des personnes d’horizons vestimentaire et d'age varié. Un groupe de jeune qui avaient du se rencontrer entre deux verres improvisait un groupe de musique, rejoint par un couple d'une trentaine d'année qui prit le micro et qui malgré leurs tenue relativement élégante montrant qu'ils étaient surement en rencard, chantaient d'une belle voix uniforme. En une dizaine de minutes ce lieu s'était changé en un lieu regroupant une multitude de gens différents, tous ayant le même but: se divertir. Ombreline semblait apprécier cette multitude de bruit, ces rires, elle semblait presque revigoré.

-Ne te prends pas la tête et vides toi l'esprit. Ici on est loin du travail, des galères, faut juste que tu te détende. Il n'y a pas de règle, de code vestimentaire, de règle. Comme dirait Eywyn, tant que tu touches pas a Minna, t'es comme chez toi.

Alors qu'elle parlait, une petite forme sombre s'était glissé derrière Taylor, deux petites ailes dépassèrent du haut de sa tete, et battirent l'air tandis que le pokemon s'élevait dans les air pour se poser sur la tete de Taylor dans un grand 'Crooa!'
Il s'agissait de son Cornèbre. Elle avait du le laisser sortir de sa pokeball en entrant ici, et avait décidé d’embêter Taylor. Cornèbre n'avait jamais vraiment été un pokemon très... obéissant, ni meme très affectueux envers Ombreline, si bien que leurs relation avait toujours été très spéciale.

-Jean-Jacques, descends de là!

Mais bien sur cet ordre eu l'effet inverse et le pokemon resta fermement campé sur les cheveux de Taylor. Enfin, jusqu'à ce qu'une seconde ombre ne se jette sur le pokemon, ne l'arrache à son perchoir et ne le projette au sol, cette fois un chacripan. Les deux pokemons s'affrontèrent du regard, et commencèrent a se courir après dans la salle, cela ne sembla inquiéter personne, rien n'inquiétait personne ici, et surtout pas ces deux pokemons. La rivalité qu'ils avaient, durait depuis des années déjà.

-Désolé chef, Corboss c'est un p'tit batard quand il s'y met. Enfin, chacripan fait bien son travail, c'est le pokemon de Misty, d'ailleurs, si il est là, elle ne devrait pas tarder à arriver. Vous devriez vous cacher les yeux, ses entrées rendent aveugle.

Une jeune femme débarqua en criant. Elle était vétu d'un short en jean bleu et d'un tee shirt rose clair laissant voir son nombril. Ce qui frappait chez elle, c'était sa chevelure entièrement rose et l'air particulièrement malicieux dans son regard. Elle souriant à pleine dent. Ombreline se tourna vers elle, elle courait et ses chaussure à talons haut frappaient le sol dans de grand 'BAM BAM BAM'

-Ombreline! Mon chou! Mon choooou! Oh, tu es accompagné? Attends, laisses fonctionner ma mémoire infaillible. Ces cheveux, cet air depressif, Teylor? Ou quelque chose du genre. Oui mon brave, Ombreline parle beaucoup quand elle est bourré.

Ombreline se leva pour prendre Misty dans ses bras, mais celle ci l'esquiva pour venir tendre les bras devant Taylor et l'enlacer brièvement sans lui laisser le choix de la fuite, avant de se tourner vers Ombreline et d'en faire de même. Avant de se diriger vers Minna pour lui demander un verre.

-Allez Taylor, tu vas pas pleurer pour si peu, enfin, tu devrais boire une dizaine d'autre gorgées, Misty va revenir te parler, et tu vas devenir fou si tu n'es pas un minimum saoul. Enfin, je pense qu'avec deux gorgées de plus, tu seras déjà par terre, pas vrai?~

Et la soirée ne faisait que commencer...
Le Rp au milles et un pnj
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: