shooting stars


Giving a fuck is not part of my programming – raf

avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Dim 12 Fév - 16:20


rafael cipher






carte d'identité

★ NOM & PRÉNOM : Cipher Rafael, aussi appelé Raf, Cipher, N°2, Déchet...
★ SEXE : Masculin
★ ÂGE & DATE DE NAISSANCE : 29 ans, né le 31 octobre
★ REGION & VILLE DE NAISSANCE : Rosetta, Astéria
★ LIEU DE RÉSIDENCE : Techniquement il a un appartement à Astéria, mais en pratique il mange, dort et travaille beaucoup au même endroit – c'est-à-dire sur ou sous son bureau, ça dépend.
★ ORIENTATION SEXUELLE : Non
★ SITUATION : Célibataire désintéressé

★ GROUPE : Académie spatiale
★ OCCUPATION : Scientifique au Centre spatial, professeur de Sciences à ses heures perdues (ou si on le force)

pokemon


Magireve, Skitty et Bruyverne

physique

★ taille : 1m80 ; mais il ne se tient jamais très droit alors on dit 1m78.
★ corpulence : Moyenne. Raf est une chose informe qui se cache sous des pulls trois fois trop grands. On ne va pas se mentir, il ne fait pas de sport et mange n'importe quoi alors ça ne fait pas de miracles.
★ cheveux : Noirs, pas trop longs parce qu'il déteste les sentir sur sa nuque – avoir des mèches devant les yeux par contre ça ne le dérange bizarrement pas ; de manière générale ils vivent leur vie librement.
★ yeux : Gris foncés, presque noirs.
★ peau : De celles qui ne voient pas beaucoup la lumière du jour.
★ style vestimentaire : Sac.
★ particularités : Resting bitch face ; a l'air de sortir d'un film d'horreur dès qu'il affiche des cernes.
★ avatar : Ichimatsu Matsuno de Osomatsu-san

anecdotes

Ses élèves pensent qu'il pratique l'occultisme et qu'il a des pouvoirs obscurs parce qu'il aime beaucoup trop les Pokémon spectre et qu'il dessine des cercles bizarres durant son temps libre. C'est vrai qu'il a déjà proposé à sa collègue Kiran d'en sacrifier quelques uns lors d'une cérémonie païenne. Les murs de son laboratoire sont remplis de cercles étranges. En vrai il a une passion pour les crop circles depuis petit qui s'est transformée en obsession fascination pour tout ce qui est géométriquement rond, et puis ça lui fait plaisir de renforcer le mythe en dessinant des petits cercles sataniques sur les copies de ses élèves – ils remplacent la note 0 – pour leur signifier à quel point ils sont doomed dans sa matière.
Il dort beaucoup – son métabolisme de larve est heureux avec 10h de sommeil par jour – mais il aime se lever tôt pour bosser tranquille les jours où il doit donner des cours, ce qui lui donne des cernes. Et le rend grumpy.
Quand il était petit, son Magireve – alors Feuforeve – s'amusait à absorber ses peurs et donc à le faire flipper. Résultat : Raf est devenu très doué pour ne pas sursauter, ne pas bouger, et aussi s'approcher dans le dos des gens sans faire de bruit.
Et oui il aime beaucoup les surprendre comme ça.
De manière générale il a tendance à apparaître et disparaître quand on s'y attend le moins. Très souvent quand on l'inclut gentiment dans une conversation et qu'on se retourne pour lui demander son avis. Il est très discret.
Skitty, son deuxième pokémon, lui a été offert par son frère, Louis. Il l'appelle "Cake" et tout le monde croit que c'est le diminutif de "Cupcake", ce qui est trop mignon. En fait à la base c'était "Tronche de cake", parce qu'elle lui rappelait trop celle de Louis... mais Skitty est mignonne quand même, alors Raf a fini par l'appeler juste Cake. Elle arrive presque à le faire sourire quand elle court en rond pour attraper sa queue, mais généralement ça lui arrache un soupir doublé d'un roulement d'yeux dramatique.
Bruyverne à la base était un oeuf qu'un ami éleveur lui avait confié "provisoirement". Il n'est jamais venu le récupérer et Raf s'y est attaché. Parfois il se demande ce que son pote est devenu.
Mais Bruyverne est à lui y'a pas moyen qu'il le rende. Il l'aide à retrouver les objets qu'il perd dans son labo avec ses ultrasons et il fait peur à ses élèves, il n'est que perfection.




mental

Rafael était une loque. Du matin au soir et du soir au matin. C’était à se demander s’il se regardait seulement dans le miroir.
La réponse était non.
Rafael détestait les miroirs. Plus précisément, il détestait l'image qu'ils lui renvoyaient. Ce n’était pas qu’il se trouvait terriblement laid ou qu’il se préoccupait de ce que l’on pouvait penser de lui. Mais quand il regardait son reflet, il avait l’impression de n’être que ça : un reflet. Et même pas le sien, en plus.

Tout petit déjà, il scrutait le visage de Louis pour y voir des dissemblances et des similitudes. Physiquement, ils étaient la réplique parfaite l'un de l'autre. Enfin, Rafael étant un homme de science, il avait une définition différente de la perfection. Il était trop terre-à-terre, rien à voir avec ces artistes qui voyaient le beau partout. La beauté avait même tendance à l'exaspérer. Là où les autres s'extasiaient devant des choses belles et lisses, Raf distinguait les cicatrices, les rides et les creux de l'âme. Alors bien sûr, les jumeaux Cipher n'affichaient pas une ressemblance parfaite. Il y avait de petits détails ; de ceux qui grandissait au jour le jour dans l’œil de Raf mais permettaient tout juste à leurs parents de les distinguer l'un de l'autre.

En soi, ils étaient faits du même moule. Pourtant Raf avait toujours l'impression de n'être qu'une pâle copie de Louis.
Louis était grand, beau, souriant ; il brillait de mille couleurs. Rafael n'en était que le reflet ; la vieille photographie instantanée, terne et mal éclairée.
Louis était brillant ; Rafael était juste intelligent. Louis attirait les sourires et les gens ; Rafael s'en éloignait.

Il n'était pas jaloux, ce n'était pas dans sa nature. Et longtemps, il avait profité du charisme de Louis pour se faire des amis. C'était facile, il suffisait de rester dans son orbite. Louis brillait comme une étoile et emportait dans son sillage de nombreux satellites. Rafael était l'un d'eux. Ça lui avait toujours suffi. Il ne se considérait pas comme très intéressant, il était toujours un peu mou, pas vraiment passionnant. Les seuls domaines qui l'intéressaient donnaient des sueurs froides à ses interlocuteurs ; ce qui ne l'empêchait pas d'en parler. Avec un petit sourire qui les faisait fuir, parce que Raf, aussi effacé soit-il, avait ce petit côté mordant qui décourageait le premier pecno venu de le prendre pour la serpillière qu'il était un peu intérieurement. Il supportait pleins de choses tant que ça ne devenait pas personnel ; et très peu de choses l'étaient. Il ne fallait simplement pas pousser le bouchon trop loin Maurice.

Petit, il avait découvert un crop circle dans un champ et s'était posé mille questions sur sa provenance. Etait-il d'origine extraterrestre ? Servait-il une étrange cérémonie païenne ? Il n'avait jamais eu de réponse claire mais il avait cherché et, de fil en aiguille, s'était intéressé aux sciences occultes et aux croyances les plus sombres de la race humaine. Rafael n'était pas croyant, la science étant sa seule religion. Mais il reconnaissait que tout ne s'expliquait pas à travers elle et qu'il existait des choses qui devaient rester obscures.

Sauf que Rafael détestait les choses cachées et les secrets. Doté d'un esprit vif et d'un sens de l'observation pointu, il devait se retenir de ne pas creuser chaque micro-expression, chaque hésitation ou tremblement dans la voix qui présageaient un mensonge ou une cachotterie, parce que la vie de ses interlocuteurs ne l'intéressait pas ; juste la découverte, l'excitation de la recherche. C'était sa dose d'adrénaline. Le processus plus que les résultats. Mais alors, que faisait-il de ceux-là ? Rien. Et les pentacles s'alignaient sur ses murs aux côtés de photos de soi-disant objets volants non identifiés, de silhouettes de pokémons mystérieux et de l'ingrédient secret du burger d'à côté.

Les résultats de ses recherches s'entassaient autour de lui et Raf s'en enveloppait comme d'une couverture rassurante ; la science, en général, avait cet effet-là sur lui. Elle était précise, familière et réconfortante. La science ne trahissait pas, ne trompait pas. Si la science pointait une erreur, c'était la vôtre. La science vous poussait à la remise en question constante, à toujours donner le meilleur de vous-même. La science était plus encourageante que n'importe quel pokemon ou être humain.

Et Raf, il avait bien vu comment les satellites faisaient leur révolution autour de Louis. Ils étaient parfois très proches, parfois très lointains. Mais ils ne se touchaient jamais vraiment. Et lui, il avait toujours eu l'impression d'être dans l'ombre, du mauvais côté de l'astre-Louis. Plus il s'éloignait de lui, plus il se sentait terne. Mais on savait bien ce qui arrivait à ceux qui essayaient de toucher le soleil.




histoire

C’était un jeune scientifique très motivé, à la blouse blanche immaculée. Il venait d'entrer comme une fleur dans son labo – pardon, sur son territoire – pour se planter bien en face du plan de travail sur lequel il était penché.

« Saluuuut ! » fit l'intrus d’une voix enjouée.
« Au revoir », répondit Rafael Cipher sur le ton opposé.

Une minute de silence se posa bien lourdement, pendant laquelle ils échangèrent un long regard durant lequel Cipher ne cilla même pas. Enfin l’interne baissa les yeux ; alors Raf leva sa montre astrale au niveau de sa bouche et articula très lentement à l'intention du magnétophone :

« Jour 6, sept heures zéro huit. Je crois qu’interne numéro 26 essaye de communiquer. »

L’interne eut un petit rire nerveux. Skitty s’approcha de lui pour quémander des caresses ; Raf lâcha deux secondes son travail des yeux pour les lever au ciel d’un air exaspéré.

« Tu as l’air de mauvaise humeur, ça va ? »

Rafael avait envie de lui dire que (1) c'était son expression naturelle et (2) il pouvait cesser de le tutoyer, mais il se croyait sûrement à la Sylph SARL, où tous les employés appelaient les patrons par leurs prénoms, se baladaient en pantoufles et avaient des salles de repos avec des arcades de jeux rétro et des poufs – non, il ne rageait pas. S'il avait voulu travailler à la Sylph, il serait resté à Unys après ses études.

« Commencez par me vouvoyer, numéro 26, on n’a pas élevé les Ecremeuh ensemble. » « Oh, d-désolé. Je voulais juste être sympa. » « Ça n’engage que vous. » « C’est interdit de prendre des nouvelles de ses collègues ? » « Non. Mais comme vous n’êtes ni mon supérieur ni un de ces mômes qui me servent d’élèves, je ne suis pas obligé de vous répondre. »

Il se retourna pour signifier que la conversation était close et entendit un petit « oh ! » surpris. Magireve s’était approché en douce dans le dos d’interne numéro 26. Ce dernier recula légèrement devant le regard creepy du pokémon spectre. Brave petit, pensa très fort Raf. Un semblant de sourire passa sur ses lèvres ; pas un sourire sympathique. Mais ce fut furtif, et il remonta presque instantanément son masque sur sa bouche pour le cacher.

« Bonne journée, numéro 26, lança-t-il sans se retourner et sur un ton qui semblait souhaiter exactement le contraire. Et faites attention en passant la porte, Bruyverne a tendance à tomber sur la tête des passants. »

L’interne parti, Skitty sauta sur son plan de travail et Raf le chassa d’un mouvement de bras agacé. Son pokemon se colla à lui, croyant recevoir des câlins.

« Mais non, descends ! » « Skiiii ! » insista-t-elle bêtement en collant son visage stupidement heureux devant le sien.

Ça lui rappelait trop l’autre débile. Il détestait penser à son visage – celui qu'ils avaient en commun, oui oui – ça faisait remonter tout un tas de souvenirs désagréables. À commencer par son enfance. D'aussi loin qu'il s'en souvienne, Rafael Cipher avait toujours été socialement inadapté.

Imaginez un Magicarpe qui essayerait de voler à coups de Trempette.

Voilà.

Plus jeune, il avait vaguement conscience que son frère était plus sociable que lui, mais il ne le voyait pas comme un problème. Ses parents répétaient bien assez souvent que chacun était différent et avançait à son rythme. Ils avaient changé d'avis en le voyant grandir ; passé l'enfance, le caractère doux, naïf, rêveur et discret de Raf était devenu aux yeux des adultes "asociabilité", "renfermement" et "problème".

Qu'un Feuforeve le suive comme son ombre n'arrangeait pas sa réputation. Raf aimait bien ce pokemon, pourtant. Il était bizarre, flippant, mais pas méchant. Juste... différent ? Les types spectre avaient son affection pour ces raisons-là. Ils étaient, avec la science, plus faciles d'accès que les humains, dont les règles sociales comportaient trop d'exceptions illogiques aux yeux du jeune Cipher.

Alors même s'il sentait que son frère et lui prenaient des directions différentes, même si l'abandon l'effrayait, Rafael ne pouvait pas être cette copie conforme qu'on attendait de lui. Il se plaisait bien dans l'ombre de Louis, vraiment. C'était une place rassurante. Il lui suffisait de se tenir là et d'attendre que sa personnalité rayonne sur lui, il n'avait qu'à lever les yeux pour chercher sa reconnaissance ou ses conseils. Et Louis veillait sur lui.

Il adorait Louis.

Maintenant, quand Rafael regardait Skitty et son expression naturellement béate, il grimaçait instinctivement. Comme s'il avait peur qu'en l'imitant, en souriant, il se rapproche de cette image que Louis renvoyait. Ce garçon brillant et solaire, aimé de tous.

Ce sale hypocrite.

C'était plus facile de fermer les yeux derrière le voile noir qu'il s'était créé, à l'image de l'aura sombre que dégageait Magireve quand quelqu'un s'approchait trop de lui – ou de Raf. Raf avait l'impression que ce pokemon le maternait trop. Venant d'une créature qui lui donnait des cauchemars étant petit, c'était un comble. Et pourtant il ne lui en voulait pas. Il était peut-être un peu maso.

Raf pencha la tête sur le côté alors que cette goinfre de Cake lui léchouillait les doigts à la recherche des traces du dernier burger qu'il avait mangé. (Ce matin, 6h. Parce que y'a pas d'heure pour un burger.) Il considéra ses relations passées, ses choix de vie, ces devoirs de sciences qui attendaient sa sainte approbation ou ses symboles sataniques depuis deux semaines sur son bureau...

Il était très certainement maso.

★ début de la séquence mémorielle a.k.a flashback ★


« Professeur ? » Rafael était savamment planqué derrière une pile de dossiers qu’il avait ouverts à la verticale comme s’il jouait une partie de Bataille navale en solitaire. Plus probablement pour fuir ses élèves. « Monsieur ? » insista la voix, féminine.

Il jeta un bref coup d’œil par-dessus les dossiers. Hum. Elle était encore là. Évidemment. Il fallait qu’il invente des sprays Repousse pour les humains. Comment n’y avait-il pas pensé plus tôt ? Les phéromones, c’était un peu son champ de recherche. Parce que Rafael Cipher était passé maître dans l’art de repousser des trucs, même au niveau moléculaire.

« Oui ? » fit à contrecœur la voix du professeur Cipher.

Généralement les élèves le laissaient en paix dans son labo. C’était son antre ; à la fois son bureau, sa chambre et peut-être même son garde-manger vu l’odeur qui y régnait parfois. L’élève se racla la gorge, mal à l’aise :

« J’ai une question à propos du dernier examen de biologie moléculaire, professeur. » « Je ne peux rien pour vous si vous l’avez raté, Onozoki. » « Moi c’est Pratt, j'ai eu la meilleure note de la classe. »

Cipher haussa un sourcil par-dessus ses dossiers, l’air de dire : « alors pourquoi tu viens m’emmerder ? » Il abaissa légèrement le masque qui cachait la moitié de son visage pour laisser échapper un soupir, alors que son élève lui tendait sa tablette astrale en expliquant :

« J'ai vérifié et il semble que vous ayez oublié de me compter un point, là – Cipher lâcha un autre soupir – sur le dernier exercice, vous m’avez mis neuf au lieu de dix. » « Ça ne changera rien à votre note. » « Je sais. » « Donc vous me faites perdre mon temps pour rien ? » « N... C’est mon droit de redemander un comptage de points, monsieur. »

Il se jaugèrent du regard, longtemps, mais elle ne baissait pas les yeux. Nouveau soupir, exagérément exaspéré. Avec la grâce, la rapidité et la délicatesse d’un Limagma en fin de vie, Raf se leva de sa chaise et se retourna pour fouiller dans ses affaires et sortir sa propre tablette électronique. Elle s'alluma presque aussi lentement que lui. Il la connecta à celle de son élève pour accéder plus facilement à son dossier d'examens, parcourut sa copie des yeux et trouva le point manquant.

Ça l'emmerdait un peu qu’elle ait raison. Non que ce soit une question d’honneur – son amour-propre prenait trop peu de place dans la liste de ses priorités pour cela – mais parce qu'il détestait perdre son temps. Il suspendit son geste.

« Je vous ajoute votre point inutile, Miss Onozoki. » « Pratt. » « C'est ça. Je vous l’ajoute, mais à une condition. J’ai besoin d’un nouveau cobaye pour ma prochaine expérience. Bien sûr quand je dis "cobaye", j’entends humain, majeur et consentant. Vous êtes majeure n’est-ce pas, Miss Pratt ? »

Elle déglutit. Il y avait un sourire étrange sur les lèvres du professeur. Un sourire pas très normal. C’était comme celui d’un gosse qui ouvrait son cadeau de Noël à l’avance ; sauf qu’un enfant, c’était mignon. Le professeur Cipher avait vingt-neuf ans.

« Vous avez raison, ça ne va rien changer. » Elle tendit le bras pour récupérer sa tablette mais Cipher la retira avec une vivacité surprenante venant de lui, sans cesser de sourire : « Pour la science, Pratt. Je pourrais même vous le compter comme un exercice pratique et ajouter la note à votre moyenne annuelle. » « Non, ça va aller merci. » « Vous êtes sûre ? » « Oui oui. » Elle était surtout certaine qu’il allait la bouffer, là. « Je suis presque sûr que ça ne fera pas mal, vous savez. Aucune explosion, rien. » « Merciaurevoir », couina-t-elle en arrachant presque sa tablette des mains du professeur, fuyant rapidement vers la sortie.

La porte claqua et Cipher ricana. C'était un peu sadique, voire malsain, mais peu de choses l'amusaient autant dans la vie – peu de choses l'amusaient tout court. Il connaissait les règles du jeu, il savait les limites et il ne faisait de mal à personne.

Louis n'était pas aussi raisonnable que lui.

★ fin de la séquence mémorielle ★


Plusieurs indices l'avaient amené à soupçonner son propre frère, mais Raf se rappelait que c'était Magireve qui l'avait poussé en direction du premier. Il avait déjà des doutes, mais pas de preuve tangible. Son pokémon l'avait encouragé à le suivre dans la chambre de Louis – leur famille étant relativement aisée, chacun des jumeaux avait son propre territoire à la maison et ils n'empiétaient pas sur celui de l'autre – où il s'était mis à tourner au-dessus de sa tablette astrale. Raf détestait que l'on fouille dans ses affaires ; il n'allait pas le faire dans celles de son frère. Il connaissait l'esprit malin et joueur de son pokemon et il refusait de s'attirer des ennuis.

Or, alors qu'il battait en retraite, une notification éveilla l'écran et il lut malgré lui les fichiers qui apparaissaient en hologrammes. Les noms des projets sur lesquels bossait Louis. Des titres uniquement. Mais suffisamment curieux pour éveiller sa soif de savoir. Magireve lâcha comme un rire amusé.

Rafael aurait vraiment dû avorter cette recherche-là. Mais ensuite quoi ? Taire ses soupçons ? Ignorer son instinct ? Fermer les yeux sur les indices qui se jetaient à sa figure ? Quelle chance il avait d'être si perspicace, ha ! Il semblait être le seul dans leur entourage à remarquer ces changements chez son jumeau. Il ignorait si Louis savait qu'il... savait. Tout ce bordel était beaucoup trop compliqué pour lui.



Après avoir complété ses études obligatoires, il était parti à Unys. Il sentait que Lou commençait à s'éloigner de lui aussi. Il avait préféré être celui qui mettrait le plus de distance entre eux. Les premières nuits, il avait angoissé seul dans son lit. Les pleurs de bébé Skitty, son cadeau d'adieu, n'arrangeaient rien. Il avait étudié les sciences à Volucité, s'était spécialisé dans la biologie pokemon moléculaire, fait deux ou trois amis, avait vécu en colocation avec une fille trop normale pour lui. Elle passait son temps à sortir avec des garçons qui lui brisaient le cœur et Raf passait son temps à l'écouter raconter ses problèmes "EXISTENTIELS" avec son air blasé habituel. Au moins ça lui permettait de relativiser sur son dilemme personnel.

Ce fut elle qui l'encouragea à postuler au Centre spatial, alors qu'il avait passé quelques années après la fin de ses études à voyager entre Unys et Rosetta avec un copain éleveur de pokemon dragon sur les traces de ruines anciennes.

Chacun son truc, hein.

Ralf était ainsi revenu à Astéria avec un œuf de Sonistrelle et son C.V., qu'il avait déposé sans grande conviction au Centre spatial. Ça l'emmerdait un peu de se rapprocher d'Atlas Industries et par conséquent de son frère, ou le contraire, de toute manière depuis que Louis bossait pour eux ils étaient aussi louches l'un que l'autre à ses yeux.

Mais bon ça payait bien et il ne pouvait pas manger des nouilles instantanées toute sa vie. Attendez. En fait si, il pouvait.

Quant à Louis, ils ne se parlaient pas beaucoup mais Rafael se savait surveillé depuis son retour. Avec de la chance, ce n'était "que" par son frère. Parfois, il se demandait s'il n'avait pas implanté un mouchard ou une caméra microscopique dans le corps de Skitty. Ça expliquerait pourquoi cette imbécile heureuse le suivait comme son ombre.




toi, derrière l'écran

★ pseudo : Raf ?
★ age : 27.
★ tu nous a trouvé où ? : Je voguais sur les flots des partenariats.
★ et tu penses quoi de nous ? : Vous êtes beaux ! Comment ai-je fait pour ne pas vous repérer plus tôt, je me pose la question. Et vos prédefs gnnn (j'ai hésité mille ans) (mais Raf me parle à un niveau spirituel)
★ le mot de la fin : I like peanut butter. And I like peanut butter cookies. But I hate peanuts. They're so dry ! Also, I sweat a lot. I mean, in general. Unrelated to the peanuts.





avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Dim 12 Fév - 16:33
AAAAAH
UN CIPHER, LE GRAAL
Bienvenue à toi, Rafael ! J'aime beaucoup ta façon d'écrire et d'interpréter ce prédef, et les anecdotes sont magiques (surtout celle du Skitty, parfait). Bref, je suis sous le charme et j'ai hâte de voir ton histoire !

Citation :
Et vos prédefs gnnn (j'ai hésité mille ans)

beau gosse j'aime ce genre de compliments, uhuh~

N'hésite pas à me contacter par MP (ici ou sur Takeshi Akihira) si tu as besoin de la moindre info, en tout cas !
avatar
Messages : 81
Pokédollars : 582
Disponibilité : oui
zone libre : les rageux vont rager
Equipe :

Dim 12 Fév - 16:42
JE T'AIME.

HELL HELL HELL

j'aime c'que t'as écrit ♥️ bon courage pour la suite !!



s t a r

merci takeshi & Julia pour les vava ♥️
avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Dim 12 Fév - 16:59
Omg merci beaucoup beaucoup, je suis contente d'avoir craqué pour ce forum et pour Raf ♥️

J'hésiterai pas en cas de question ! I love you
avatar
Messages : 151
Pokédollars : 3004
Disponibilité : Yup
zone libre : Rage en Cadetblue
Equipe :
Dim 12 Fév - 17:00
Raf a écrit:
C'est vrai qu'il a déjà proposé à sa collègue Kiran d'en sacrifier quelques uns lors d'une cérémonie païenne.
On recommence quand tu veux salut


Raf a écrit:
I like peanut butter. And I like peanut butter cookies. But I hate peanuts. They're so dry ! Also, I sweat a lot. I mean, in general. Unrelated to the peanuts.
kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge
Je connais cette quote


Sinon BIENVENUE !
Ton début de fiche est géniale omg, je t'aime déjà ♥️
Bon courage pour la suite !
(Et dépêches-toi, qu'on puisse aller sacrifier des élèves dans la salle de science)


I step forward. "Fight me"
To the optimist, the glass is half full. To the pessimist, the glass is half empty. To the engineer, the glass is twice as big as it needs to be.


avatar
Autre compte : Mag & Seth Crystal
Messages : 105
Pokédollars : 1830
zone libre : 42 écoute "Guillotine" en boucle, en ce moment
Ney & Julia & Ayachou, merci pour les ava bg

Crédits avatars> ゆう
Code signa par ©️endlesslove
Equipe :

Lun 13 Fév - 16:58
Omg
j'aime quand les prédéfinis sont pris
Surtout quand les gens les écrivent de façon aussi magique finn blush finn blush
Keur sur toi et bienvenue, bon courage pour la suite itou ♥️ ♥️ ♥️


    Quarante Deux

       
    Sleep on me. Feel the rhythm in my chest, just breathe. I will stay, so the lantern in your heart won't fade. The secrets you tell me, I'll take to my grave. There's bones in my closet, but you hang stuff anyway. And if you have nightmares, we'll dance on the bed. I know that you love me, love me. Even when I loose my head. Guillotine. #f76061
avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Lun 13 Fév - 18:11
Oooh merci à vous deux I love you Ça me fait super plaisir que ma vision de Raf vous plaise gnn ♥️

Kiran Roads a écrit:
Raf a écrit:
I like peanut butter. And I like peanut butter cookies. But I hate peanuts. They're so dry ! Also, I sweat a lot. I mean, in general. Unrelated to the peanuts.
kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge kiran judge
Je connais cette quote
PIDGE IS BAE

(eh oui j'ai tellement hâte de sacrifier des élèves innocents) (POUR LA SCIENCE)
HELL

Alors. J'ai fini. J'ai écrit un petit pavé (j'avais 3000 mots à la base j'vous jure j'ai réduit) mais j'ai essayé de faire en sorte que ce soit bien coupé en petits paragraphes, avec des dialogues, des flashbacks et des couleurs et de la crème chantilly et des fraises en topping pour que ce soit agréable à lire.

J'espère que ce sera clair et que j'ai pas dit de bêtises, hihi. Bonne lecture ♥️
sort
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Lun 13 Fév - 19:17
☄ validation  

Félicitations, tu es validé ! ✧・゚: *✧・゚:*

Tu dois avoir développé de sacrées phéromones pour m'attirer comme ça ;DDD *fuit*


3000 mots ? Oh, sweetheart, on a l'habitude des fiches de dix kilomètres totalement indigestes... mais tu me sauves la vie
C'est beau. J'aime vraiment beaucoup ta fiche et la façon dont tu interprètes ce prédef et un peu tout en fait. Non seulement tu écris très bien, mais j'aime beaucoup la façon dont tu as rédigé l'histoire, super clair malgré les coupures. Donc oui, je suis la joie, et j'ai hâte de voir cette sale bête IRP **
Et toute la relation que tu as décrite avec Satan Louis donne envie de voir ce dernier débarquer, ahah~



_____________________

★ Tu peux donc désormais recenser ton avatar ICI
★ Rechercher des amis/plans cul/whatever ICI
★ Remplir ta T-card ICI
★ Appeler ta mère ICI
★ Et enfin, tu peux aussi quémander des RPs ICI

Que les étoiles te guident à travers Rosetta ♥


Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mon départ à l'arraché mais nécessaire.
» [CXL] Palm City - aménagement part 1 - Maria Beach
» Départ pour la Finlande!
» Entraînement au départ triathlon...
» Warhammer V8 à la Case Départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: