shooting stars


Unhappy Meal

avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Jeu 16 Fév - 15:04
Il arrive un moment dans la vie d'un homme où il doit ravaler sa fierté et revoir le sens de ses priorités. On peut vivre toute sa vie dans le noir ou ouvrir les yeux et affronter la réalité en face. Il faut savoir prendre ses responsabilités. Même si cela implique de faire un choix, un choix difficile.  Rafael ouvrit le petit réfrigérateur sous son bureau et soupira.

Ce jour était arrivé.

Le frigo était vide, il allait devoir sortir.

Cela faisait plusieurs jours qu'il survivait enfermé dans son labo sans autres réserves que des nouilles instantanées, du coca et des chips. Il s'en sortait très bien. Même si son kebab préféré ne livrait pas à domicile. Il le vivait bien. Vraiment. Magireve lui faisait les gros yeux à chaque fois qu'il ouvrait une canette mais tout allait bien. Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de canettes. Il était presque sûr d'avoir vu un sourire moqueur sur le visage du pokemon spectre. Il avait hésité très longtemps avant de sortir parce que (1) il fallait prendre une douche, (2) il ne savait plus où il avait mis ses chaussures et (3)

Non y'a pas de (3), il avait juste pas envie en fait.

Magireve trouva ses chaussures, sur lesquelles Skitty se précipita pour jouer ; Rafael les récupéra pour leur éviter de finir mâchouillées. Ne manquait que la douche, ce qui était une perte de temps si vous vouliez son avis. Mais si travailler dans un pull qui dégageait son propre champ de force olfactif lui convenait bien – maintenant vous savez tous pourquoi il donne cours en amphi – il ne tenait pas à faire fuir le caissier du fast-food censé sauver sa vie.
Non parce qu'il n'allait pas aller jusqu'au supermarché, en plus.

Heureusement que Bruyverne avait Vol, sans quoi sa flemme aigue l'aurait probablement tué des années plus tôt.

C'est donc propre et presque présentable que Rafael faisait à présent la queue dans son fast food favori. Il zieutait le triple menu avec supplément frites et Poffins gratos, solution à court terme mais qui convenait à sa flemme. En plus s'il ne récompensait pas Bruyverne il allait faire la gueule et Raf devrait rentrer à pied. Jamais de la vie.

« Bonjouuuuur que désirez-vous ? »

« Manger », faillit répondre Rafael, mais il se retint. Il avait vraiment trop faim pour râler. Il répondit au sourire poli de la caissière sur le ton brusque et rapide du type habitué à commander toujours la même chose :

« Un triple menu avec supplément fromage et bacon. Un coca en boisson. Pas de dessert. Et les Poffins. »
« Et avec ceci ? »
«  Bah... Rien. »

Il se demandait toujours à quoi les caissiers pensaient en posant cette question. Il avait une tête à prendre un Happy Meal, peut-être ? De toute manière, s'il voulait commander autre chose, il l'aurait précisé. Mais bon, les clients étaient parfois débiles – le type avant lui, il avait mis trois heures à choisir entre un burger avec ou sans frites. Rafael récupéra son menu, donna ses Poffins à Bruyverne et le laissa vivre sa vie dehors pendant qu'il s'installait dans un coin de la salle. Il y avait plusieurs clients mais ce n'était pas encore très bruyant, et surtout personne n'était assis à moins de deux mètres de lui, ce qui était parfait. Il ouvrit délicatement l'emballage de son repas. Enfin. Il avait tellement faim qu'à ce stade, c'était le burger de sa vie.

Finalement, c'était pas difficile de revoir le sens de ses priorités, hein. Ravaler sa fierté n'en parlons pas, il n'en avait pas vraiment. Enfin, c'était ce qu'il croyait.
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Sam 18 Fév - 22:40
Il arrive un moment dans la vie d’un homme où il doit ravaler sa fierté et revoir le sens de ses priorités. On peut vivre toute sa vie dans le noir ou ouvrir les yeux et affronter la réalité en face. Il faut savoir prendre ses responsabilités. Même si cela implique de faire un choix, un choix difficile. Plutonium baissa les yeux vers sa montre Astrale, relisant d’un air dépité le message envoyé plus tôt par son boss.

« J’aimerais que tu me retrouves dans mes appartements avec le rapport dès que possible, et que tu te charges de négocier les termes du contrat le chanteur-bogosse-quelconque-qui-va-nous-faire-de-la-pub-qu’importe-son-nom. Tu l’as déjà contacté, n’est-ce pas ? »

(Lu à 11:25)

Le rapport. Ahah, oui, le rapport qu’il n’avait pas encore rédigé parce qu’il avait passé trois nuits sur OHWOW. Et K-os, la star internationale qui faisait le bonheur des adolescentes (friandes de produits Atlas achetés par des parents pleins aux as), sur lequel il avait des recherches intensives mais à qui il n’avait pas encore proposé quoi que ce soit. Mais aussi, fallait pas lui demander ce genre de choses, à lui ! Il voulait bien comprendre que Merak soit en voyage d’affaires et que ses talents en matière de spam et de manipulation de chiffres rendaient la coopération intéressante avec leur future effigie, mais il ne pouvait pas faire toutes les corvées de William non plus…

Enfin, quitte à jouer les bonniches, il avait eu une idée magnifique. Au lieu de prendre ses responsabilités comme le trentenaire qu’il était, il allait troquer son jogging dégueulasse contre sa plus jolie robe. Voire même plusieurs robes. Il avait une idée et ça allait être génial.

En plus, il avait la dalle.

C’est ainsi qu’on vit une jolie demoiselle entrer dans le fast-food, un charmant sourire dessiné sur ses lèvres peintes. Habillée de manière assez banale, on ne la remarquait pas vraiment ; juste une jeune femme normale venue se sustenter avant de retourner au boulot… et avec certes des goûts peu conventionnels.

« Alors je voudrais bien… mmh… deux burgers, un triple-cheese et un Golemastoc supplément Magicarpe, avec des frites, un Soda Cool large avec un cœur et le nom Stacey écrit dessus, un milkshake banane avec tous les suppléments sauf les copeaux d’amande s’il vous plait, car je suis allergique et que je pourrais vous coller un procès, puis j’aimerais bien des Pokéblocs amers pour mes amours et une ou deux Malasadas pour la route ! S’il vous plait. »

Le serveur avait lentement hoché la tête, fixant son interlocutrice comme si il était prêt à lui réciter sa lettre de suicide, et lui apporta quelques minutes plus tard sa commande. Le remerciant, Plutonium se dirigea en trottinant vers la table la plus proche, non sans renverser la moitié de son soda sur son pull (d’habitude, il était très doué lorsqu’il s’agissait de courir en talons, mais vu le poids de ce qu’il portait, on pouvait le pardonner). Suite à quoi il avait avalé quelques bouts de son cheeseburger, histoire de se rassasier, avalé son milkshake à la va-vite en faisant beaucoup de bruit, et filé les Pokéblocs à son fidèle Fouinar rose. Lequel fit une terrible grimace.

« Krr, amers, tes préférés… en commençant par la fin. »

Enfin, c’était pas tout, il avait autre chose à faire. Abandonnant la moitié de son plateau et prenant Kyary dans ses bras, il se dirigea vers les toilettes des femmes, fort heureusement vides pour le moment. L’occasion pour lui de se changer pour mettre quelque chose de plus… audacieux, disons. Enfilant son fidèle costume de maid, recoiffant la perruque rouge qui effleurait ses épaules, il se regarda une dernière fois dans le miroir. Fond de teint, mascara ? Parfait, il avait l’air d’une parfaite idole prête à voler des cœurs. Bas, jupe, talons ? Il les portait mieux que personne. Il ne lui restait plus qu’à remettre rapidement un peu de rouge à lèvres, ce qu’il s’empressa de faire. Avant de quitter la pièce, il accrocha simplement un petit micro à son collier, et dessina un joli cœur sur le miroir à l’aide de son bâton de rouge à lèvres (désormais inutilisable car c’était dégueulasse, mais c’était cool quand même). Photo qu’il immortalisa avant de la poster sur son blog, accompagnée du message :

Stacey est de retour, mes amours ☆*:.。.o(≧▽≦)o.。.:*☆

Et Stacey sortit, faisant sa grande entrée au milieu du fast-food, une jambe relevée façon pin-up et un V de la victoire plaqué contre sa joue.

« HELLO, everyone ! Vous allez bien ? C’est Stacey, votre idole préférée, qui vous parle ! Et aujourd’hui, pour vos yeux ravis, je vais chanter un air que vous allez tous adorer. Moi et Mewmew le Fouinar, on ne peut pas attendre de vous faire entendre ça ! Et au passage, c’est totalement gratuit (contrairement à mes concerts). Ce que je ferais pas pour vous… »

Ouf, ben heureusement qu’il savait modifier sa voix à loisir, même si dans trois jours il ferait le deuil de ses cordes vocales. Personne ne se doutait de rien – et de toute manière ses faux seins auraient su tromper bien des connaisseurs. Un des employés, peut-être le seul assez malin pour comprendre qu’elle n’était pas une intervenante quelconque censée être là, essaya de se rapprocher d’elle, mais Kyary Pamyu Pamyu se chargea de protéger son dresseur en entrant dans les vêtements du jeune homme. Plus personne n’osa protester ensuite. Mais… ça n’était pas assez drôle comme ça.

« Cela dit, pour mon spectacle, j’aurai besoin de volontaires ! J’aime faire participer mes fans ! Ou mes futurs fans ! Ou les gens qui prétendent être mes fans pour mieux mater mes albums pendant que je vide leurs Paypal ! Et ce sera… »

Une chevelure noire mal coiffée attira son attention. La seule personne qui, justement, ne semblait pas absolument captivée par sa personne et ne prenait pas de photo ou de vidéo pour immortaliser sa bouille d’ange. Il n’aimait pas le spectacle ? Oh, il allait voir… se dirigeant vers lui en courant, Stacey le saisit brusquement par le bras, l’entraînant vers son emplacement initial.

« Et voilà notre petit chanceux ! lança l’homme aux yeux dorés, levant le bras de l’inconnu sans même lui lancer un regard. Ne sois pas timide, présente-toi, mon keur ! »

Sur ces mots, il posa un baiser sur la joue de l’inconnu en fermant les yeux, se mordant rapidement les lèvres comme pour les laver de cet affront avant de retourner vers son public.

Finalement, ce n’était pas si difficile de revoir le sens de ses priorités, William allait être ravi. Ravaler sa fierté, n’en parlons pas, il n’en avait aucune.
avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Dim 26 Fév - 14:41
L'espérance de vie des burgers était déjà très fine en temps normal ; dans les mains d'un Rafael Cipher affamé elle était proche de zéro. Il s'attaquait maintenant à ses frites quand un bruit désagréable brisa le morne brouhaha des conversations.

« HELLO, everyone ! Vous allez bien ? C’est Stacey, votre idole préférée, qui vous parle ! Et aujourd’hui, pour vos yeux ravis, je vais chanter un air que vous allez tous adorer. Moi et bla bla bla bla... »

Ok, c'était juste une fille qui faisait le show et il n'écoutait déjà plus. Ces frites, donc ! Rafael ouvrit délicatement son petit paquet de ketchup, qu'il écrasa ensuite violemment entre ses mains pour en barbouiller ses frites, tel un serial killer. D'habitude il faisait ça devant ses élèves en leur faisant croire que c'était du sang mais– bref, c'était hors-sujet. Et il avait encore très faim. Il s'essuya les mains et prit délicatement une frite entre ses doigts lorsque quelque chose le tira en arrière. Je. Quoi. Rafael eut un mouvement légèrement désespéré en direction de sa table, puis tourna la tête vers la personne qui l'entraînait... au milieu du groupe de clients qui s'était rassemblé pour... Ah oui, cette fille qui faisait le show. Il avait déjà oublié.

Elle avait vachement de force quand même.

Ou alors c'était lui qui était tout mou. Aussi. Ils passèrent brièvement devant les vitres et Rafael échangea un regard avec Bruyverne, qui volait tranquillement à l'extérieur. Un regard apparemment morne, que seul son pokemon aurait pu interpréter comme... un appel à l'aide. Ce fut bref et Bruyverne l'ignora totalement. Rafael se demanda s'il n'était pas en train de sourire. Mais voilà qu'il était déjà au milieu de la foule et qu'on levait son bras. Rafael se figea, prenant conscience de la situation. Affronter une horde d'élèves en amphithéâtre, il savait faire – il y avait toujours une distance de sécurité, rappelez-vous – mais se trouver au milieu d'un groupe de fans en délire, c'était moins... c'était pas...

Il avait très envie de se cacher sous une table, d'accord ?

« Et voilà notre petit chanceux ! Ne sois pas timide, présente-toi, mon keur ! »

Je. Mais. NON.

« N... » commença Cipher, avant d'être coupé dans son élan.

Oh mon Arceus est-ce qu'elle venait de. l'embrasser. sur. la. joue ? Cipher eut un mouvement de recul comme si elle l'avait marqué au fer rouge. Il y eut des exclamations dans le public, sûrement des fans très envieux. Évidemment tous les regards étaient braqués sur lui maintenant. Il s'essuya la joue avec sa manche comme le ferait un gosse – en retenant un "berk" quand même parce qu'il avait pas été élevé chez les Tadmorv – et fusilla la jeune femme du regard.

« Raf. »

Y'avait pas moyen qu'il donne son nom complet. Il ne pensait pas avoir une grosse réputation à tenir, mais quand même, ça allait faire le tour des réseaux sociaux et il lui fallait inspirer un minimum de respect de terreur chez ses élèves pour se faire respecter en classe.

« Et vous, vous êtes qui ? »

Le ton était sec et méfiant, mais pas cynique. La question était sincère. Stacey avait bien repéré, c'était sûrement la seule personne dans ce restaurant à ne pas savoir qui elle était. Peut-être qu'il essayait de détourner son attention, aussi, et de passer outre le fait qu'il n'avait absolument pas écouté ce qu'elle avait dit précédemment et ignorait donc totalement ce qu'elle attendait de lui.

Et il avait toujours sa frite dans les mains.

Ça aurait été déplacé de la manger, là, non ?

HJ:
 
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Lun 27 Fév - 16:25
Sans lui accorder un regard, car après tout Stacey était une diva, il l’écouta répondre d’un ton blasé un pitoyable « Raf ». C’était tout ? Bah, ce n’est pas comme si il était incapable de le tracer par la suite si ça lui chantait. Le grand hacker Plutonium trouvait toujours un moyen de trouver des infos compromettantes sur quelqu’un ! Bien que ce ne soit pas, pour le moment, l’objet de ses préoccupations. Il était trop occupé à retenir un éclat de rire, cachant son amusement derrière son masque (et son fond de teint, accessoirement). Sérieusement, il avait fait une bonne pioche. Il sentait que ça allait être amusant avec ce type. Au moment où il s’apprêtait à demander un applaudissement pour Raf, celui-ci lui demanda qui il, ou plutôt elle, était. Question fort légitime, Plutonium devait bien l’admettre.

« C’est évident pourtant, non ? Je suis Stacey ! Tu n’as jamais visité mon blog, Raffy ? J’ai une petite notoriété sur le net, sans me vanter ! Enfin, il n’est jamais trop tard pour devenir un de mes fans. Je suis très généreuse envers mes nouveaux admirateurs. »

Bon, la vérité était un peu plus louche, mais mieux valait ne pas révéler à un inconnu qu’il était un homme de trente ans, leader d’une entreprise gigantesque qui préférait se déguiser en maid pour tenir un blog (à la popularité un peu trafiquée, mais tout de même inquiétante) à un travail déjà assez obscur en soi. Je veux dire, ils n’étaient pas si intimes. Ce qui n’empêcha pas la demoiselle de saisir la main du brun, remarquant qu’il s’accrochait à une frite comme si il s’accrochait à sa vie. Il n’allait quand même pas faire son show comme ça, n’est-ce pas ? Non sans effleurer la main de Raf, laissant certainement une large trace de rouge à lèvres dessus, il croqua dedans, le débarrassant de son fardeau. Il ignora les réactions du public, essayant de maintenir sa façade candide et innocente de Stacey.

« C’est plus pratique comme ça, non ? Maintenant, place au spectacle ! Je vais chanter XXVIth Century Girls ! »

Une chanson assez populaire, qui était d’ailleurs du type qu’il était censé appeler pour représenter Atlas (le hasard faisait bien les choses. Le sens de la mise en scène de Plutonium aussi). Lui ? Il n’était pas mélomane, bien qu’il reprenne parfois des chansons sur son blog - copieusement éditées, ça allait de soi ; déjà que sa voix féminine n’était pas très naturelle… Ce qui ne l’empêcha pas de commencer un live, entonnant quelques lignes après avoir lancé l’instru de la chanson sur sa Montre. Ce n’était pas vraiment bon mais son joli sourire et son éditeur automatique empêchaient les clients du fast food de se montrer trop exigeants par rapport à la prestation. De toute manière, ce n’était pas Stacey, le clou du spectacle, mais plutôt son invité spécial. Kyary, ayant fini de harceler le personnel, s’était enroulée autour des pieds de Raf, feignant un air affectueux qui arracha un son ému à certains. Soudain, l’idole resserra son étreinte autour du bras de sa victime, se rapprochant de lui pour lui faire profiter de son micro (et de ses faux seins éventuellement). Cessant de chanter, elle plaça les lyrics de la chanson, inscrits sur hologramme sur sa Montre, devant lui, et lança joyeusement :

« On chante la suite ensemble ? S’il te plaiiiit… C— »

En tournant la tête vers lui, il fut brusquement stoppé dans son élan. Il ne l’avait pas regardé une seule seconde, mais son visage… son visage lui rappelait quelque chose. Même taille, mêmes traits, même si quelque chose était terriblement différent. Il lui manquait son air candide et son ton musical, son aspect si rayonnant qui aurait rendu ternes toutes les farces de Plutonium. L’espace d’une seconde, il resta paralysé, terrifié par cette vision familière. Mais il revint presque immédiatement à son état normal, agissant comme si rien ne s’était passé. Ouais. Mieux valait ne pas y penser. Il était Stacey de toute manière, personne ne pouvait le griller. Mais il avait quand même manqué de dire Cipher. De justesse.

« … R-Rafchou ! Tu commences, je te suis ! Ce serait dommage qu’il y ait un blanc gênant, non ? Surtout qu’on est filmés. Souris, keurchou ! »

Oui, ce serait vraiment très embarrassant de ne pas le voir chanter. Ou au moins avoir une réaction drôle. Parce que le public exigeant, de toute manière, l’encourageait déjà à entonner les paroles guimauve et ridicules de XXVIth Century Girls…
avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Sam 25 Mar - 20:07
Raffy. Son œil droit tiqua nerveusement. Raffy. Personne ne l'appelait Raffy. Sa propre mère n'osait pas le surnommer comme ça. Même quand il avait cinq ans. Elle se tournait vers les jumeaux avec un grand sourire, s'exclamait : "Lou chériii et... et Raf". Sa voix perdait un tout petit peu son enthousiasme quand elle disait "et Raf". Rafael regardait son frère sans comprendre. Il avait réalisé bien plus tard que c'était parce que, même à cinq ans, il avait naturellement l'air de faire la gueule.
Mais Stacey, elle ne semblait pas s'embarrasser de sa mauvaise humeur de façade – ça n'allait bientôt plus être une façade, mais on y reviendrait plus tard. Raf tirait la tronche, ce qui chez lui revenait à abaisser légèrement les commissures de ses lèvres et à juger très fort de son regard les gens qui l'entouraient comme s'il avait mis les pieds dans la boue au milieu de paysans ne parlant pas sa langue et hautement contagieux.
Enfin ça, c'était avant que Stacey ne lui vole sa frite.
Sa.
Frite.
Il se figea comme si elle venait de le gifler, alors qu'il aurait dû être celui qui distribuait des baffes là tout de suite. Une baffe à chacun de ces bouseux qui filmaient sa tronche, une baffe à Stacey et il était contre la maltraitance animale mais une baffe pour le pokemon qui s'accrochait à lui aussi. Rafael enfonça ses mains dans les poches de son pull. Non pour se retenir de frapper, mais pour cacher leur tremblement : il n'était violent que dans sa tête, alors c'était tempête mentale de baffes pour tout le monde, rien de plus.

Il n'écoutait pas tout ce que disait Stacey mais sa colère le rendait plus lucide qu'il ne l'avait été jusque là – il avait l'impression de se réveiller pour la première fois de la journée, aussi alerte que s'il avait bu trois cafés. (Spoiler: il lui fallait au moins ça pour sortir de son apathie habituelle.) Son regard se planta sur le visage de la starlette et il lui sembla sentir ses pupilles se dilater alors qu'il examinait son expression niaise et mielleuse avec une petite moue de dégoût.

« On chante la suite ensemble ? S’il te plaiiiit… C— »

Mais c'est tout ce qu'exprimait le visage de Rafael alors que Stacey suspendait ses paroles, l'air troublé. Raf la fixa comme s'il la passait aux rayons X, et ce n'était certainement pas pour voir à travers les couches de froufrous qui composaient son vêtement. Quelque chose venait de se passer, juste là. Rafael n'était pas doué pour lire dans le regard des gens – cela supposait une empathie et une sensibilité qu'il n'avait pas ou refoulait très fort – lui il observait les expressions du visage, le sourire surtout, les tics de langage, le soudain soubresaut d'un sourcil, la tenue et la démarche. Il avait passé des années à contempler Louis comme ça alors il était habitué aux mascarades.

Il sentait qu'il y avait un truc, il ne savait juste pas quoi.

Il n'était pas sûr d'avoir envie de le savoir, par contre. C'était dur de choisir entre laisser libre court à son super-pouvoir de déduction sa passion dévorante pour la recherche et son écoeurement devant tant de niaiserie et d'affichage en public. Oui, il avait presque oublié le public. Il se sentait un peu moins embarrassé maintenant que son cerveau avait un autre sujet sur lequel se concentrer, mais il était conscient que cette foule, ces caméras et cette chanson atroce n'allaient pas tarder à le bouffer s'il ne réagissait pas.
Ou au moins à faire saigner ses oreilles.
Une solution, vite.

« ... R-Rafchou ! Tu commences, je te suis ! Ce serait dommage qu’il y ait un blanc gênant, non ? Surtout qu’on est filmés. Souris, keurchou ! »

Il avait une folle envie de sourire d'un air malsain mais il se retint, jugeant que le garde-du-corps accroché à sa jambe risquait de le prendre comme une menace et de lui bouffer le mollet – ou autre chose de plus gênant à remplacer. Il choisit la solution qui lui paraissait la moins risquée et, faisant appel à tout son talent de comédien (non) se mit à tousser à en cracher ses poumons. Lorsqu'il eut fini de s'arracher la gorge – ce qu'il ne ferait pas pour échapper à un karaoké – il plongea une main dans la poche de son jean et en ressortit un des masques qu'il portait toujours au labo.

« Désolé. Je suis presque sûr que c'est pas contagieux » dit-il en enfilant le masque, sauf qu'il n'avait absolument pas l'air désolé.

Il le remonta assez vite, il l'espérait, pour cacher un sourire qu'il ne contrôlait pas tout à fait. Ce Lineon lui semblait un poil trop collant. Où étaient ses propres pokemon quand il avait besoin d'eux ? À bien y réfléchir ce lâche de Bruyverne serait sûrement en train de l'afficher sur Internet s'il avait deux pattes qui pouvaient tweeter (hasthag mon humain est trop ringard hashtag il connaît même pas Stacey non mais allô quoi).

Rafael toussa encore un peu derrière son masque, pour la forme et aussi peut-être dans l'espoir d'y perdre la voix, vu comment il y mettait du cœur. Il était très motivé à ne pas chanter : sans compter sa décrédibilisation auprès de ses élèves, il visualisait tout à fait la catastrophe que ça pourrait donner si Louis tombait sur sa performance sur son mur d'actualité. Il le taguerait et l'enverrait à toutes leurs connaissances en commun, il était même capable de retrouver personnellement ses quelques amis pour leur envoyer une capture d'écran sur une carte postale, son père le renierait, ses élèves l'afficheraient dans les couloirs et sa grand-mère posterait sur son mur pour lui demander en capslock si cette charmante demoiselle était sa fiancée et comment on faisait pour ajouter "des bonhommes qui sourient" – "ce sont des smileys, mamie". Bref, Rafael voyait défiler sa vie sociale devant ses yeux et il était décidé à ne pas laisser le cauchemar se réaliser.

« Je peux vraiment pas chanter » – quinte de toux – « demandez à quelqu'un qui connaît les paroles, peut-être ? » – toussotement.

Ok, peut-être que cette pique-là il aurait pu la retenir, mais il était presque sûr que Stacey était trop niaise pour capter le sous-entendu.
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Mer 29 Mar - 14:41



ft. Rafael Cipher

Fast-Food
Allez, chaaaaante, suppliait intérieurement le roux. Oui, parce que ça le faisait franchement kiffer, ce genre de situations. Il se voyait déjà récupérer la meilleure des vidéos prises par les spectateurs et implanter un virus de spam dedans, histoire de la faire tourner dans le monde entier. Fallait pas le prendre personnellement, il ne faisait que promouvoir les talents en chant de son amie Stacey ! Nah, plus sérieusement, il avait bien choisi ce type. Une tronche pas possible, l’air pas spécialement enclin à fuir, mais n’arrivant pas à se prendre assez au jeu pour être sympa à voir non plus. A force de farces, le rouquin avait commencé à gagner un Victimoradar surdéveloppé, sa plus grande fierté. L’idole se permit même de se retourner brièvement vers Raffy, se mordant la lèvre. Pour retenir un sourire en se nourrissant de la colère qu’il peinait à masquer.

Ou était-ce un tic inquiet, pour cacher l’inquiétude que lui inspirait ce visage ?

Malheureusement, quand on prie sa bonne étoile, rien ne se passe et son canari chéri ne chanta point. Enfin… il fit au moins un effort de participation en entonnant un petit air que Plutonium ne connaissait pas, mais qu’il aurait personnellement intitulé « Violent crachement de tripes supplément frites tout juste avalées ». Oh, ouais, glorieux moyen de s’échapper. Evidemment que Plutonium voyait clair dans son jeu. Lui-même était… un… pro lorsqu’il s’agissait de fuir ses responsabilités ! (oui, chanter une chanson nulle devant le public d’un fast-food était une mission de premier ordre) Il décida alors de saisir un masque de labo pour le mettre sur son visage. Un masque de labo ? Ok, du calme, c’était pas très sexy pour une idol d’avoir des sueurs froides en pleine représentation.

« Désolé. Je suis presque sûr que c’est pas contagieux.
- Mon pauvre cœur ! C’est peut-être nerveux ? Je te fais tant d’effet ? »

Ajouta-t-elle d’un ton niais, feignant un embarras mignon de circonstance, arrachant un petit rire à Kyary qui s’accrochait toujours aux jambes de Raf. Apparemment, la bestiole s’amusait beaucoup aussi, peut-être plus que lui ; même si elle lui ferait payer le prix de ses Pokéblocs amers en chatouilles plus tard, lorsqu’il s’agissait d’embêter son monde elle était toujours partante. Et encore, il n’avait pas emmené sa saloperie de Motisma qui aurait retransmis en direct la scène sur tous les écrans d’Astéria et possédé la friteuse. Ou Cody. Qui aurait joué le rôle de friteuse, bouffant tout le monde sur son passage. En fait, n’importe quel membre de son équipe se serait plus amusé que lui, le doute l’empêchant de profiter totalement de l’instant. Mais sa robe et son sourire le protégeaient, pour le moment. Pour combien de temps ?

Nouvelle quinte de toux, entre deux paroles. Il ne pouvait vraiment pas chanter. Intérieurement, le roux fut pris dans un terrible dilemme : est-ce qu’il le poussait à chanter, insistant pour rire un bon coup ? Ou bien trouvait-il autre chose à…

Il n’eut pas le temps de choisir ; le staff du fast-food avait dû commencer à comprendre la mascarade, ou simplement à être lassé du spectacle, puisque le manager débarqua en courant, l’air de sortir de sa pause café, marmonnant des jurons dans sa barbe avant de hurler plus clairement :

« Vous foutez le bordel dans mon fast-food ?! Sortez de là immédiatement !
- Oops, gotta go ! » déglutit le roux, sa voix déraillant légèrement.

Il saisit brusquement Raf par le bras, instinctivement, et récupéra Kyary de sa main libre en s’enfuyant sous les rires ou les applaudissements du public. Courir, ça aussi, il savait faire (je vous laisse deviner pourquoi) ; et ce, même en talons hauts. Définitivement la qualité la plus rare et importante possédée par les grands admins Atlas. Malgré son poids, il parvint assez rapidement à quitter les lieux, le cœur battant, et à se réfugier dans une rue un peu plus éloignée. Bien qu’il fût difficile de trouver une rue déserte à Astéria, pour les standards de la ville, elle était assez peu fréquentée (bien que quelques employés de bureau aient pu les regarder depuis leurs tours immenses, ce qui les aurait changé de leur quotidien un peu chiant). Plutonium s’arrêta alors brusquement, le souffle court, cherchant désespérément à récupérer un peu d’air dans ses poumons fragiles de glandeur. Suite à quoi il se retourna vers le brun, son sourire disparaissant de son visage, retirant brusquement sa perruque.

« C-Cipher… qu’est-ce que vous faites là ? »

Il acheva sa question, entrecoupée de souffles effrénés, par un sourire en coin, trop tordu pour être convaincant. Un petit rire nerveux le suivit, et il sembla se détendre un instant. Mais la vérité était qu’il était sacrément confus. Le hacker jeta un nouveau coup d’œil, plus précis, à son interlocuteur. Il aurait reconnu ces traits, ces yeux sombres qui le scrutaient entre mille, il n’y avait pas d’erreur possible. Mais… quelque chose n’allait pas. Cipher avait une coupe au bol impeccable et non des cheveux encore humides et vaguement en bataille. Cipher avait un sourire tellement large et rayonnant qu’on le sentait derrière son masque, non une moue dégoûtée. Cipher avait bien cette voix mais parlait d’une voix douce et d’un ton musical, et non en marmonnant d’un ton grave et blasé. Cipher était beau et avenant, avait une tenue impeccable et une peau digne de passer dans une pub pour la chirurgie faciale intégrale, Cipher se tenait droit, faisait de grands gestes et avait de grands yeux expressifs ; son interlocuteur aurait pu être identique si il n’avait pas l’air d’avoir une maladie en phase terminale ou, sur une note plus positive, d’être un de ces NEETs se laissant dépérir et servir par des robots achetés par papa-maman. Et Cipher n’allait pas au fast-food comme un plébéien, mais mangeait dans des boîtes à repas rose bonbon des plats maisons tellement frugaux et jolis qu’on ne voulait pas y toucher (ce qui n’empêchait pas Plutonium de piocher dedans). Raf… Louis. L’ombre et la lumière.

Au final, il ne leur trouvait à tous deux qu’un air de serial killer. Est-ce qu’il était comme ça hors du bureau… ? Impossible, il devait être à la Tour Atlas et ce n’était simplement pas lui.

« Bon, on est d’accord que vous êtes pas fait pour la chanson. Mais… qui vous êtes, au juste ? Histoire que je vous recommande à une agence de talents, qu’ils vous remettent à niveau~ »

comment flatter ton Némésis en bolossant son interlocuteur
—fleur ✿

avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Sam 8 Avr - 23:59
Rafael était content de lui, du moins, autant qu'il pouvait l'être au bras d'une idol et entouré de ses fans dans un fast-food. Il lui semblait qu'il reprenait un peu le contrôle de la situation et c'était rassurant. Il n'était pas sûr que Stacey se soit laissée embobiner par sa piètre performance d'acteur. Même à ses oreilles, c'était douteux. Pourtant elle réagit avec la même niaiserie qu'auparavant :

« Mon pauvre cœur ! C’est peut-être nerveux ? Je te fais tant d’effet ? »

Cipher fit semblant de ne pas comprendre (c'est-à-dire qu'il interdit à son cerveau de s'arrêter sur les mots exacts) et se contenta de toussoter dans sa manche comme un pauvre type qui développerait soudain une allergie aux frites.
Peut-être qu'il aurait dû dire ça.
Peut-être que les secours seraient venus le chercher avec une sirène et tout.
Mais il n'eut pas le temps de penser à cette chance ratée, car le manager du fast-food sembla enfin se réveiller et débarqua pour virer tout le monde. Cipher se demanda vaguement pour quoi ce type était payé quand il réalisa que "tout le monde", c'était en fait juste Stacey et lui. Pourquoi lui ? Il n'eut ni le temps de se poser cette question ni celui de pleurer la perte de ses frites, abandonnées là-bas au loin sur sa table solitaire... il se faisait entraîner par la sortie par une jeune femme vraiment plus solide qu'il ne le pensait. Enfin, Rafael n'avait lui-même pas beaucoup de force mais c'était un grand sac de patates de 1m80 qui faisait son poids quand même. Peut-être qu'il était juste trop mou et trop surpris pour résister. Décidément. Il fallait qu'il change cette habitude de se laisser entraîner sans résister, sinon un jour il allait se faire embarquer par les éboueurs en sortant ses poubelles de bon matin et on n'entendrait plus jamais parler de lui.
Vis ma vie de déchet.

Il lui sembla entendre son nom alors qu'il récupérait son souffle, les deux bras appuyés contre le mur de la rue dans laquelle Stacey avait bien daigné le lâcher enfin. Il avait l'impression de sortir d'une séance de pokézumba. Et non, il n'avait jamais essayé, même pas avec Louis et Skitty, enlevez-vous immédiatement cette idée de la tête, il imaginait juste très bien ce que ce genre de torture pouvait infliger à son corps de Limagma. COURIR. Mais quelle idée. Heureusement qu'il n'avait pas vraiment de quinte de toux, ou il serait actuellement en train de décéder.

Il se retourna en gardant une main sur le mur pour sa sécurité personnelle et lâcha un petit « hein ? », avant que Stacey ne retire sa perru–QU'EST-CE QUE C’ÉTAIT QUE ÇA. Raf lâcha le mur sous le coup de la surprise et glissa au sol comme le pauvre déchet qu'il était. Peut-être que son cerveau était en manque d'oxygène et qu'il avait des hallucinations ? Mais non. Non, non. Stacey avait une voix d'homme, en fait c'était un homme et, Cipher ne faisait pas souvent ce genre de compliment, mais elle... il avait en cet instant un sourire encore plus tordu que le sien. Son ton avait radicalement changé, son maintien également. C'était un renversement soudain de la personnalité, un nouvel étranger, auquel Rafael devait à nouveau s'adapter. Il était tellement perturbé qu'il mit un moment avant de comprendre que Stacey, ou quel que soit son prénom, était aussi choqué que lui.

« Bon, on est d’accord que vous êtes pas fait pour la chanson. Mais… qui vous êtes, au juste ? Histoire que je vous recommande à une agence de talents, qu’ils vous remettent à niveau~  »
« Eeeeh... » fit Rafael dans sa grande éloquence naturelle. Le partage des gènes à la naissance, c'était quelque chose de très injuste vous savez. Six frères sur dix en souffraient quotidiennement. Il se releva en prenant appui contre le mur. « C'est moi qui devrait vous poser cette question... Vous semblez me connaître, mais moi je n... »

Il stoppa net en comprenant la situation. Oh. OH. "Stacey" connaissait son nom mais ne savait pas qui il était.
La confusion. Une souffrance quotidienne pour dix jumeaux sur dix.
Le visage de Raf s'assombrit sensiblement, car c'était possible, et il retira son masque pour reprendre correctement son souffle, et aussi par réflexe.

« Je m'appelle Rafael. Vous connaissez mon frère. »

Il avait mis beaucoup d'effort dans le dernier mot et ça se sentait, à croire qu'il parlait d'une maladie grave ou des séquelles de la télé-réalité chez les 15-20 ans, ce qui revenait un peu au même au final. Il détestait afficher son lien avec Lou et mettre en évidence, la... euh, l'évidence.

« Je suis désolé », ajouta-t-il, et le ton était sincère pour la première fois de la journée.

C'était typiquement le ton d'un homme qui annonçait "votre Pichu a un cancer" ou "votre fille regarde Poké Story". Parce que quel que soit le lien entre cet homme et Louis, il y avait 96% de chances que ce dernier ait fait une connerie. Y'avait qu'à voir l'air choqué du pauvre type.
Ou alors il était juste sidéré par la dégaine honteuse de Rafael qui, à côté de son frère, prenait encore davantage des airs de cadavre ambulant. Mais pour ça aussi, il voulait bien s'excuser.

Il avait échappé au karaoké alors tout lui semblait plus léger.

« Et vous, hum... j'imagine que vous ne vous appelez pas Stacey ? »
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Unhappy King Charles - GMT
» [CR] Unhappy King Charles : par Crom...well
» Pub avec plein de perso PS3 sisisi
» [Trad. par Zefnar] Eternity Meal, One Portion (Chihagura)
» [Aqua Force] Meal storm le retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: