shooting stars


Event #1 - Hear me out

avatar
Messages : 2
Pokédollars : 203
Ven 17 Mar - 16:37
event #1

Hear me out

C’était l’heure, enfin. William passa une main dans son épaisse chevelure brune, soigneusement coiffée pour l’occasion – il s’en serait passé – et poussa un soupir.  Il n’aimait pas se rendre à Basilia, impossible de le cacher. C’était là qu’il avait perdu un membre de sa famille, là qu’il avait fait pour la première fois face au monde réel en y voyant l’épidémie qui y faisait rage, une vingtaine d’années plus tôt. Mais, plus que n’importe quoi, c’était ici que se trouvaient les locaux de l’Association Gaïa, qui semblait avoir une terrible dent contre lui. Il savait que les méthodes d’Atlas et la société actuelle ne leur convenaient pas, tout au plus. Et si il commençait à se demander si c’était bien l’unique raison de leur rancœur, il commençait à être sincèrement agacé par leurs attaques répétées. Bien entendu, il était hors de question pour lui d’abandonner ses objectifs d’amélioration du monde ou son entreprise ; c’était tout simplement suicidaire.

Et c’était pour cette raison qu’il était revenu à Basilia. Après des années d’abandon de la ville (qui semblait avoir développé sa propre culture depuis, telle une brique de lait laissée deux-cent ans au frigo), il avait décidé d’imaginer des plans de modernisation de la ville. Peut-être qu’ainsi, il mettrait fin à des années d’indifférence envers Basilia, ferait le premier pas vers eux pour chercher une forme de coopération – outre les bénéfices qu’il pourrait en tirer, bien sûr. Ca ne serait peut-être pas concluant immédiatement, bien évidemment. Mais ses opposants, quels qu’ils soient – et il soupçonnait bien entendu l’Association intouchable – commençaient à devenir une réelle menace. Loin de leur balancer des fleurs au visage et des lettres de mécontentement, ils s’en prenaient directement au système informatique d’Atlas Industries et semblaient capables d’aller beaucoup plus loin, malgré leur impact limité.

C’était le plus inquiétant, en fait ; il n’avait aucune idée de ce dont ils étaient capables, ni jusqu’où ils seraient prêts à aller pour créer un « monde plus harmonieux ». Et leurs airs d’association caritative innocente et bienveillante ne faisait que les servir. L’opinion publique, Atlas comme Gaïa seraient capables de la distordre jusqu’à un certain point, si une guerre secrète venait à éclater.

Et au point où il en était, chercher à tendre la main vers eux était la seule manière dont il pouvait agir.

L’homme aux yeux sombres grimpa lentement sur la somptueuse estrade installée pour l’occasion. Il aurait aimé se présenter sous la forme d’un hologramme, à distance ; mais être là en personne avait toujours plus d’impact, hors de question pour lui de rester à la maison. Bien évidemment, les lieux étaient protégés, aussi bien par des présences humaines et Pokémon placées discrètement que par un champ de force l’empêchant, entre autres, d’être interrompu dans son discours par une balle perdue (c’est drôle, ce genre de choses semblait assez courant). Bien évidemment, tout serait retransmis sur les Montres Astrales de ceux qui n’étaient pas venus ou étaient encore en route… mais étrangement, la plupart des gens aimaient être au cœur du spectacle.

En face de lui se dressait une immense foule de curieux venus de toute la région, curieux de découvrir la nouvelle que réservait Atlas. Après la création de l’Académie Spatiale, beaucoup avaient commencé à suivre les nouveautés que proposait l’entreprise, attendant leurs plus grands projets avec impatience. D’autres étaient sûrement venus pour la distribution de petits objets made in Atlas, sortir un peu de chez eux, voire simplement par ennui. William n’en avait aucune idée. Mais une chose était certaine ; au moment où il se plaça en face d’eux, tous les regards se tournèrent vers lui.

« Bonjour à tous ! Je suis ravi de vous voir si nombreux à l’annonce d’Atlas Industries. Si je suis présent à Basilia aujourd’hui, c’est en effet pour présenter un nouveau projet qui, je l’espère, sera le symbole du changement de cette ville trop longtemps délaissée par le progrès. Certains d’entre vous auront déjà remarqué le début du chantier, et se demanderont ce dont il s’agit. Il est question d’une Tour Radio, accessible à la tous et dont les nouvelles seront répandues dans le monde entier sur les appareils Atlas. Journaux, bulletins, discussions et articles en tout genres, des plus grands évènements aux plus petites anecdotes... Grâce à nos récentes découvertes scientifiques, nous pourrons accéder à une nouvelle ère de l’information, où tout sera plus accessible que jamais. Et cette Tour Radio sera le premier pas vers ce futur meilleur. »

La grande nouvelle est lancée : le prochain projet d'Atlas sera une Tour Radio ! Beaucoup de curieux et d'enthousiastes sont présents à Basilia pour en savoir plus ou profiter des cadeaux et animations présents. Mais il s'agit surtout, pour Atlas Industries et l'Association Gaïa, d'une occasion de se rencontrer enfin...

Qui que vous soyez, vous pouvez participer à cet event de deux façons différentes. La première consiste à poster à la suite de ce message ! Vous pouvez faire ce que vous désirez et il n'y a pas de limite de participants ou d'ordre de passage (si vous manquez quelque chose d'important, tant pis pour vous~). La seconde manière de participer est de créer un RP dans le chantier en cours. Cette fois-ci, il s'agira de RP classiques que vous organiserez vous-mêmes, bien que des RP prédéfinis vous soient proposés pour que vous puissiez participer à l'intrigue même sans idées !

Bien que les PNJ puissent intervenir, l'issue de l'event et les conséquences qu'il aura sur Rosetta dépendront de vos actions et de vos choix. Qu'importe la raison de votre venue, vous pourriez bien faire pencher la balance...  


avatar
Messages : 81
Pokédollars : 582
Disponibilité : oui
zone libre : les rageux vont rager
Equipe :

Dim 19 Mar - 19:44
hear me out


se mettre à la page, au courant des dernières nouvelles d’Atlas c’était partie intégrante du job de Calliope. En aucun cas elle ne pouvait manquer cette annonce ; elle avait donc fait l’effort de venir, tout en se frayant une place aux premiers rangs - elle pouvait voir William Atlas de là où elle était : clairement. Elle distinguait son visage aussi inaccessible que impassible à l’annonce de la nouvelle. Visage dur, visage qui m'intriguait mais pour autant, elle n’était pas venue aux premiers rang pour mater loin de là.
Elle observait à travers un autre oeil : à travers une caméra elle filmait l’annonce telle une groupie à un concert.
Elle allait pouvoir transmettre l’annonce à tous ses fans de cette façon. Et plus il y a de monde au courant, mieux c’est.

Un sourire satisfait qui se dessine sur son visage, elle s’éloigne quelque peu de l’estrade : la chaleur humaine et la foule lui montent à la tête. Puis elle cherche avec ses yeux maintenant, le visage de ses collègues au loin peut-être.
L’annonce passé il ne lui reste plus qu’à attendre les réactions,
celles d’ici,
et d’internet.


hrp: je squatte ce post. sorry c'est court, des bizou. venez #pechoatlas






s t a r

merci takeshi & Julia pour les vava ♥
avatar
Autre compte : Celebi Oum
Messages : 220
Pokédollars : 1120
Disponibilité : Quand j'suis là
Equipe : .
Jupiter
Speed Racer
Dozer
Zéro-Un




Dim 19 Mar - 21:45

Hear me out
Orion P. Abrasax & Plein de gens

Il était tout à fait logique qu'Orion se trouve ici ce jour-là. Après tout, c'est lui qui pilotait le vaisseau de son patron, le voir ici était donc loin d'être une surprise et il n'y avait même rien de plus logique. En se faisant la réflexion de où il se rendait, il s'était dit qu'il n'avait jamais conduit William Atlas si loin de chez lui. Il faut dire que ce dernier n'était pas du genre à trop dépasser le périmètre des tours de son entreprises, et c'était encore plus rare qu'il sorte d'Astéria, surtout pour se rendre à Basilia. Mais bon, là, c'était pour « la bonne cause ». Effectivement, le brun n'avait pas décidé de se déplacer pour rien, et c'était pour une grande annonce qu'il l'avait fait. Celui du projet de la Tour Radio. Le pilote de ce côté était bien sûr déjà au courant de ce projet, et trouvait que c'était une très bonne idée, et il était pressé de voir le projet réalisé. Ce n'était qu'un chantier pour le moment mais il ne doutait pas que les choses allaient avancer vite, après tout, les techniques modernes permettaient que les constructions aillent relativement vite, du moins comparé aux siècles précédents.
Il s'était donc posé dans la jolie ville de Basilia, ville qu'il n'aurait sans doute pas le plaisir de visiter puisqu'il travaillait. Il était donc hors de question qu'il aille flâner dans cette ville si verte et si différente de celle qu'il connaissait. Ici, ce qu'il y avait de plus haut n'étaient pas des tours, mais des arbres. Quoique... ce constat allait peut-être changer avec le projet d'Atlas. Quoi qu'il en soit, le blond n'était pas dérangé le moins du monde, il ne réfléchissait pas vraiment à quel impact cela aurait sur le paysage ou l'environnement, et encore moins sur les gens. Il avait une confiance totale envers l'entreprise dans laquelle il travaillait, alors pour lui, ce projet, c'était une idée superbe et il n'avait qu'une envie, c'était de le voir se réaliser. Il n'avait jamais vraiment compris les contestations des groupes comme Gaïa, il ne voyait pas ce qu'Atlas pouvait faire de mal.

Il se trouvait du côté de l'estrade, en retrait cependant, et non loin de là ou était garé le vaisseau. Il devait rester ici, au cas où il devrait évacuer William Atlas en urgence. Ça ne s'était jamais produit et il doutait que cela soit possible, mais il avait ses ordres et il y obéissait. Les bras croisés derrière son dos, se balançant légèrement sur ses pieds, il écouta avec attention les paroles de son chef, avant de l'applaudir une fois qu'il eu fini. Il aimait voir qu'Atlas avait des projets, la nouveauté l'intéressait et d'une manière générale les créations et constructions de l'entreprise l'avait toujours émerveillé, il ne les avaient jamais critiqués et le ne ferait sans doute jamais. Sans être une groupie, il était une sorte de fanboy de tous les objets d'Atlas, il en possédait beaucoup (quasiment tous) et il ne se voyait pas changer. Et puis, vu qu'il travaillait pour eux, il n'avait de toute manière pas le droit de les critiquer (pas qu'il en ait l'envie cependant).

Il passa son regard devant et autour de lui. D'abord, la foule qui s'était rassemblée était assez grosse, mais il ne pouvait pas vraiment distinguer les visages dans cette masse de gens. Il espérait y trouver ceux d'amis comme celui d'Ariane par exemple, mais plus important encore, il cherchait le visage de sa petite sœur, qu'il n'avait pas vu depuis un peu plus de deux mois et qui lui manquait déjà. Il n'avait pas envie de voir sa mère, mais cherchait la tignasse rose de Cassiopée... qu'il ne trouva pas, à son grand regret.

Cependant, il distingua une de ses collègue, Calliope, et ne put s'empêcher de faire un signe amical à la jeune fille, en ajoutant un petit coucou de la main. Elle a sûrement du filmer le discours pour ensuite le diffuser sur internet. Tiens, le blond devrait penser à lui demander les réactions que cela provoquait sur les réseaux sociaux. En attendant, il restait planter à son poste, se disant toutefois qu'il s'ennuyait un peu, il aimerait bien avoir quelqu'un avec qui discuter... Cela dit, il restait en alerte à tout moment, car bien qu'il ait peu d'inquiétudes à ce sujet, il ne savait jamais ce qui pourrait se passer, et devait être prêt si quelque chose n'allait pas.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





Présentation - Relations - T-Card - Portable

Orion pilote en #8b0a50
Merci Wonder
avatar
Autre compte : Jane-la-Lavette
Messages : 72
Pokédollars : 290
Disponibilité : Variable
zone libre : Merci Calliope & Julia pour les vava
Equipe :

Lun 20 Mar - 0:02


Hear me out

C'était toujours la même chose, pensais-je alors que je voyais mes collègues transporter leurs dossiers jusqu'aux bureaux de nos patrons. Ils poussaient cette porte, les aisselles trempées de sueur et avant qu'elle ne se ferme, je pouvais entendre les voix des deux associés rédacteurs en chef du New Rose. Les cendres de ma clope tombèrent sur mon bureau et je les virais sur le sol d'un mouvement de doigt. J'avais bien apporté un cendrier mais à chaque fois, on me le retirait, sûrement pour m'empêcher de fumer. Comme si cela allait m'arrêter ! Si j'apportais un cendrier c'était pour ne pas en mettre partout, me l'enlever m'obliger à soupoudrer la moquette de résidus de cigarette. Mon regard se reporta sur la porte. Combien de temps restaient-ils à l'intérieur ? Un quart d'heure à peu près. Puis, ils ressortaient avec le sourire aux lèvres et cet air malicieux qui signifiait : Je l'ai eu ! Mon bureau était juste à côté de celui des patrons et chaque fois, je ne manquais pas cette supériorité que tous avaient. Envers ceux qui n'avaient pas su plaire. Envers ceux qui n'avaient pas le job. Ma cigarette se brisa entre mes dents. Je jura alors, époussetant ma souris et ma tablette recouverte de tabac. Franchement, ce n'était pas ma fucking journée. Si même mes addictions ne me  permettaient plus de me remonter le moral, où allait le monde ?! Quelques gloussements retentirent derrière moi. Piqué au vif, je pivota sur ma chaise roulante pour offrir un magnifique doigt d'honneur à mon collègue. L'homme en surpoids s'étouffa avec son hilarité. Bien sûr que je t'ai entendu fat piggy. Il détourna le regard en toussant, faisant mine de travailler avec assiduité sur son écran d'ordinateur. En plus, il me prenait pour un con.
Je tira une autre cigarette de mon paquet et l'alluma par réfléxe. J'inspira profondément et mes bronches se gonflèrent de fumée. Qu'est-ce que cela faisait du bien.... Je pourrais presque oublier le superbe article que j'aurais pu faire sur le voyage organiser par la Cité Spatiale. Cela aurait été génial, j'aurais pu enfin approcher les étoiles et admirer mars au plus près ! Mon rêve d'enfant aurait pu se réaliser, mais il a fallu que l'on me refuse ce droit ! Serait-ce trop demander que l'on m'exhause un petit souhait. Un tout petit, petit, petit souhait de rien du tout : celui d'enfin décrocher de ces stupides concours et de pouvoir interviewer des personnes qui ont des choses intéressantes à raconter ? Non ! Parce que soit disant, je suis excellent dans ma rubrique et qu'ils ne peuvent pas se passer de mon talent. S'ils me ressortent encore que j'ai ça dans le sang, je vais leur faire manger leurs moustaches. Cela n'était pas l'envie qui me manquait lorsqu'ils ont confié l'article sur la sortie spatiale à une autre. Une blonde platine qui devait forcément être passée sous le bureau pour avoir eu l'autorisation de s'envoler dans le prochain vaisseau. Il n'y avait pas d'autre explication ! Cependant, à la place d'être hors de moi, j'ai ressenti de la douleur. Je n'ai pas fait de collage sur leurs fenêtre, ni envoyé des sms gênants sur leur portable. En ce moment, je me sentais juste abattu... Peut-être que j'allais finir la fin de ma carrière cantonné à un podium où des mômes en mini-jupe se dandinent... J'envoya d'une pichenette un peu de cendre sur un bureau voisin. Je ne savais pas pourquoi j'avais fait cela mais lui trouverait bien une chose à se reprocher.
Je me leva l'âme en peine et me dirigea vers les toilettes pour vider ma vessie et me refroidir la tête. Et non les deux actions allaient se faire séparément, merci bien.

Je donna un petit coup de pied pour rentrer. Aussitôt la douce odeur de désodorisent senteur fleur du jardin printanier m'agressa les narines. Un jour, les femmes de ménage arriveront à doser la quantité de produit à diffuser dans les toilettes. Un jour...
J'allais me positionner devant l'urinoir quand j'entendis quelqu'un tousser. Plutôt s'arracher la glotte, pardonnez-moi. Je ne pouvais pas laisser ce pauvre bougre s'étouffer dans les efflures du désodorisent... c'était un cas de personne en danger ! Je frappa à la cabine. Hum, Sir, vous survivez ou il faut que j'appelle les pompiers parce que je ne vous ferais pas de bouche à bouche. Les bruits diminuèrent légèrement et une voix sifflante me répondit. Non ! N'appelez personne ! Je me recula prestement. D'accord d'accord, pas la peine de s'énerver. Je vous laisse mourir en paix mais si j'étais vous, j'aurais utiliser d'autres moyens plus simples pour me suicider. La voix se calma. Ex-excusez moi... je ne voulais pas crier... Juste n'appelez personne. Je hocha la tête avant de réaliser que la personne ne pouvait pas me voir. Très bien, mais si vous pouviez au moins ouvrir la porte si jamais vous faites une syncope, ce serait mieux pour vous sortir de là. Après un long silence entrecoupé de toussements, le loquet me montra sa petite pastille verte. Et ho surprise ! Piggy ! L'homme me dévisagea avant de s'empourprer de colère. S'il était aussi mal, cela voulait dire que plus tôt, il était vraiment en train de travailler et de s'étouffer tout seul cet imbécile. Qu'est-ce qui t'arrive mon gros ? Un truc n'est pas passé ou tu as appris que ta femme était de l'autre bord ?, dis-je avant qu'il ne m'incendie de remarques. Il ouvrit la bouche, hésitant à m'insulter ou répliquer. La quinte de toux eut raison de lui et je me décala sur le côté pour lui tapoter dans le dos. Allons, expliques tout à Daddy Prism. L'homme prit une grande inspiration. Je- je ne peux pas... sinon... Mes tapotements se changèrent en claque. D'accord, d'accord ! J-je fais juste une allergie au pollen mais les rédacteurs en chef n'en savent rien... Je le dévisagea dubitativement. Il plaisantait j'espère parce qu'en cas contraire je serais encore plus heureux de n'avoir aucune connerie dans ce genre. C'est la stricte vérité ! J-je fais aussi des crises d'anxiété... de l'intolérance au lactose e-et d- Non ça va aller, je te crois, le coupais-je précipitamment. Il souffla longuement. J-je dois absolument me calmer, il y a une conférence à B-Basilia avec William Atlas. Quoi ? C'est en rapport avec le chantier, c'est ça ! Il n'eut pas besoin de me répondre, je connaissais déjà la réponse. Cela semblait tellement intéressant ! Être aux premières loges pour assister à un discours de l'homme le plus riche de la ville ! Je sentais l'excitation remonter le long de mes entrailles et je ne pus retenir un gémissement d'envie. Mes yeux pétillaient et je passa mon bras autour du cou de Fat Piggy. Mais tu sais, Basilia est l'endroit le plus riche en végétation de Rosetta, ça risque d'être embêtant non ? L'autre journaliste blanchit comme un linge. M-mais comment je vais faire ? Je n'ai pas pris mes médicaments ce ma-atin. Je lui offris mon plus grand sourire digne d'un ectoplasma. J'ai une petite idée. Je viens à ta place et je fais ton article ni vu ni connu. Il semblait un peu perdu et il toussa dans son coude avant de me faire part de ses inquiétudes. M-mais on va se rendre compte que tu n'es plus à ton bureau et qu'est-ce que je vais faire moi ? Je ris doucement et approcha ma bouche de son oreille. Va te bourrer la gueule, te faire un cinoche ou admirer des pole danseuses, je m'en fous. Vis ta vie, Piggy, et ne t'inquiète pas je m'occupe de tout.

Franchement... cette journée n'était pas si mal. Ecouter les paroles de William Atlas ou rester assis devant un écran, il n'y avait pas photo. La foule était rivée vers la grande estrade et mon badge de journaliste m'avait permis de m'approcher au plus prêt sans être écraser. Ma tablette à la main et mon appareil photo à la main, j'étais prêt à sortir tout mon talent pour faire le meilleur article de presse ! D'autres journalistes étaient présents et je reconnu quelques visages et quelques noms de journaux. Puis, le PDG d'Atlas entra sur scène et il fut acclamé par des flashs et applaudissements. Je pris mon temps pour immortaliser son visage avant qu'il ne commence à parler.
Je releva la tête de mes notes. Une tour radio ? C'était intéressant.

—fleur ✿
avatar
Autre compte : Quarante Deux & Seth Crystal
Messages : 70
Pokédollars : 1290
zone libre : Merci à Callie pour cet ava cute af ;D

Probably Mag's theme song if u ask me › www
Equipe :
Lun 20 Mar - 14:24

Hear me out


Event #1

Let's not pretend that things are easy to do, with a fake smile on your face, you try to see me through. Let's not pretend it didn't happen, that's not true. With a fake smile on your, face you try to play me for a fool ••• C'est avec un soupir d'ennui exagéré que Mag se laissa tomber contre l'épaule solide -quoique froide- d'Artemis. L'effervescence du QG Gaïa n'avait fait que gagner en frénésie ces dernières semaines, mais aujourd'hui, la tension était vraiment à son comble. L'humeur d'Agena avait beau sembler inébranlable, cette étincelle sombre dans ses yeux verts avait suffi à la brune pour comprendre qu'elle voyait presque cette tour comme un affront. Peut-être que 'presque' était un euphémisme. Son Pokémon la repoussant d'un geste doux mais ferme, la jeune femme lui adressa une moue un peu gamine avant de se rediriger son attention sur l'estrade du haut de laquelle William Atlas comptait s'adresser à Basilia.

Atlas industries dans cette ville "arriérée" ? Une première.

Impassible comme à son habitude, il lui rappelait beaucoup trop de personnes qu'elle avait connues à Neapolis. Ses parents, notamment. L'ingénieur n'était pas certaine que ça lui plaise beaucoup, mais elle fit taire ses pensées lorsque le discours commença. L'évènement avait fait beaucoup de bruit même avant son début officiel, principalement parce que Gaïa ne voyait pas cette tour comme de bon augure. La ville était très bien à leurs yeux, et si un peu de modernisation ne lui ferait pas de mal, effrayer les Pokémon avec des technologies peu respectueuses de l'environnement n'était clairement pas une option qui les enchantait.

Apparemment, Atlas peinait à comprendre le message.

Elle eut un rictus presque moqueur. "Délaissée par le progrès". Essayant de progresser correctement, en l'occurence. Pas que Mag soit contre une modernisation: elle n'avait de cesse de se plaindre des coupures pendant ses holo-conversations avec son frère dues au réseau parfois vacillant de la ville. Cela dit elle avait bien conscience que la situation de Basilia était assez unique dans le région de Rosetta, notamment au niveau de la préservation de la faune et la flore. S'ils ne progressaient pas avec précaution, ils risquaient de tout foutre en l'air. Elle n'était pas certaine que cette tour soit particulièrement eco-friendly.

Et puis il y avait ces rumeurs.

" Artémis, si tu veux bien me suivre. " fit-elle, revenant aux formalités habituelles sans même s'en rendre compte.

Le maintien altier de son Pokémon avait parfois cet effet sur elle, faisant remonter à la surface de vieux automatismes. La Scalproie sembla surprise mais sans plus, s'engageant docilement à la suite de sa dresseuse. Elle s'était glissée parmi la foule massée aux pieds d'Atlas mais n'y resterait pas plus longtemps. Ses yeux clairs cherchaient des visages familiers dans la foule. Peut-être des membres de l'association. Elle avait des doutes à partager. "tout sera plus accessible que jamais", assurait-il. Et la brune ne pouvait s'empêcher de grimacer. Ca corroborait les rumeurs, et elle avait toujours préféré analyser avant de tirer des conclusions hâtives, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir des pressentiments.

Ce n'en était pas un bon.

© 2981 12289 0
avatar
Autre compte : //
Messages : 112
Pokédollars : 1875
Disponibilité : Libre comme les USA
Equipe : Aergia || Dodoala ♀️
Mars || Pandarbare ♂️
Mar 21 Mar - 12:26


Event#1 | Hear me out |


Jakady bailla à s'en décrocher la mâchoire, son équilibre vacillant légèrement d'avant en arrière, tandis que ses paupières se faisaient de plus en plus lourde au fur et à mesure que le temps passait. Pour être honnête, il ignorait s'il faisait une nouvelle crise, si c'était de la faute de son insomnie, ou si l'homme qui faisait son discours sur l'estrade protégée l'ennuyait profondément. Peut-être un mélange de tout ça en simultané. A vrai dire, il était là parce que la plupart de ses collègues le lui avait conseillé, et qu'il avait reçu un appel d'un supérieur lui affirmant qu'il était important d'être présent à Basilia ce jour-là, ou au moins suivre l'annonce en direct de chez soi. Après tout, le déplacement du PDG d'Atlas, grand rival de Gaïa, dans cette ville en retard technologique -il n'avait aucun mal avec ça, les provinces de Kalos étant beaucoup plus verdoyantes que la majeure partie de Rosetta-, ce n'était pas rien. Il n'était toutefois pas en mission, du moins, il ne se souvenait pas avoir reçu des propositions de travail de la part de ses supérieurs. Partant du principe qu'il n'avait rien d'important à faire à part assister personnellement à ce discours, il s'était alors arrangé pour joindre l'utile à l'agréable en projetant de chercher des appartements dans les jours qui suivront, puisque cela faisait déjà quelques mois qu'il songeait à s'installer dans cette charmante ville, pour son bien ainsi celui de ses pokemons qui supportaient mal la constante agitation de Neapolis.

Debout au milieu de la foule, le jeune homme aux airs de zombie comprenait l'engouement des spectateurs. Leur idée avait l'air intéressante, et lui-même s'en réjouirait, d'une certaine manière, s'il n'avait pas repassé dans sa tête une bonne dizaine de points potentiellement négatifs quant à ce projet. Son annonce était certes engageante, mais beaucoup trop brève et concise. Il serait curieux de connaître tous les aspects de ce chantier ambitieux. Néanmoins, ce qui le titillait le plus, c'était la réaction de Gaïa face à tout ça. Il ne nourrissait personnellement aucune réelle rancœur envers Atlas -ou qui que ce soit, d'ailleurs-, mais aux yeux des autres activistes, bénévoles, dirigeants et autres, cela ressemblerait sûrement à un affront, voire quasiment à une déclaration de guerre entre Gaïa et Atlas. Sérieusement ? Poser une tour radio basée sur la communication en plein Basilia ? Le lieu de quartier général de Gaïa ? Ça passerait presque pour une tentative de siège contre cette ville au système bien différent des autres villes. Cette idée était un nid à théories conspiratrices, dystopiques, et ça n'allait probablement pas échapper aux partisans les plus fervents de l'association. Jak se demanda vaguement s'ils avaient pensé à cette éventualité avant de s'exécuter sans l'avis de personne. Et surtout, pourquoi la construire en ces lieux ? Atlas Industries avait laissé Basilia à l'abandon depuis un bon nombre d'années, et les voilà qui se réveillent et se souviennent de son existence. Voulaient-ils réellement asseoir leur pouvoir ? Ou bien était-ce vraiment une réelle intention d'apporter quelque chose à la ville ? Ou peut-être qu'ils s'ennuyaient, et se sont dit "Tiens, et si on balançait une tour à Basilia, les gars ? Ça pourrait être fun, puis ça occuperait le personnel !". Peu probable. Jak n'était pas certain de savoir sur quelle opinion se pencher. Il n'était ni vraiment pro Gaïa, ni vraiment pro Atlas. Il s'en fichait un peu, d'autant plus qu'il était du genre à penser que ces deux grandes organisations n'étaient pas irréprochables. Pour l'une, sa vision provenait des medias et de ses expériences personnelles depuis son arrivée en tant qu'employé de maraude et autres, la deuxième, également dans les medias et diverses informations dénichées dans des livres ainsi que d'autres écrits numériques divers.

Ça l'amusait toujours, quand il se rendait compte qu'il avait beau s'en foutre de tout, ce n'était finalement pas totalement vrai. Il ne pouvait s'empêcher de songer à chaque chose ayant un minimum d'intérêt qui apportaient des variations à son quotidien. Jakady se décida enfin à consulter sa montre, histoire de faire quelques recherches sur le sujet. Il ne trouva rien d'autre que des écrits de personnes indignées, ravies, ou débattant sur le pour et le contre de cette future Tour Radio. Aucun site sérieux et officiel donnant des informations concrètes n'était encore en ligne. Ça n'allait sûrement pas tarder, il fallait laisser le temps à l’œuf d'éclore. Aergia s'agita sur sa tête. Quelqu'un lui donna un petite tape amicale sur l'épaule droite. Jakady tourna la tête une telle passivité que même ses costumes de mascotte paraîtraient plus expressives que lui.

"Cette tour ne me dit rien qui vaille. Y a forcément un truc qui cloche là-dedans."

Larsa, un collègue avec qui il avait fait quelques maraudes par le passé à Neapolis. Il s'était fait transférer à Astéria il y avait de cela quelques semaines. Il rêvait d'ouvrir un centre pour les pokemons orphelins. Bref, le gars qui avait bien sa place chez Gaïa... contrairement à lui qui était entré dans cette association comme un gros touriste, se disant que ça pourrait être sympa de faire bouger la société, d'une certaine manière. Jakady haussa vaguement les épaules.

"J'imagine qu'il va falloir trifouiller un peu dans les données d'Atlas pour en savoir plus. Mais pour l'instant, on devrait attendre les informations officielles ?"
"Ouais. Y en a qui vont avoir du boulot."

Jakady ferma les yeux et donna une légère tape de son index sur le nez d'Aergia qui couina d'une légère indignation. Il se demandait ce que pouvait en penser cette dernière, plongée dans son sommeil constant. Probablement pas grand chose. Jakady bailla de nouveau en se demandant s'il ne devrait pas aller s'asseoir quelque part, histoire d'éviter un nouveau câlin avec le sol, ou un passant. Pas qu'il n'aimait pas le sol et le pauvre passant qui pourrait subir sa narcolepsie, mais il en avait un peu marre de se réveiller avec un mal de crâne retentissant, sur un banc ou aux urgences. Mars était dans sa pokeball, il ne pourrait pas amortir sa chute, s'il s'endormait de nouveau. Quoique, même à l'air libre, Mars avait tendance à le laisser s'écraser par terre pitoyablement.




Coucou Jak squatte éveillé pour l'instant
—fleur ✿
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Mar 21 Mar - 22:06



ft. tout le monde

Please hear me out when I'll say your name, old friend.
Un sourire esquissa les lèvres du rouquin alors que le speech commença. Le boss ne lui accorda pas un regard, à son grand désarroi. Il lui avait pourtant demandé de rester dans son bureau et de travailler normalement, pour la forme ; cependant, il était évident pour l’un comme l’autre que Plutonium se rendrait à l’événement. Après tout, il était un grand fan d’Atlas, songea-t-il en riant, tripotant la peluche à l’effigie de William qu’il avait lui-même cousue et qu’il tenait entre les mains.

Enfin… si son petit speech était mignon, il le connaissait déjà. Il savait le boss capable de développer un peu son projet et de bien le vendre, même si le faire venir sans qu’il boude avait été une autre paire de manches. Et, pendant qu’il poursuivait son discours, expliquant plus en détails ce qu’il réservait, Pluto se tenait du côté du public avec son fringuant badge VIP. La presse en folie était gardée un peu à distance par le système de sécurité, mais le PDG tournait de temps à autres la tête vers un journaliste ou deux pour répondre à une question servant son propos. Cette petite mise en scène arracha un sourire à Plutonium. Lui, dans l’ombre comme toujours, rôdait, les mains dans les poches et sa peluche sur l’épaule, jetant de temps à autres un œil à sa Montre. L’air de s’amuser, affichant un petit sourire en coin, comme s’il préparait un mauvais coup.

Il se demandait comment se portait Riddle, son hacker poseur de bombes préféré. Ou bien sa petite Association, les Gaïa… c’était, après tout, plus ou moins pour eux qu’ils étaient venus, le centre de leurs préoccupations depuis quelques temps. Mais Plutonium n’était pas exactement là pour voir comment ils réagiraient à la nouvelle. Du moins, pas seulement. C’était l’occasion, peut-être, de retrouver de vieux amis… dernier coup d’œil à sa montre. Pas un message de Riddle. Et pas une trace de Taylor. Ce dernier n’était pas stupide, si il se trouvait ici, il allait trouver le moyen de dissimuler sa présence. Peut-être qu’il n’avait pas le même visage et employait officiellement un faux nom. Mais ça ne l’empêcherait pas de vadrouiller en essayant de retrouver ces vieux fantômes qui ne le lâchaient pas.

Et puis, il fallait qu’il lui demande pour ses yeux. Ils pourraient peut-être boire un de ces trucs millénaires presque disparus qu’ils aimaient bien à Basilia. Genre du vrai thé. Le tout autour d’une conversation sympa, pas loin du chantier qui révolutionnerait la vie des habitants. Un nouveau sourire effleura ses lèvres. N’empêche, il aurait grave aimé avoir vu ce genre de constructions à l’époque où il vivait encore à Basilia. Vu ses activités, ça l’aurait absolument fasciné.  

Ce fut à cet instant qu’il repéra, non loin, Calliope. Une des publicitaires les moins pros d’Atlas Industries, mais une des plus efficaces également. N’ayant absolument pas de vie, il lui arrivait de binge-watch ses vidéos, qui le tuaient de rire à chaque fois tant les réactions de la demoiselle étaient magiques – capable de vous vendre une boîte en carton vide comme si elle contenait de l’or massif – et, accessoirement, avait bien tenté de la taquiner une fois ou deux. Un adulte très mature, en effet. Se rapprochant d’elle, il se plaça tout à coup devant sa caméra, faisant un grand sourire et formant un V de la victoire près de son visage, tenant la peluche de Will Atlas contre sa joue de l’autre main, comme pour la montrer au public.

« Coucou Callie ! Comment tu vas ? Besoin de rencontrer un autre grand patron d’Atlas ? Je ne comprends pas grand chose au projet, mais tu pourrais peut-être m’aider à faire autre chose – montrer ces peluches Atlas au monde entier et m’aider à les vendre à les plus grandes compagnies du monde ! »

Non mais sérieusement, si il pouvait en faire un meme, il ne se priverait pas. De toute manière, la publicité de la compagnie se basait déjà partiellement dessus et Plutonium (et probablement Callie aussi) savait très bien comment exploiter les envies de shitpost des internautes. Ce fut en faisant l’abruti devant la caméra qu’il remarqua, du coin de l’œil, une autre présence familière ; tignasse blonde et air relax, un jeune homme était tourné vers eux. Ignorant la réaction de Calliope une seconde, il interpella l’intéressé :

« Orion ! Fraie-toi un chemin à travers la foule et rejoins-nous un peu ! Eeeeh, les gens, laissez-le passer, j’ai un badge VIP~ »

Plus on est de fous, plus on rit, non ? Sans compter que le pilote était sympa… suffisamment pour supporter le boss, en tout cas, et pour prendre les remarques sympa de Calliope à sa place si il lui prenait une soudaine envie de fuir ailleurs. Se retournant vers la brune, il lança :

« Franchement, tu devrais me filmer plus souvent. Je sais que le boss est beau gosse, mais je suis un mec bien plus marrant que lui. Et puis rappelle-toi de qui booste tes vues discrètement. »
bonjour mes amours désolée de vous faire subir la présence de ce mec
—fleur ✿

avatar
Messages : 52
Pokédollars : 2560
Mer 22 Mar - 15:33

 
Memories

If you can't see, then hear me out
 
Il avait dû redoubler d’efforts pour venir. Il n’aurait peut-être pas dû ; après tout, Agena avait sûrement raison. Mais il avait insisté. Promis qu’il ne l’abandonnerait pas. Et elle avait cédé, l’air d’avoir une idée derrière la tête. L’admin Gaïa passa une main sur sa joue gauche, instinctivement, comme pour se rappeler de sa réaction au moment où il avait fait cette suggestion. Certains autres, ceux qui étaient au courant, étaient méfiants aussi ; mais il avait promis d’être au service de Gaïa. Il voulait simplement s’assurer d’une réalité. Et, peut-être…

Mieux valait ne pas réfléchir à ses plans et plutôt veiller sur son groupe. Après tout, en présence d’Atlas, les membres de l’Association tendaient à faire des étincelles, et il voulait limiter les dégâts si ils étaient contraires aux objectifs de l’Association. Malgré les rumeur qui couraient sur eux, ils n’avaient rien de terroristes. Du moins… il ne souhaitait pas qu’il en soit ainsi, et aucune de leurs actions n’était de toute manière aussi terrible que les noirs secrets que renfermait Atlas Industries. Ne pas tourner la tête vers l'estrade, ne pas regretter. Ne pas chercher de visage familier. Rester loin de lui pour ne pas l'entendre - parce que ce n'était pas le moment.

Dans la foule, Taylor Atlas était invisible ; difficile de reconnaître quelqu’un à son apparence lorsqu’il était si simple de la modifier. Si refaire entièrement son visage pour retourner à la normale plus tard aurait été l’affaire de quelques heures, ça l’aurait contraint à aller à l’hôpital, et impossible d’utiliser un masque holographique lorsqu’on était privé de technologie. Mais ça ferait l’affaire. Il n’avait pas eu à changer ses vêtements, ses sweats en laine ayant remplacé les costumes sur mesure qu’il portait autrefois, et des lunettes de soleil masquaient ses yeux azur ; cependant, un peu de maquillage pour modifier les traits de son visage avait été de rigueur, et sa chevelure bleue et soignée était devenue blond cendré et décoiffée. Il avait un peu travaillé sur sa posture, et s’éloignait de l’avant de la foule, de toute manière réservée à la presse et aux personnes importantes. De loin, ça suffirait amplement à ne pas attirer l’attention. Bien, maintenant… le boulot.

La première personne qu’il croisa fut Jakady, accompagné de son collègue Larsa – la voix traînante et le ton monocorde du premier lui mit la puce à l’oreille. Un sourire effleura ses lèvres. Ces deux-là ne poseraient pas vraiment de problème, à première vue – l’un d’eux était un passionné, et l’autre… n’était pas là depuis longtemps, mais semblait assez tranquille pour ne pas faire de vagues. Cependant, il était justement assez peu actif. Peut-être que c’était l’occasion de le faire bouger un peu. En se rapprochant un peu, distinguant un peu mieux leurs silhouettes, il pu entendre plus clairement leurs bribes de conversation.

« En effet, nous allons avoir du boulot, lança-t-il. Il est déjà occupé à expliquer les détails du projet, mais d’autres membres sont déjà en train d’enregistrer ce qu’il dit, et le moindre détail sera facilement retrouvable de toute manière. Cependant, je pense qu’on a encore peu de membres du côté du chantier lui-même… je pense que jeter un coup d’œil de ce côté sera plus parlant. Atlas n’est pas stupide, il saura cacher ce qu’il y a de compromettant de toute manière. »

Une évidence. Même au sein de l’entreprise, beaucoup ignoraient les méthodes employées par les Industries… c’était de ces soupçons qu’était née la rancœur de l’Association envers l’entreprise. Comment pouvaient-ils prétendre agir pour le bien commun en détruisant tant sur leur passage ? Sincèrement aider… c’était là leur seule motivation. La sienne, en tout cas.

« Larsa, je préfère que tu restes là à donner un coup de main aux autres. Jakady, en revanche… tu veux bien me suivre ? »

En se tournant, il repéra du coin de l’œil une autre silhouette familière. Petite taille, mèche rouge, Pokémon… et surtout, ce port de tête et cette allure si familiers à ses yeux, mais si peu communs chez Gaïa, tous ces détails lui mirent la puce à l’oreille. Faisant signe à Jakady de le suivre, il se rapprocha de la demoiselle.

« Bonjour, Margueri— euh, je veux dire… Mag. Tu tombes bien. »

Il avait toujours du mal à ne pas prononcer le nom complet des gens ; un sale tic qui le forçait à parler de manière correcte en permanence. Mais sachant, d’un autre côté, que la jeune femme n’appréciait pas exactement ce prénom, il finissait généralement pas se confondre en excuses. L’étiquette était une chose bien difficile. Histoire d’ajouter à son embarras, il se rendit soudain compte que ses collègues n’étaient pas au courant de son changement d’apparence ; si la voix devait leur dire quelque chose, mieux valait préciser les choses. Rah… il avait la tête ailleurs, il ne faisait rien correctement.

« Euh… c’est Taylor, au passage. Navré. »

Un petit rire gêné le saisit.

« Tu as l’air méfiante. Je dois admettre que les rumeurs sont inquiétantes… Si tu as quoi que ce soit à faire partager, n’hésite pas. Qui plus est… je pense avoir une mission pour vous deux, si vous le voulez bien. » ajouta-t-il en se tournant légèrement vers Jakady, l’incluant dans la conversation.


– Ney☆
avatar
Autre compte : Quarante Deux & Seth Crystal
Messages : 70
Pokédollars : 1290
zone libre : Merci à Callie pour cet ava cute af ;D

Probably Mag's theme song if u ask me › www
Equipe :
Jeu 23 Mar - 0:02

Hear me out


Event #1

Let's not pretend that things are easy to do, with a fake smile on your face, you try to see me through. Let's not pretend it didn't happen, that's not true. With a fake smile on your, face you try to play me for a fool ••• Honnêtement, elle se trouvait ridicule, mais 'Marguerite' la faisait toujours réagir plus vite que 'Mag'. Elle pourrait être indulgente et se dire que bon, c'était son prénom complet et n'entendre que ça pendant 16 ans avait forcément des effets.. mais elle n'était pas indulgente. En tout cas pas avec elle-même. Pas quand elle ne pouvait s'empêcher de tourner immédiatement la tête vers celui qui l'avait appelée, se tenant inconsciemment plus droite et durcissant son expression pour dissimuler une partie de sa confusion. Pas quand ça lui rappelait amèrement les gens qu'elle avait laissés à Astéria.

Il s'était corrigé, et la jeune femme ne lui en voulait pas vraiment à vrai dire, mais.. qui était ce type ? Méfiante, elle laissa ses yeux clairs s'arrêter sur une chevelure blonde désordonnée d'une couleur plutôt proche de la sienne -au naturel- avant de descendre sur des lunettes de soleil dissimulant partiellement son visage. Ok, elle ne le connaissait pas. Le mec à côté de lui, en revanche, lui disait quelque-chose. Disons qu'il lui était difficile d'oublier de telles cernes. Un sourire étira les lèvres de la brune et elle hocha la tête en direction de Jakady, le saluant brièvement. A vrai dire ils n'avaient jamais bossé ensemble et elle ne le connaissait que de nom -et de par sa réputation de feignasse-, mais il en fallait plus que cela pour la mettre mal à l'aise.

Par exemple, se faire aborder par un parfait inconnu qui connaissait inexplicablement son prénom.

Son attention se porta de nouveau sur l'homme en face d'elle, une question dans le regard, bras croisés et posture plus défensive qu'elle ne l'admettrait. Que leur voulait-il ? Etait-il de Gaïa aussi ? Ca expliquerait pas mal de choses. Mais son expression perdit toute trace de dureté lorsqu'il s'excusa maladroitement, se révélant être Taylor, l'un de leurs admins. Oh, s'était-il déguisé pour se cacher de sa goêlière copine ? Mag ne put s'empêcher de rire un peu, secouant la tête.

" C'est rien, t'en fais pas. Sache juste que le bleu te va mieux ~ " commenta l'ingénieur avec un clin d'oeil malicieux

Et elle disait ça en toute honnêteté: il y avait une raison au fait qu'elle lui envoie majoritairement des fleurs bleues dans le genre des myosotis, après tout. Il ne tarda pas à continuer, repartant sur les rumeurs qui tournaient depuis l'annonce du projet. Les gens s'agitaient toujours beaucoup pour rien, et une bonne partie de tout cela était assurément fausse, mais ça ne l'empêchait pas d'être un brin inquiète. Un brin dubitative. Elle ne prit pas la parole avant qu'il aie fini: couper la parole ne faisait pas partie de son éducation. Ou de ses principes en général, elle avait un minimum de respect (pour lui en tout cas). Lorsqu'il eut fini, la brune haussa les épaules, passant une main dans ses cheveux pour les désorganiser plus que les réordonner.

" Bah dire que 'tout sera plus accessible que jamais', ce mec a lu les rumeurs et fait au mieux pour les alimenter, ou ça se passe comment ? , fit-t-elle, plus sérieuse qu'elle n'en donnait l'impression, Enfin, si mon admin préféré a une mission à confier, je suis tout ouïe. Ca m'évitera de continuer de bugger sur cet incroyable teasing. " ajouta la rosettienne sur un ton enjoué, encourageant son interlocuteur à continuer

De nouveau elle le laissa parler prêtant une oreille attentive à ses paroles et celles de l'autre Gaïa. Aller jeter un oeil au chantier, donc ? C'était tout à fait dans ses cordes, et puis il y aurait sans doute moyen de 'rattraper' le discours à travers les médias. Mag échangea un regard entendu avec son Pokémon: elle surveillerait qu'on ne vienne pas les virer du site pendant que sa dresseuse chercherait à voir comment ils s'y prenaient. A priori rien de grave, elle n'était franchement pas inquiète, mais ça la distrairait de ses doutes. De ces rumeurs extravagantes. Et puis il fallait bien admettre qu'elle ne disait jamais non quand il s'agissait de bouger un peu.

" Ca marche, je te ferai même un rapport si tu veux. , assura-t-elle en hochant la tête avant de se tourner vers Jakady, On y va ? " fit la jeune femme, attendant sa réponse avant de se mettre à marcher.

© 2981 12289 0
avatar
Autre compte : //
Messages : 112
Pokédollars : 1875
Disponibilité : Libre comme les USA
Equipe : Aergia || Dodoala ♀️
Mars || Pandarbare ♂️
Ven 24 Mar - 12:16


Event#1 | Hear me out |



« ... facilement retrouvable de toute manière. Cependant, je pense qu’on a encore peu de membres du côté du chantier lui-même… je pense que jeter un coup d’œil de ce côté sera plus parlant. Atlas n’est pas stupide, il saura cacher ce qu’il y a de compromettant de toute manière. »

Snap. Bulle de songe éveillé éclatée, le voilà manifestement de retour dans le monde des vivants avec un certain temps de retard digne du réseau internet un peu capricieux de Basilia. Jakady cligna légèrement des yeux en passant une main sur son visage fatigué, et se concentra sur l'individu qui venait de s'exprimer, ainsi que sur son collègue qui parut étonné de voir le nouvel arrivant en ces lieux. Larsa n'avait même pas remarqué son bref instant d'absence, bien trop occupé à suivre les paroles de cet homme qui s'était joint à leur très brève conversation. N'ayant pas d'autres choses à rajouter, Jakady se contenta de détailler discrètement du regard l'homme aux cheveux cendrés. Si son apparence ne lui évoquait pas grand chose de particulier, il avait tout-de-même cette impression de déjà vu, comme s'il avait déjà rencontré cette personne par le passé. Oh, et puis, quelle importance ? Il finirait bien par être fixé par la suite. Ce type était sûrement l'un de ses supérieurs hiérarchique au sein de l'Association, et il ne les connaissait pas encore très bien. Après tout, il était récent dans cette organisation, donc il n'était pas étonnant qu'il ne reconnaisse pas chaque supérieur, chaque collègue, chaque vegan, quand il les croisait. Il fallait tout-de-même avouer que le nouvel arrivant avait une bonne mémoire des membres de l'Association, lui n'étant qu'un nouveau au milieu de tout ces gens volontaires.

Tandis que Larsa s'exécutait et partait de son côté, Jakady, n'ayant toujours rien à dire de plus sur ce qui avait été dit et, se foutant éperdument de l'identité de l'homme mystère pas si mystérieux que ça, emboîta le pas de ce dernier qui le mena vers une Mag aux airs décidément très contrariés. Ça non plus, ça ne l'étonnait pas. Réaction typique, si l'on était un tant soit peu engagé dans le combat Gaïa versus Atlas. Il répondit à son hochement de tête par un très léger sourire agréable, malgré les circonstances. D'elle, il se souvenait juste d'une personne énergique et expressive, aux antipodes de son propre caractère. Tout ça promettait d'être épuisant. Enfin, au moins, elle le maintiendrait éveillé, et rester éveiller pendant une mission, c'était quand même mieux, non ? S'il pouvait avoir cent pokedollars à chaque fois qu'il s'endormait en plein boulot, il aurait pu détrôner Atlas Industries en matière de richesse et patrimoine.

« Euh… c’est Taylor, au passage. Navré. »

L'expression du jeune homme se tendit un peu. Oh. Attendez. C'était qui, déjà ? Jakady se frotta le menton, songeur. Ah, ça y est, il l'avait. Le second et admin de la fondatrice, Agena. Il avait dû le croiser quelques fois lors d'excursions dans les locaux Gaïa, pour déposer quelques rapports de mission. Honnêtement, il s'était toujours demandé si ce type, qui avait l'air plutôt sympa, était pas un peu dépressif au fond. Il avait ce regard vide, là. Quoique, lui-même avait souvent le regard vide, mais il ne se considérait pas comme dépressif pour autant. Enfin, pour ce que ça le concernait... Il les laissa discuter un peu sans trop intervenir, préférant écouter plutôt que de s'exprimer. L'invitation de Mag à quitter les lieux le fit néanmoins réagir. Mains dans les poches, il bailla encore une fois et ouvrit enfin la parole.

"Ouais, je te suis. De toute manière, je pensais y faire une petite promenade pour essayer de glaner quelques infos, histoire d'assouvir ma curiosité sur le sujet."

Il salua l'admin et suivit sa collègue, jetant un dernier regard à la foule ainsi qu'à cet Atlas, entouré de tout ces journalistes. Il eut un peu de la peine pour cet homme. A sa place, il serait tellement mort de fatigue, ces gens avaient l'air si épuisants à gérer, ils ne tenaient pas en place deux minutes sans poser des milliers de questions.

"Bonjour, je m'appelle Jak et je suis une patate muette ambulante."
—fleur ✿
avatar
Autre compte : //
Messages : 29
Pokédollars : 1670
Disponibilité : 4/7
zone libre : ••• Rêverait d'avoir un Zoroark
•••
•••
Equipe :

Ven 24 Mar - 13:46

hear me out
no.01



Oui.
Une excellente opportunité pour Atlas d'étendre son pouvoir, son raisonnement et peut-être mettre fin aux absurdes manières des Gaïa. Tu ne les déteste pas, vous avez une façon de faire qui est différente c'est tout. C'est ainsi, certaines choses ne changent pas. Alors te voici présente, non loin de l'estrade, place stratégique. Pas loin se trouve Orion et Plutonium ne doit pas être loin. Tu prie pour qu'il ne te cherche pas. Les gens vous vois comme inséparables... Pluto est juste collant et doué pour retrouver les gens.

Tu remets une mèche de cheveux rosé derrière ton oreille, tes yeux bleuté guettant la gestuelle de ton patron et ceux de la foule. Tu n'es pas vraiment en confiance, la directrice un peu timbré des Gaïa ne devrait pas être loin. Elle est certainement la seule personne au monde à te mettre dans cet état, tu n'aime pas ça. Mais tu restes calme, dans ce superbe ensemble. Tu es classe dans ce costume, mais tu es en pantalon. Pantalon de tailleur noir, il faut le dire et chemise blanc cassé avec une veste ouverte noire aussi. Sobre mais classe. Tu as décidé de porter des talons aiguilles, mais peu élevés, tu es déjà assez grande et ce serait con de se viander devant le public. Tes pokemon ne semblent pas être avec toi, pourtant ils sont là, quelque part.

Tu écoutes le discours de William, qu'il avait longuement préparé. Un peu comme ce badge VIP à ta poitrine sur la veste, comme s'ils avaient longuement été pensé avant d'être créer. Tu soupires, comme à ton habitude: pour rien. C'était une vilaine manie. Tu décides de te rapprocher d'un des bodyguards du jour du chef Atlas.

-"Ca va Orion ? Ah... Pluto se fait déjà remarquer..."


JULIA L'ECARLATE, JULIA L'URSARING, JULIA L'OURAGAN
SOURNOISE ◊ INTELLIGENTE ◊ MALINE ◊ PESSIMISTE
avatar
Autre compte : Celebi Oum
Messages : 220
Pokédollars : 1120
Disponibilité : Quand j'suis là
Equipe : .
Jupiter
Speed Racer
Dozer
Zéro-Un




Ven 24 Mar - 15:18

Hear me out
Orion P. Abrasax & Plein de gens

C'était quasiment mission impossible de faire en sorte qu'Orion ne bouge pas, et c'est bien parce que c'était son travail qui le demandait qu'il le faisait. Il ne pouvait cependant pas s'empêcher de se basculer sur ses pieds, ou de porter son regard partout autour de lui. Il y avait du monde, dans la foule, et c'était bien difficile de distinguer des visages connus. Le blond avait une excellente vue, mais ce n'était pas forcément utile à cet instant. Celà dit, de là où il se trouvait il pouvait quand même distinguer quelques personnes, surtout des Atlas en fait, et des personnalités importantes qui se trouvaient au premier rang. Mais d'ici, ils ne pouvaient pas entendre leurs conversations, et encore moins leur faire coucou de le main, ce serait bien peu professionnel de sa part.
Il portait un costume pour l'occasion, ainsi qu'un chapeau tout noir. Bon, ses habits avaient quelques touches de violets, parce qu'il ne fallait tout de même pas exagéré, mais si à cet instant quelqu'un qui n'avait pas l'habitude de le croiser dans son travail le voyait, ça lui ferait tout bizarre. Peut-être même qu'il ne le reconnaîtrait pas tiens.

Jupiter flottait tranquillement à ses côtés. Elle n'avait pas bougé d'un iota depuis le début, et faisait en sorte de surveiller son dresseur. Il aurait pu réussir l'exercice de se contenir sans elle, mais sa présence le rassurait grandement. Speed Racer était resté à l'intérieur du vaisseau pour des raisons évidentes, et Dozer se trouvait dans sa ball. Quant à Zéro-Un, il était lui aussi à l'intérieur du vaisseau d'Atlas, mais sous forme d'un programme informatique. Peut-être qu'il rejoindrait la Montre d'Orion plus tard, mais ce dernier avait demandé au Porygon de rester dans l'engin, au cas où.

Il était tellement concentré sur le fait qu'il se devait de rester sérieux qu'il sursauta quand une voix bien connue se fit entendre dans son oreillette. Une oreillette directement reliée à la Montre Astrale, mise exprès pour ne pas que l'objet sonne en plein milieu du discours, et visiblement c'était une très bonne précaution, car sans ça, la voix résonnante d'un certain homme aux cheveux rouges se serait fait entendre. Le pilote leva rapidement la tête pour aperçevoir Plutonium, car c'était bien lui qui lui avait parlé. Pas de doute, sa voix était reconnaissable entre mille, et il lui faisait des grands signes de là où il se trouvait, lui demandant de le rejoindre.
Orion aurait bien aimé, vraiment. Ça lui aurait permis de bouger un peu, et puis, il appréciait son supérieur, il le faisait rire. Le blond devait d'ailleurs faire partie des rares personnes capables de supporter l'humour parfois douteux de l'admin.

« Désolé Monsieur Plutonium, je n'ai pas l'autorisation de bouger d'ici. »

Un instant, il avait perdu de son professionnalisme et une once de désappointement avait dû s'entendre dans sa voix. Il aurait bien voulu se diriger vers le rouge et Callie. Mais bon, il devait suivre ses ordres. Et même si c'était un admin qui lui avait demandé de le rejoindre, ses ordres surpassaient même son autorité. On se demandait parfois comment quelqu'un comme Orion pouvait supporter toutes ces règles, cette hiérarchie et ces ordres. Et pourtant, c'était le cas.

Une seconde voix l'interpella alors et il sursauta de nouveau (décidément...) et le blond tourna la tête vers la jeune femme aux cheveux roses qui se trouvaient à ses côtés. Julia Armstrong, l'admin scientifique d'Atlas.

« Je vais bien, et vous ? Héhé, oui, on peut dire ça... »

Pas surprenant de la part de Plutonium. Même si Orion portait une oreillette, les agitations du hacker au loin montraient clairement qu'il lui avait parlé. Avec toutes ces stimulations, Orion avait du mal à se contenir, heureusement que son Mushana était là pour lui envoyer des ondes apaisantes.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'





Présentation - Relations - T-Card - Portable

Orion pilote en #8b0a50
Merci Wonder
avatar
Messages : 81
Pokédollars : 582
Disponibilité : oui
zone libre : les rageux vont rager
Equipe :

Ven 24 Mar - 16:50
hear me out


Perdue dans la foule les yeux rivés sur l'estrade qu'elle commençait doucement à quitter, quelques pas sur le côté puis elle est interpellée par un collègue. Elle lui rend un geste de la main grand sourire qui se dessine sur son visage. mais une discussion à distance c'est pas ce qui la tente le plus elle a envie d'aller faire la causette et en se rapprochant elle est interpellée par ce type haut en couleur. Le hacker,
sourire probablement plus grand que le sien, peluche à la main qui la pousse. Calliope tente de le repousser mais c'est peine perdue. Elle saisit la peluche dans une main et se retourne vers lui. Pluto, quelle surprise. l'ironie palpable dans de le ton de sa voix, elle savait bien qu'elle allait le croiser. Elle le croisait au moins une fois par jour c'est comme s'il était partout à la fois.
Haha moi non plus je comprends rien, je vais attendre qu'on m'expliqu- et mais, pourquoi je ferai ça ? elle lance un regard à la peluche entre ses mains tout en la tenant près du visage du hacker, l'air de lui dire reprend là.
Elle n'est quand même pas mécontente de le voir, lui et ses blagues ça lui fait une occupation. crois moi, ta quote de popularité est bien en dessous du vrai boss. peut être même en dessous d'elle, si elle se fait booster par Plutonium, elle finira par le doubler. mais...si tu veux participer à mon vlog je te filme avec plaisir.
Dégaine la caméra d'une autre main, elle commence à filmer. Inutile mais toujours drôle à regarder (du moins, elle peut l'imaginer) - elle se retourne brusquement pointant l'objectif sur le pilote et sa supérieure Julia Amstrong : Allez Orion, rejoint nous !

Sa proposition ne concerne que le blond, après tout Julia doit bien avoir un badge VIP sur elle. Elle abaisse la caméra et se retourne vers son autre collègue, l'enthousiasme lisible au fond de ses yeux : on bouge ?
et implicitement, où ?


EN GROS :
▬ Calliope cherche à s'enfuir avec plutonium
▬ c'est parti pour un #vlog de folie
▬ c'est parti pour inciter le max de gens d'atlas à prendre part à leurs conneries


A LIRE : coucouuuu, suite à vos réponses à l'event on tiens déjà à vous faire des bizou on est très content que le post ait du succès ♥ mais petite suggestion question de rendre le tout agréable à suivre : pour vos réponses (les plus longues / plus mouvementées) ça serait top de faire un mini résumé comme je l'ai fait au dessus histoire que les gens ayant envie de s'incruster sur ce post soient pas noyés par les info de toutes les réponses. Puis ça permet de savoir qui fait quoi, qui parle à qui et BREF c'est absolument pas obligatoire (surtout si vous avez rien de spécial à noter dans votre réponse-) mais ça contriburait beaucoup garder ce big post dans un état non chaotique + ça aide à suivre l'avancée du rp
merci d'avance et continuez ainsi vos réponses sont géniales  kiss  






s t a r

merci takeshi & Julia pour les vava ♥
avatar
Autre compte : //
Messages : 29
Pokédollars : 1670
Disponibilité : 4/7
zone libre : ••• Rêverait d'avoir un Zoroark
•••
•••
Equipe :

Sam 25 Mar - 9:15

hear me out
no.01



Comme c'est touchant. Le petit pilote semble résigner à rester à sa place mais détient la convoitise de faire l'inverse. Il daigne tout de même te répondre positivement, oui il va bien. mais la journée n'en serait-il pas meilleur s'il pouvait bouger. On pouvait distinguer deux parties mélangées dans la foule; ceux qui voit ce rassemblement comme festif et d'autres pou des raisons semblables à la politique. La petite Calliope du groupe avait de l’énergie à revendre, on aurait dit une garderie avec Pluto, et même Orion. Te prendrais-tu pour la mère poule ? Déjà que c'est un peu le cas dans l'entreprise. La figure maternelle qu'il faut eviter de contredire et obéir. Ça à toujours été comme ça, mais tu n'es pas tortionnaire, tout ça dans le respect.

-"Alors, comme va ton Zorua ?"

Ah, presque tout le monde sait que tu aime ce pokemon, mais pas à quel point il est maladif pour toi d'en avoir un. Mais étant une fana, alors ce n'est pas la première fois que tu demande à Orion comme il va. C'est d'ailleurs comme ça que vous avez eu le première conversation avant, quand tu eu ouïe qu'il en avait un dans son équipe. Comme tu le jalouse.




▬ Julia est clairement interessé par le discours du patron, elle veut pas bouger.
▬ Elle tient compagnie à Orion tout en surveillant elle aussi, même si ce n'est pas son rôle.
▬ Au fond, elle n'est pas rassurée, trop de monde, trop de possibilité.


♥ jvm ohlala


JULIA L'ECARLATE, JULIA L'URSARING, JULIA L'OURAGAN
SOURNOISE ◊ INTELLIGENTE ◊ MALINE ◊ PESSIMISTE
avatar
Autre compte : SuperPrism, le héros dont avait besoin Rosetta
Messages : 18
Pokédollars : 1010
Disponibilité : Indisponible pour cause d'ordinateur en panne
Equipe :
Sam 25 Mar - 11:04
Il regarde par la fenêtre. En contre-bas les cimes des arbres défilent à la vitesse du vaisseau le long des routes sinueuses. La forme d'un haidaym se découpe un court instant dans la pénombre mort-doré. L'animal disparaît dans le sous-bois dès que le moteur le survole ne laissant aucune trace de son passage. Le regard émeraude se détourne et il ose adresser un coup d’œil à M. Atlas. Celui-ci semble concentré et ne réponds pas au petit sourire encourageant. C'est la première fois que le garde du corps le voit aussi stressé. On ne dirait pas qu'il appréhende autant ce jour mais il s'agit d'un discours à Basilia et le doute flotte dans l'air confiné. Traits renfermés et lecture continue de son texte. Des détails qui sautent aux yeux. Il ne faut pas être sorcier pour comprendre les sentiments de l'homme : Basilia... La ville où Gaïa est implantée. Jane ne connait pas assez cette organisation. Le simple fait qu'il s'agisse d'un ennemi de son employeur lui suffit pour savoir qu'il faut se méfier d'eux.  

C'est à ce moment que Jane intervient. Il sera son bouclier sur cette estrade si quelqu'un se décide à pointer une arme. Un incident est si vite arrivé... Sa gorge est nouée et il déglutit. Son COLBALT est bien lourd dans son holster. Seul le futur pourra dire s'il faudra dégainer.

Le vaisseau perd de l'altitude. M. Atlas éteint sa tablette.
Il est l'heure.

Jane est le premier à sortir pour ouvrir à l'homme le plus puissant de Rosetta. Son sourire devient nerveux lorsque les flashs des journalistes et des curieux les inondent. Il n'est pas celui que l'on vise mais être face à autant de personnes le met mal à l'aise. Ils montent sur l'estrade et le jeune homme se places au fond, en retrait. Du coin du regard, il peut apercevoir Abrasax qui est resté en bas de la scène. Il est prêt du vaisseau. Jane espères vraiment que tout se passera bien...
Quelques minutes se sont déjà écoulées et le chauffeur commence à perdre son attention. Jane écarquille un peu les yeux. Il devrait être plus attentif ! Dès lors le jeune homme ne peut plus se détacher du visage de son collègue. Il suit le regard bleu et une chevelure rouge lui redonne un air plus enjoué. Plutonium est là. Il n'a pas dû apercevoir Jane sinon il l'aurait aussi invité à le rejoindre. Le garde du corps aurait aimé les retrouver mais M. Atlas lui avait demandé de rester aux aguets...

Une forme féminine fend la foule et Julia s'approche de Abrasax. Elle non plus n'a pas vu Jane, après tout, petit comme il est, facile de ne pas le remarquer. Pourtant, il leur adresse un petit signe discret  avant de tenter de reprendre son sérieux.

________________________________________

Jane vient enfin d'arriver !
Il n'écoute pas vraiment le discours, trop absorber par ses collègues. D'un côté, il comprend qu'il y a un risque mais de l'autre il a envie d'aller discuter avec eux.
avatar
Messages : 37
Pokédollars : 3010
zone libre : The Cigarette Duet ▬ Cepheus fume en #CC2102
Equipe :
Icarus le Dracolosse
Catalyst le Caninos
Peculiar le Mimiqui
Bebop la Ponyta
Dim 26 Mar - 0:06


Hear me out


Ça a toujours été un sacré businnes, c'tentreprise. Atlas par-ci, Atlas par-là, j'ai l'impression qu'j'en ai entendu parler toute ma vie. Elle n'a pas arrêté de prendre de l'influence pendant les années et aujourd'hui on connaît ce nom à travers le monde. Bon c'est vrai, faut l'avouer, y'a des putains de produits, j'en possède plein moi-même. Ils ont du se faire un max de fric, j'ose même pas imaginer le patrimoine monétaire du boss mais c'est sûrement un sacré paquet de thunes, du genre que j'aurais jamais, mais que voulez-vous, on a pas tous la chance de naître dans une famille riche.
Après j'dis ça comme ça, on dirait qu'chuis jaloux... mais non, du tout, j'me fais juste la réflexion. On entends plein de truc sur Atlas, des trucs pas toujours très cool, du genre d'activités douteuses et pas très légales. Pour une grosse entreprise comme ça, si on découvrait quelque chose de mauvais, ça s'rait bad pour eux. Puis y'a cette association, Gaïa, qui ont une dent contre eux. Mag en fait partie alors j'en ai entendu parler de sa part plusieurs fois, et c'est vrai qu'faut admettre qu'avec ses tours ça dénature le paysage, mais bon c'est l'époque, j'imagine. Après, j'suis pas pro-Atlas, comme j'suis pas pro-Gaïa, c'pas comme si y'avais absolument un camp à choisir. Les verts ont leur combat, c'est cool, et puis quand on r'garde c'est plutôt légitime en fait. C'est sûr qu'Atlas, c'pas l'genre de truc dans l'quel je travaillerait, c'est pas pour moi ces machin et je refuse de travailler pour les grands patrons comme ça. J'sais pas si c'est Mag qui m'a convaincu de ça ou si j'lai toujours été, mais voilà. Faut avouer cela dit que c'qu'ils font s'avère plutôt utile dans la vie de tous les jours.
C'pour ça, j'suis venu à cette annonce. Cette tour en construction là, elle m'intrigue, alors j'suis v'nu voir de quoi il retourne. Juste par curiosité. Et puis parce que Peculiar semble particulièrement intéressé pour une raison mystérieuse. C'est donc le Mimiqui sur mon épaule que j'me glisse dans la foule. J'suis assez grand, j'ai pas besoin d'aller trop près, et quelques minutes après mon arrivée, le grand patron du bousin, William Atlas, débarque. « Ok, donc ce mec existe en vrai. » C'est qu'à moitié du sarcasme, parce qu'on le voit jamais, ce type, à part sur des écrans. Ça doit être sacrément important pour qu'il se déplace ici.
Une Tour Radio, donc... ouais, à voir, comme concept. Enfin, on verra bien c'que ça donne, et puis, ça fait une explication sur cette tour chelou, là-bas. J'peux l'apercevoir d'ici, d'ailleurs le chantier est visitable, j'vais sûrement aller y faire un tour, une fois de plus, poussé par Peculiar qui s'agite de là où il est. Je sais pas c'qu'il y a là-dedans mais ça l'attire, c'est un peu chelou d'ailleurs.
J’aperçois aussi Orion, au niveau de l'estrade. Putain c'qu'il à l'air sérieux comme ça, c'est à peine si je l'reconnnaît. Ou est passé mon pote surexcité qui peut pas tenir en place plus de trois secondes ?C'en est presque drôle, là, avec son costume et son chapeau noir. Je lui fais un salut en levant puis baissant mon bras, puis me disant que j'suis sûrement trop loin pour qu'il me détecte, je le bippe rapidement sur sa montre « yo mon gars, courage pour ton boulot » j'y pense jamais mais son taff doit pas être facile tous les jours, j'me d'mande bien quel genre de patron Atlas peut être. Le blondinet en parle très peu, alors j'ai pas trop d'infos là-dessus.
Je vais pour retourner vers la tour, mais j'aperçoit une tête que je connaît bien. « Yo, mèche rouge, derrière toi » je fais en parlant par la Montre. Y'a quelques personnes entre nous, mais vu ma taille, elle me repérera vite fait. Je prend pas l'initiative de m'approcher, elle discute avec d'autres gens et j'ai pas envie de l'emmerder, et vu que j'les connaît pas, leur discussion, c'est pas mes oignon.

Ouais coucou, c'est juste pour intégrer Cepheus dans l'event, pour justifier le fait qu'il sera dans le spécial event 1. Il fait pas grand chose, il se place dans la foule, écoute le discours, salut Orion, puis aperçoit Mag, il est plusieurs mètres derrière elle donc il lui parle à distance, sans oser la déranger puisqu'elle est occupée (donc Orion et Mag vous pouvez choisir de répondre, ou pas, je voulais pas couper dans ce que vous aviez prévu)
—fleur ✿
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Dim 26 Mar - 19:26



ft. tout le monde

Please hear me out when I'll say your name, old friend.
Sa côte de popularité, en dessous du vrai boss ? Il était outré ! Mais bon, c’était pas très étonnant. La miss ne savait pas qui était Stacey (encore heureux), et quant à lui-même, eh bien… il n’était pas exactement connu pour se montrer non plus. Sauf que c’était un hacker (officiellement admin responsable du réseau informatique d’Atlas, mais bon, les euphémismes), c’était plutôt normal. L’autre, ça l’enveloppait d’une aura de mystère pas dégueu.

« Oh, mais c’est normal. Je fais tout pour alimenter les rumeurs sur lui, après tout… je sacrifie mes vues pour lui ! Mais sans lunettes, avec une nouvelle coupe et une jolie tenue Shanel, tu verrais~ »

Il était bien placé pour le savoir, ça marchait très bien avec Stacey. Mais même sans sortir le grand jeu et les talons, son aimable copine Calliope lui proposa malgré tout de participer au vlog. Yeees ! Evidemment qu’il allait accepter. C’était l’heure du show ! Un coucou rapide à la caméra – et par coucou, il entendait bien sûr grimace affreuse mais très drôle – plus tard, il se tourna vers Orion de nouveau, lui faisant encore un signe.

« Tu sais pas ce que tu manques, poulette ! Tu tiens vraiment à rester avec Julia ? Fais gaffe, elle mord~ »

C’était pas méchant, elle le savait, et elle le lui rendrait bien. Cela dit, il était au moins content qu’elle soit présente. L’Ursaring était aussi une mama bear et elle ne laisserait sûrement pas quoi que ce soit arriver à William. Il lui faisait confiance sur ce point… infiniment plus que Cipher ou Merak. Et en l’occurrence, il avait besoin que Will aille bien. Plus bas, pour ne pas être entendu sur la vidéo – mais elle saurait le couper au besoin – il ajouta à l’attention de la brune :

« Par contre, cutie, je ne garantis pas de pouvoir rester jusqu’à ma mort. Le gardien de la galaxie, défenseur de la justice Plutonium doit rester proche du grand patron ! Quelle tragédie, je n’aurai qu’un court instant de gloire… »

Nan, la vérité c’est que, même si il devrait revenir impérativement (en plus son boss risquait de l’abandonner lâchement ici), ça l’arrangeait aussi de voir les alentours. Surtout un endroit en particulier. Qui sait, peut-être que l’objet de ses rêves se trouvait là-bas ? Sérieux, si il pouvait les retrouver… enfin bref. Laissons les deux rabat-joie là-haut et allons jouer un peu sur le chantier en dansant sous des poutres fragiles (nan, plus sérieusement, en 2500, la sécurité était quand même respectée). Se tournant vers Calliope, qui lui demandait où partir, il lança :

« Bon, on va voir si elle existe, cette tour, ou pas ? Je suis sûr qu’il y a autant d’agitation là-bas qu’ici. Et puis ça fera de la pub à Atlas, c’est bon pour nos porte-monnaie. »

pluto tape un peu la discute avec orion-julia-callie // il se barre avec callie vers le chantier pour le special event 3 // mais il reviendra vite <3
—fleur ✿

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: