shooting stars


"Hey weirdo, here some students for ya"

avatar
Messages : 37
Pokédollars : 3010
zone libre : The Cigarette Duet ▬ Cepheus fume en #CC2102
Equipe :
Icarus le Dracolosse
Catalyst le Caninos
Peculiar le Mimiqui
Bebop la Ponyta
Sam 25 Mar - 23:24


"Hey weirdo, here some students for ya"


Vous savez, dans mon taff, je croise un immense panel de personnes. Que ce soit les élèves, les profs, le personnel, y'en a toujours des plus chiants qu'd'autre. Y'a des cons, des trop sérieux, des weirdos, des victimes, quelques sympa, bref... ça fait côtoyer pas mal de monde, en forcément, on peut pas tous s'apprécier, ce s'rait pas marrant sinon. Perso, j'suis pas super apprécié chez les prof, c'est plus les élèves, mais j'suis pion d'un aut' côté, selon moi si y'a un camp à choisir, c'est du côté des étudiants qui faut s'ranger, les lèche-cul qui s'font aimer par les prof, j'les emmerde très clairement, ces types là ont 0 personnalité.
Enfin, si y'en a un qu'jaime pas, mais alors pas du tout, c'est bien c'te con de Rafael Cipher. Je sais pas, ce mec est... super weird, genre vraiment. Il dessine des pentacles sur des copies d'élève. DES PUTAINS DE PENTACLES. Beaucoup on peur de lui et ça s'comprend, perso ce type serait un tueur en série que j'srais même pas surpris. On raconte tout un tas de trucs sur lui, et si ça s'trouve, une partie des rumeurs est vraie. En temps normal, j'évite ce gars au maximum, rien que de l'croiser me met la rage, ça fait la même de son côté j'crois, et tant mieux. C'est pas un mec que j'ai envie de côtoyer, j'veux pas lui parler, on travaille juste dans la même académie mais c'est tout. Si j'ai quelque chose à lui dire (et c'est rare) j'demande à un élève de porter le message, si j'y vais direct je risque d'avoir envie de lui mettre un pain dans la tronche et c'est pas très pro. Non franchement, j'sais pas comment ils font pour le garder celui-ci, parce que c'est un cas comme on en voit rarement. Et puis j'le dis, il est pas net celui là.
Ça n'empêche, faire chier les gens qu'jaime pas, c'est un peu une de mes passions. Et ouais, on s'refais pas, et je me fous total du fait qu'il soit prof, ou que je doive montrer aux élèves l'exemple ou je sais pas trop qu'elle connerie. Si j'trouve un truc à faire, qui m'fait kiffer, j'le fait, j'me pose pas la question.
Le pire, c'est que c'est pas prémédité à la base. J'veux dire, j'me suis pas réveillé c'matin et m'disant « tiens et si je faisais chier Cipher ?» Nop, ça marche pas comme ça. C'est des idées qui me viennent d'un coup, et j'me dis qu'c'est un bon truc à la faire, les conséquences on verra plus tard, s'il y en a, j'les assument, si y'en a pas, bah c'est d'autant plus cool.

J'aime bien les élèves, mais y'a des fois, j'avoue, ils sont chiants. Ça dure pas indéfiniment, c'est des moments comme ça, ces gosses me saoule,  j'ai qu'une envie c'est d'les envoyer paître ailleurs. Problème, j'dois en surveiller un groupe en études, et j'suis en manque de clope. Ça fait d'jà deux heures que j'ai pas fumer, ça commence à être hyper long. J'ai pas le droit de fumer dans l'enceinte de l'établissement, encore moins devant les élèves, alors j'dois m'retenir mais y'a rien d'simple. Quand tout à coup, une idée m'vient subitement à l'esprit. Une idée géniale, magnifique, qui arrive à m'arracher un subtil sourire. Un sourire malsain, cela dit. « Hé, les gars les filles, et les autres aussi. » Je capte leur attention, ils lèvent tous la tête vers moi, intrigués mais aussi excités. Ptain ils me connaissent trop, ils savent que j'vais dire une connerie. Et qu'ça va leur plaire. « Qui est cap d'aller squatter le bureau de Rafael Cipher, de lui poser une question débile, et de prendre en photos ses réactions ? La meilleure photo fait gagner le droit à celui qui l'a prise de sortir de l'Académie la nuit pendant une semaine. » Une offre alléchante, qui plaît déjà à certains. Le Cipher fait peur mais la récompense à la clé est hautement intéressante, surtout pour certains vers qui je coule déjà un regard. « Et pas d'soucis s'il essaie de vous coller, dites-lui de v'nir vers moi, j'arrangerais ça. Je s'rais dans la cour, dans le coin des fumeurs » Le coin fumeurs n'existe pas officiellement, puisque j'le redis, mais c'est interdit d'fumer ici. Ceci dit, c'est un coin un peu caché, à la base squatté par les élèves, puis par moi, et un petit peu d'autres du personnel qui a envie de cloper de temps en temps. « Grouillez, et ramenez les meilleurs clichés. Exprimez votre côté artistique ! » Je me lève, certains sont déjà prêt et n'attende que mon signal. « Go ! Les autres qui y vont pas, restez ici, ou partez, faites c'que vous voulez j'men fous, du moment que vous m'balancez pas... » j'dis ça, mais jusqu'à maintenant, y'a aucun intello qu'à jamais rien dit sur moi, même pas des élèves comme Celebi Oum ou j'sais pas qui d'autre qui savent pas s'amuser.

J'rigole d'avance en imaginant la tête que va faire Cipher. Oh putain ça va être bon ! Un élève m'a proposé un live stream, alors j'allume ma montre, et j'vois le ptit groupe en marche vers le bureau du prof. En attendant, calé dans mon coin fumette, je m'allume une clope, attendant le spectacle explosif qui va se déroule d'vant mes yeux.

feat Rafael Cipher
—fleur ✿
avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Dim 26 Mar - 22:40
Cette journée avait très bien commencé. Tout d'abord, Rafael n'avait pas de cours à donner, ce qui signifiait qu'il avait pu dormir un tout petit peu plus longtemps le matin. Il s'était couché tard du coup il affichait de bons gros cernes des familles et il lui avait fallu deux cafés pour se réveiller, mais cela voulait aussi dire qu'il faisait assez peur pour éloigner un étudiant lambda et même un collègue un peu téméraire alors c'était très bien. Très bonne journée. Enfin jusque là.

Il était enfermé dans son labo – comprenez, Bruyverne montait la garde au plafond et tombait sur la tête des gens qui avaient le malheur d'ouvrir la porte pour savoir si Cipher était en vie – et il n'était pas sorti de toute la journée, même pour manger. Il avait mangé, bien sûr, entre deux calculs. Il ne se rappelait juste pas quoi. Il était tout à fait plongé dans ses recherches, à tel point qu'il en oubliait de s'occuper de Skitty, qui était partie vadrouiller en solitaire, et de Magirêve, qui hantait probablement les couloirs dans l'espoir d'y perdre quelques jeunes étudiants impressionnables ; bref chacun était plongé dans ses activités et rien ne pouvait déloger Rafael de ses préoccupations scientifiques. Ce n'était pas grand-chose mais là, en cet instant, c'était le genre de moments qui le rapprochaient le plus du bonheur.

Ça ne se voyait pas, évidemment. Il était juste content de faire ce qui lui plaisait. Et il n'aurait jamais avoué tout haut qu'il l'était, content, parce que "le bonheur", "la joie" et tous ces concepts niais n'étaient pas le genre de choses auxquelles il croyait. C'était bien trop abstrait. Ça ne se calculait pas avec des chiffres, pour commencer. Voilà. Aucune raison d'y accorder de l'attention. Et pourtant quand les élèves débarquèrent Rafael aurait presque ressenti le thermomètre de son bonheur tomber plus bas que zéro.

« Professeur ! »

Il tiqua, parce qu'évidemment son réflexe avait été de les ignorer royalement mais il fallait que l'un d'eux exprime haut et fort leur présence alors il ne pouvait tout simplement pas les faire disparaître de sa vue par la simple force de son esprit.
Il aurait aimé avoir ce pouvoir.

« Oui ? » fit Rafael sans lever les yeux de son plan de travail.

Heureusement pour lui, sans quoi il aurait remarqué combien ils étaient et que l'un d'eux était en train de filmer et que tout le groupe cachait difficilement son amusement. Le thermomètre serait descendu si vite à –20 qu'il en aurait fait un choc thermique mental.

« On peut vous déranger un instant ? »
« Non. »
« On a une question. »

Ok donc rien à battre de mon avis, je note. Rafael leva brièvement les yeux pour les juger de son regard morne par en-dessous, ses mèches noires dissimulant aussi efficacement son visage que le masque blanc qu'il portait. Il toussota.

« C'est bien d'avoir des questions. Vous vous rappelez de ce moment à la fin du cours où je vous laisse vous exprimer ? C'est là qu'il faut les poser, Nelson. »
« Moi c'est Edwards, monsieur. »
« Si vous voulez. »

Je m'en fous. Il réussit à retenir l'insulte, même s'il était agacé. Il ne savait pas ce qui l'agaçait autant, d'ailleurs. Il y avait quelque chose sur le visage de ses élèves qui ne présageait rien de bon. Il n'arrivait pas à déterminer quoi parce qu'il n'était pas doué pour ces choses-là et– Arceus ait pitié de leurs âmes trois d'entre eux n'étaient même pas dans sa classe. Rafael tira violemment son masque vers le bas, mais trop rapidement pour les élastiques, qui firent remonter le truc sur son visage, lui donnant l'air plus ridicule que véritablement agacé lorsque enfin il réussit à dégager assez sa bouche pour parler clairement :

« Qu'est-ce que vous voulez ? »
« Est-ce que le Noeunoeuf est apparu avant le Noadkoko ou l'inverse ? »
« ... »

Il n'avait pas de mots.

« C'est une question très sérieuse monsieur. »

Un petit flash attira son attention et il réalisa que l'un des élèves le prenait en photo, si ce n'était pire.

Vraiment.

Il n'avait pas de mots.

« Bruyverne », siffla-t-il entre ses dents.

Ce pokemon ne traumatisait jamais ses élèves quand il avait réellement besoin de lui... Il était perché Raf ne savait où et ce dernier se retrouvait entouré de ce groupe d'adolescents ricanants, très amusés par leur plaisanterie. Rafael remonta son masque sur son nez comme pour se protéger. Son mécanisme de défense le poussa aussi à imaginer plusieurs méthodes de torture impliquant au moins douze objets contondants différents, heureusement Magirêve le sauva en apparaissant en gros plan devant l'élève qui filmait. Quelqu'un lâcha un petit cri et ce n'était pas Raf. Il était trop énervé pour sourire derrière son masque mais nul doute que l'action de son pokemon le réjouissait dans sa grande colère. Il se pencha par-dessus sa table et, les mains à plat sur le plan de travail, se rapprocha autant que possible du visage de l'élève qui avait posé la question débile :

« Étrangement, je devine que vous n'avez jamais été collé avec moi, Edwards... » gronda-t-il, laissant le sous-entendu en suspens.

Le nom fut lâché quelques secondes plus tard. Alors que Cipher quittait son laboratoire il entendit distinctement un élève en frapper un autre, puis un : « t'es marrant, il me regardait comme ça, j'étais censé faire quoi ? » Pour une fois dans sa vie il ne s'inquiéta pas que d'autres personnes investissent son lieu de culte vie en son absence, ils ne tarderaient pas à filer si Bruyverne revenait et franchement c'était le cadet de ses soucis. Il trouva le coin fumeur sans y avoir jamais mis les pieds ; les bruits de couloirs chuchotaient assez le nom de ce lieu de légende et d'interdits, et puis une fois dans cette partie de la cour il était facile de se repérer à l'odeur. Cipher fronça le nez et remonta son masque. Inutile de préciser qu'il ne fumait pas, lui.
Ça impliquait un besoin de glander qu'il ne connaissait pas.

« Ça va comme vous voulez, le travail n'est pas trop difficile ? On devrait demander à la direction de vous augmenter, je crois que vous avez vraiment trop à faire en une journée. »

C'était la phrase la plus longue qu'il avait prononcée de la journée semaine et devant le surveillant Connors. En fait c'était la première phrase qu'il prononçait devant lui tout court. Cipher enfonça ses mains dans les poches de sa blouse et se planta à quelques mètres de lui, principalement parce qu'il ne tenait pas à puer complètement la clope en rentrant – et aussi parce que sa connerie était peut-être contagieuse. Il avait gardé un ton calme et plat mais sa petite liste mentale des meilleures techniques de torture n'avait pas cessé et il était même certain qu'il trouverait le moyen d'en appliquer au moins une avant la fin de la journée.

Elle avait si bien commencé, il n'y avait pas de raison qu'elle ne finisse pas dans les mêmes conditions.
avatar
Messages : 37
Pokédollars : 3010
zone libre : The Cigarette Duet ▬ Cepheus fume en #CC2102
Equipe :
Icarus le Dracolosse
Catalyst le Caninos
Peculiar le Mimiqui
Bebop la Ponyta
Lun 27 Mar - 23:34


"Hey weirdo, here some students for ya"


Les élève adorent faire chier leurs profs, c'est bien connu. Le seul truc, c'est qu'souvent ils osent pas, de peur de se faire coller, ou pire, ou d'avoir une mauvaise réputation auprès du corps enseignant. Ils ont juste besoin d'un coup d'main, que j'leur donne volontiers. Ils peuvent bien déconner un peu, on est pas dans une dictature. Quand ils ont une récompense à la clé, ils sont encore plus motivés. Parce ce qu'il en faut, d'la motivation, pour aller dans le bureau de l'autre là. C'est pas une décision qu'on prend à la légère, moi j'vous l'dit, et d'après les rumeurs, les conséquences peuvent être désastreuses. Mais bon, là, avec c'que j'leur ai dit, ça leur a suffit.
Je fixe l'écran du live stream sans le lâcher des yeux. Les élèves s'avancent dans le couloir d'un pas lent mais décidé. La porte est poussée. Bon, il est bien là, à bosser sur je sais pas trop quoi, ou alors à écrire des chants d'invocations démoniaque, il en est capable aussi ce weirdo. Il relève pas la tête tout d'suite, c'qui fait qu'il a pas conscience qu'il est photographié et filmé. Pour l'instant. Il doit bien capter que y'a des élèves qu'il a jamais croisé, non ? Bah, personne dit rien, c'est même mieux comme ça pour l'instant. L'épisode du masque m'arrache un sourire moqueur. Non mais sérieux, qui met encore ces trucs, il pense qu'il a l'air de quoi comme ça ? J'vous l'demande, j'crois que ça a contribué à son image de mec flippant, ouais, totalement même.
La question d'Edwards laisse place à un blanc. J'sens quand même bien que les élèves se retiennent d'exploser de rire, j'entends le gars qui streame pouffer. Puis c'est là que Cipher repère enfin qu'il est photographié. Les étudiants ricanent, j'étais sûr qu'ça allait les faire marrer, c'est tout bénef pour eux aussi. Moi, j'attends juste celui qui me rapportera la meilleure photo de la tronche du type. Mais j'sursaute quand le Magirêve apparaît devant l'écran. Ah putain, j'vois plus rien ! Un bout d'image finit par réapparaître, et l'autre engueule l'élève de tout à l'heure, qui finit par balancer mon nom. Ouais, c'est prévu, c'est c'que j'leur ai dit toute à l'heure d'façon, de m'balancer si le vieux essaie de les coller. J'lui en veux pas, faut bien qu'il se protège de ce cinglé. « Merci pour le stream, vous pouvez couper. On s'donne rdv à la fin des cours pour que je désigne la meilleure photo » je dis à travers ma montre. J'entends quelques remerciements et le stream se coupe. En attendant ma victime du jour, je m'allume une seconde clope. Jsuis adossé au mur, détendu, une main dans la poche. C'est vrai que je trouve ce gars chelou et que je l'évite, mais fallait bien qu'la confrontation arrive un jour, et tant qu'à faire, autant qu'ce soit moi qui la déclenche. Il finit par arriver, restant à distance de moi, son masque sur la tronche. C'est la fumée qui lui fait c't'effet ? « ptite nature » je siffle entre mes dents, n'ayant aucune idée de savoir s'il m'a entendu ou pas. « Oh non ça va, j'avais un groupe d'élèves à surveiller mais ils ont mystérieusement disparus, vous sauriez pas où ils sont, par hasard ? » je lui répond, prenant mon air le plus innocent et naïf possible. « J'vous remercie d'votre gentille attention, vous êtes une personne ma foi tout à fait adorable. » Je lui lance un grand sourire et m'approche de quelques pas, recrachant volontairement la fumée droit dans sa face. « Vot' masque c'est pour sacrifier... enfin j'veux dire, opérer quelqu'un ? » J'ai jamais compris son délire là, mais surtout je veux revoir son masque remonter sur sa face comme tout à l'heure. J'vois bien cependant qu'il me regarde noir, mais genre noir comme le fin fond d'lunivers. « Oh allez mon pote hein, sans rancunes ! » j'ajoute avec une petite tape à l'épaule.
Ouais c'est volontaire. Ouais je cherche à le provoquer. J'suis ptet inconscient, ce gars est ptet fou mais qu'importe, il parle tellement jamais qu'on peut pas savoir comment il est,et moi, j'veux savoir. Et puis, faut bien que j'trouve un truc pour égayer ma journée, non ?

feat Rafael Cipher
—fleur ✿
avatar
Messages : 33
Pokédollars : 2250
Disponibilité : noo ;;
Equipe :


Mamagireve, Skitty-bae et Creepy Bruyverne

Sam 8 Avr - 23:01
Il y avait d'un côté ce type nonchalamment adossé contre le mur, les mains dans les poches et la clope au bec, les cheveux aussi pétants que sa personnalité. De l'autre il y avait un corps mou sous une blouse de scientifique, des mèches aussi ternes que le reste de sa personne qui venaient chatouiller une nuque courbée. Raf n'avait pas de miroir mais se devinait aisément, dans le reflet d'une vitre au détour d'un couloir, et plus distinctement encore lorsqu'il se tenait face à un homme comme Cepheus Connors. Sa différence ne l'embêtait pas outre mesure, habituellement. Pourtant il sentait que son dos s'était sensiblement redressé et que ses membres étaient plus crispés que d'ordinaire, comme si son propre corps lui intimait de ne pas se laisser faire. Sauf qu'il s'en foutait. Pas vrai ?
Il n'entendit pas le marmonnement de l'autre mais haussa les sourcils à la réponse lâchée sur un ton innocent. Raf n'était peut-être pas doué pour agir socialement, mais des années d'observations dans l'ombre de l'autre lui permettaient de reconnaître l'hypocrisie quand il la voyait et ce n'était pas vraiment une bonne chose pour Cepheus que d'être mentalement comparé à Satan dans la tête de son jumeau. Il décida de lui laisser le bénéfice du doute. Ne répondit pas immédiatement, attendit la suite.

« J'vous remercie d'votre gentille attention, vous êtes une personne ma foi tout à fait adorable. »

Ok, là il fallait vraiment être sourd pour ne pas comprendre le cynisme. Adorable n'était pas un adjectif qu'on appliquait à Cipher, ou alors on se trompait de frère. Et voilà qu'il lui crachait sa fumée à la figure. Raf eut un mouvement de recul, qu'il avait pourtant réussi à retenir lorsque Cepheus avait commencé à s'approcher – il en était presque fier, d'avoir réussi à se contrôler – mais là, c'était l'instinct de conservation qui parlait. Il toussa et puis reporta les yeux sur le surveillant, et soudain il le vit. Il le regarda vraiment, de haut en bas, comme s'il scannait tout son corps d'un coup, et alors il lâcha :

« Oh. »

C'était dit sur un ton un peu traînant. Oh, ça signifiait... ooh. Oh, je comprends. Ouais. Tu te fous vraiment de moi. Cipher toucha instantanément son masque pour s'assurer qu'il était encore en place, pendant que Cepheus sous-entendait qu'il allait peut-être sacrifier quelqu'un. Eh bien s'il y avait un dieu pour les personnes socialement inadaptées, Raf aurait probablement sacrifié ses propres adeptes sur le sol de son temple pour le remercier de lui accorder si peu de pitié. Mais ce genre de choses n'existaient pas. Il resta silencieux tout le long, à la fin il crut presque que l'autre allait s'excuser, dire qu'il plaisantait, et que Raf pourrait reprendre le cours normal de son existence. Mais non.

Il.
lui.
tapota.
l'épaule.

D'instinct Rafael jeta un regard derrière lui, rapidement, comme s'il s'attendait à voir surgir son garde du corps personnel, a.k.a Magirêve. Mais non. Pas cette fois. Il se sentait un peu seul mais il fit de son mieux pour regarder Cepheus dans les yeux quand il répondit.
Parce que, ouais. Il fallait bien qu'il parle un jour.
Il se sentait tellement sûr de lui en arrivant, porté par la colère, et en quelques secondes Cepheus avait réduit son petit égo à néant. Rafael se demandait sérieusement s'il ne pouvait pas baisser la tête, rebrousser chemin et laisser passer. Il avait envie de répondre mais il n'avait pas envie de se lancer dans une bataille pour sa fierté. Il était un peu emmerdé.

« Je porte un masque pour la même raison que j'ai cette blouse », dit-il en faisant un petit mouvement pour balayer le corps étranger, pardon, la main de son épaule. « Parce que je travaille avec des substances toxiques. Pensez à vous laver les mains après, d'ailleurs. »

Il lâchait ça sur un ton sérieux, presque préoccupé. Son cynisme habituel l'avait quitté et ça aurait été inquiétant pour qui le connaissait. Mais Cepheus ne le connaissait pas.

« Enfin... Fumer, c'est aussi s'intoxiquer, alors peut-être que ça ne vous dérangera pas ? » Il jeta un coup d’œil à sa blouse immaculée. « Vous savez sur quoi je travaille ? »

Cette fois le masque s'étira légèrement pour dissimuler un sourire, qui n'avait rien de poli ou d'amical. Mais Cipher s'en fichait, parce qu'il y avait le masque. Cepheus n'était pas obligé de savoir ce à quoi il pensait. Après délibération avec lui-même, il ajouta :

« Votre travail, à vous, il consiste en quoi ? »

Il était tellement différent de lui que son propre corps semblait le tirer en arrière quand il lui parlait, comme pour lui dire : non, arrête, pas dans cette direction. Et c'était vrai que Rafael se tenait un peu trop droit, les mains dans le dos, comme s'il s'apprêtait à faire volte-face pour fuir. S'il avait été un pokemon, il aurait produit des hormones si fortes qu'il aurait repoussé tous les monstres de bas niveau sur 1 km. Mais Rafael était humain avant tout et on lui avait appris que pour communiquer avec un individu qu'il ne comprenait pas, il fallait tout d'abord le connaître. Il allait au moins tenter ça, même s'il ne pouvait pas s'empêcher d'avoir l'air blasé plutôt qu'intéressé. Ce Cipher-là ne simulait pas.
avatar
Messages : 37
Pokédollars : 3010
zone libre : The Cigarette Duet ▬ Cepheus fume en #CC2102
Equipe :
Icarus le Dracolosse
Catalyst le Caninos
Peculiar le Mimiqui
Bebop la Ponyta
Jeu 18 Mai - 18:35


"Hey weirdo, here some students for ya"


Il me fait bien rire, celui-ci. Il fait flipper aussi ouais, mais flipper à en être drôle, c'est vous dire s'il est spécial ce prof. J'ai jamais vu ce qu'il donne en cours, mais d'après c'que disent les élèves, ça a pas trop l'air d'être la joie, et il est pas du genre à être contrarier. Il doit pas accepter facilement qu'on pionce dans sa classe ou qu'on manque ses devoirs. Comme j'le disais plus tôt, c'est un weirdo, j'comprend qu'on puisse avoir peur de lui, et même moi là, j'me dit que j'aimerais pas l'confronter tous les jours. J'préfère l'éviter ma vie est plus simple sans lui. Mais là j'ai décidé de me lâcher et jusqu'à maintenant c'est plutôt marrant.
J'mattends limite à ce qu'il sorte un flingue ou une arme (j'reste toujours sur ma théorie qu'ça puisse être un tueur en série qui traîne dans l'Académie en faisant une liste de ses prochaines victimes) et instinctivement j'me prépare à riposter, mais il est aussi mou qu'un Limonde (je m'excuse auprès de tout.e.s les Limonde que j'ai pu offenser) et j'suis même pas sûr qu'il sait s'battre, au final. Et que si c'est l'cas, j'me bat mieux que lui. Ouais, j'ai le vieux réflexe de m'attendre à me battre comme tout le monde, j'y peux rien, c'est dans ma nature. Et j'me fous bien du fait que ce soit un prof. Si on m'attaque, j'me défend, technique de survie. Il a beau avoir une tronche de chirurgien fou avec son masque à la con, c'est ptet juste un cinglé de plus, flippant et à éviter, mais juste un weirdo supplémentaire dans c'bas monde. « Oh ? » Bon qu'est-ce qu'il a maintenant ? C'est ma fumée qui lui fait c'teffet ? Pourtant j'ai pas l'impression d'avoir mis quelque chose dedans... rien d'illégal, en tout cas. Ou alors il est ptet juste pas habitué à la cigarette, c'qui explique son toussotement, mais pas ce ''oh'' sorti d'nulle part. « Vous attendez quelqu'un ? » je fais sur un air moqueur quand il r'garde derrière lui. Mais nop, y'a qu'nous d'eux, et ça peut paraître weird sorti de son contexte alors svp ne nous shippez pas. « Pour faire du trafic d'organes ?» je demande avant qu'il continue sa phrase et m'donne la vraie explication d'son accoutrement. « Ah. Hum hum. » Des substances toxiques donc... well, avec tout c'qui a déjà traversé mon corps, il faudrait plus qu'un simple contact pour me foutre à terre. J'garde la main appuyée sur son épaule quelques secondes, insistant, le temps qu'il sente bien ma présence, puis je relâche la pression. Je tire une fois de plus sur ma cigarette alors qu'il me fait une remarque de vieux con (sérieusement, y'en a encore dans ce siècle ?) « si vous voulez qu'on discute poison et drogues c'est quand vous voulez hein » non parce que la nicotine c'est l'cadet de mes soucis et c'est sûrement pas le truc le plus dangereux que mon corps a d'jà reçu. « Euh.. non, j'men fous à vrai dire » je lâche franchement, sans me soucier aucune mesure de c'qu'il peut en ressentir, je sais pas s'il voulait se vanter de ses connaissances ou de c'qu'il apprend à ses élèves, mais perso je m'en tape total. « Pardon c'était malpoli, j'devrais faire gaffe de pas parler comme ça aux sacro-saints professeurs » oui c'est du foutage de gueule, absolument assumé en plus, mais faut avouer que dans c'bahut, la hiérarchie fait que les profs sont « supérieurs » aux pions, et j'supporte pas trop ce truc, genre j'ai pas fait de grandes études ou je suis pas spécialiste sur un sujet en particulier j'suis une sous-merde ? Quelle connerie l'oligarchie. « Ah, moi ? » j'dois avouer que j'suis surpris qu'il me pose la question, de c'que j'connaît de lui et c'que j'ai pu observer, j'mattendait pas qu'il s'y intéresse, ou alors c'est pour dire un autre truc derrière ? C'est un piège ? Je décide de répondre tout d'même parce que j'm'en fous, j'répond aux questions qu'on m'pose et basta. « Bah moi j'suis pion, enfin surveillant, j'suis supposé surveiller les élèves, éviter qu'il fasse pas trop d'conneries tout ça. » Ma cigarette terminée, je la jette aux pieds du Cipher, j'peux pas m'en empêcher c'est bien trop drôle. « J'dois parfois faire de la paperasse aussi, et d'autres trucs, tel un larbin parfois » j'ai aucune idée de s'il s'en fout ou non mais j'lui signale que son poste et quand même mieux placé que l'mien. « Par contre question du coup vous concernant. Un prof, c'est censé être un pédagogue qui éduque les élèves et les fait progresser dans la voie de la connaissance, non ? Genre, pas les terroriser ? »

feat Rafael Cipher
—fleur ✿

HRP : Désolé de ce retard, j'espère la réponse te vas °w°
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» l'adoubement de Weirdo
» Fly your ideas: Airbus invites students to innovate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: