shooting stars


Tonight we set ourselves on fire // ft. meth

avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Sam 1 Avr - 16:42



ft. Crystal 7

Night-Club
La nuit commençait à tomber sur Neapolis, mais ses rues n’en devenaient pas moins animées. Rosetta, après tout, ne dormait jamais ; loin d’avoir les habitudes de ces richards Kalosiens ne pouvant abandonner leurs neuf heures de beauty sleep, les employés divers serraient les dents en avalant des energy drinks brisant les limites de leur corps avant de retourner à leurs affaires… ou de se retrouver dans ce genre de quartiers. Avec ça, facile de tenir éveillé près d’une semaine, voire plus pour ceux qui aimaient jouer avec le feu. Plutonium sortit une bouteille de liquide sombre aux étranges éclats pailletés – Nebulatte - et commença à en avaler quelques gorgées, passant ensuite sa manche sur ses lèvres pour essuyer les quelques gouttes qui y perlaient. Si il mourrait à soixante-dix ans à cause de ça ? Ca ne lui faisait pas spécialement peur de gâcher la moitié de son espérance de vie pour quelques moments d’amusement. C’était pas no plus très difficile de passer sous le scalpel pour faire oublier les ravages d’un vieillissement prématuré, du stress et de la fatigue, tout le monde le faisait.

Neapolis était l’endroit parfait pour ce genre d’habitudes autodestructrices. Fêtes enflammées, parfois littéralement, destructions, excès divers qui ne faisaient peur à personne… ici, on s’oubliait complètement. Peu importe qu’on meure jeune pour peu qu’on le fasse dans un feu d’artifice, de toute manière personne ne s’en soucierait, hein ?

Un sourire amusé effleura les lèvres du roux lorsqu’il entra dans le night club. Si ça risquait de se savoir ? A Neapolis, les gens ne faisaient même plus attention à votre visage. De plus, en tant que hacker, il était une figure de l’ombre, et à peu près personne ne le reconnaitrait. Echapper aux scandales était ainsi assez facile et… avait-il besoin d’une excuse pour jouer les abrutis finis ? Dans le pire des cas, il n’avait qu’à se déguiser, tel un méchant de cartoon. Avec ses fausses lunettes, son pantacourt, ses mocassins et son simple haut vert, il avait l’air d’un parfait touriste, voire de quelqu’un de trop innocent pour venir ici ; c’était le but. Il avait aussi un costume de cuir digne d’un maître de donjon avec masque assorti (c’était une longue histoire), mais ça n’aurait pas eu l’effet souhaité. Et puis, dans son sac à bandoulière de toile, il gardait toutes sortes d’objets intéressants. Comme… la tenue de Stacey. Quoi, vous vous attendiez à plus graveleux ?

L’endroit avait quelque chose de terriblement ancien. Il y avait bien des lieux où on pouvait admirer des hologrammes plus vrais que nature ou des robots, mais c’était le côté chaleureux de la conversation qui l’intéressait ; et il fallait croire que certaines choses ne changeaient jamais. Il faisait assez obscur, seules quelques lumières rougeâtres éclairant les lieux autres que les scènes sur lesquelles évoluaient les danseuses. Ah, si seulement la prunelle de ses yeux était encore là. Il l’aurait volontiers amené dans cet endroit pour voir sa réaction awkward au possible. Peut-être que se rincer l’œil lui rendrait la vue ? Remarque, la réaction des autres serait aussi pas mal. Voyons… Will l’assassinerait et resterait de marbre en protégeant les yeux de son Dedenne. Callie666 filmerait pour les vues. Phoebe serait morte de honte et le détesterait pour ça. Julia se barrerait sans préavis. Merak prendrait assurément son pied. Et Cipher… il lui semblait qu’il avait plutôt un truc pour les tentacules, et il ne voulait pas se retrouver ou que ce soit avec Cipher. Mais ce serait drôle quand même. Avec sa façade candide et trop kawaii, il donnerait un résultat amusant.

Mais cette fois, Plutonium était venu seul. Ca lui laissait une bien plus grande liberté d’action (les menaces de baisse de salaire le touchaient bien plus que la honte), et il avait quelques idées. Le roux tourna les yeux de tous côtés, prenant un air anxieux d’amateur n’ayant pas idée de ce qu’il faisait là. Lorsqu’il trébucha sur une planche du vieux parquet tapissant le sol du Bunneary’s, quelques petits rires éclatèrent, rapidement suivis du sien, gêné. Comme si il se demandait ce qu’il faisait là.

En réalité, il le savait très bien. Il se tourna, un peu hésitant, vers les danseuses, retenant un sifflement un peu OOC. Jusqu’à ce que… l’une d’entre elles attire son attention. Cheveux noirs mi-longs, grands yeux d’un jaune moins naturel que le doré de ceux de Plutonium. Ah, le souci n’était pas ce qu’elle faisait, elle se déhanchait pas mal, mais il y avait quelque chose d’étrange chez elle. Peut-être que ça venait des taches jaunes sur ses joues qui ne lui présageaient rien de bon, mais il avait un autre pressentiment.

Il eut de la chance : « elle » fut la première à s’éloigner pour prendre une pause, des Pokédollars plein les poches. Populaire. Il devrait y songer aussi, mais somme toute, il pourrait tout aussi bien être blindé de thune si il économisait un peu son salaire colossal au lieu de tout dépenser sur tout et n’importe quoi et de se rattraper en pillant des Paypal ou en jouant sur la popularité de Stacey. Quoi qu’il en soit, il n’était pas mauvais de se renseigner auprès de la « jeune femme » elle-même. Ce qu’il décida de faire, la suivant avec toute la discrétion dont un homme aux cheveux rouge vif  peut faire preuve. Lorsqu’ils furent dans un lieu un peu plus isolé, il s’approcha timidement, grattant l’arrière de sa tête en détournant le regard.

« Euh, bonsoir ? Je… euh… vous regardais, et vous êtes très jolie et vous dansez drôlement bien… enfin… ça vous dit, qu’on fasse connaissance ? »

Ces marques jaunes, maintenant qu’il s’était rapproché de l’inconnue, le faisaient encore plus tiquer, mais il ne releva pas. Ce n’était probablement pas du maquillage, ou alors très réussi, mais peut-être une mode. Même si il en doutait assez. Et puis, avec sa façade innocente, il ne pouvait pas se permettre d’être trop inquisiteur.

« D-désolé… je ne suis pas très doué avec les filles, et je sais pas trop comment vous aborder surtout dans ce genre de lieux, mais… v-voilà, c’est le coup de foudre. Je comptais vous acheter des fleurs, mais j'avais peur de manquer l'occasion de vous parler... »

cc mamzelle t'es charmante tu veux une glace à l'angst
—fleur ✿

avatar
Autre compte : 42 & Mag
Messages : 41
Pokédollars : 2500
Equipe :
Sam 1 Avr - 22:34
Let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun
Tu étudies ton reflet dans le miroir avant d'adresser un clin d'oeil flirty à la danseuse qui t'a aidé pour le maquillage, un sourire aux lèvres. Elle lève les yeux au ciel mais lâche néanmoins un rire avant de te faire un signe de la main et quitter les vestiaires exigus. Heureusement qu'elle t'aide à chaque fois: appliquer de l'eye-liner n'a rien d'inné chez toi. Mais sa main experte s'est assurée de bien faire ressortir tes yeux d'une étrange couleur avec du doré et de peindre tes lèvres en rouge, non sans ajouter quelques paillettes autour des tâches jaunes sur ta peau pour donner l'impression qu'elles font partie du maquillage.

Tu es maintenant très jolie, Seth.

La pensée t'arrache un sourire en coin et tu t'assures d'avoir bien attaché tes chaussures à talons avant de te déhancher vers l'extérieur du vestiaire. Ton double t'attend à la sortie, haussant les sourcils d'un air appréciatif tandis que ses yeux rouges courent sur ta robe à frange un peu courte, ses joues ne tardant pas à s'empourprer. Le déguisement humain de Thes est vraiment très bon, même s'il est incapable de parler, et tu trouves toujours cela amusant de le voir faire des expressions qui n'apparaitraient jamais sur ton visage en temps normal. Cet embarras un peu honteux, par exemple.

Oh non, tu ne connais pas la honte, Seth.
Pourquoi jouerais tu la pole-danseuse au Bunneary’s, dans le cas contraire ?

Te dirigeant d'un pas assuré vers une danseuse t'ayant fait signe de la remplacer, tu montes sur la plateforme et commences à onduler des hanches, faisant courir tes mains le long de ton corps en rythme. Heureusement que tu es plutôt en forme en ce moment, les figures simples mais efficaces que tu arrives à faire à la barre demandent de l'énergie. Plus que tu n'en as quand tes poumons déconnent ou que tes yeux voient soudainement des gens qui ne sont pas là. D'ailleurs c'est une chance que les lumières de ce night club un peu vintage ne clignotent pas: tu risquerais d'assez mal le supporter. Les convulsions, c'est pas super joli sur scène.  

Scène qui attire les regards, d'ailleurs.

Tu tournes autour de la barre, accroché avec tes mains, une jambe tendue et l'autre fléchie avant de revenir à terre et adresser un clin d'oeil à quelques spectateurs. Tes cheveux mi-longs volent dans un vif mouvement de tête tandis que tu te remets à te déhancher sur la plateforme, un sourire franchement smug sur le visage. Va savoir si c'est la façon dont la lumière des spots tombe sur toi ou tes mouvements franchement provocateurs, mais ils n'ont apparemment aucun doute sur le fait que tu sois une femme. Tu as toujours été convainquant en crossdress, à vrai dire.

Et ça t'amuse sans doute plus que ça ne devrait.

Au bout d'un moment tu te décides à faire une pause. D'une part pour déposer l'argent gagné, de l'autre parce qu'il faut que tu reprennes ton souffle. Même dans tes bons jours, tu es plus fatiguable que les autres danseuses. Arrivé dans un coin relativement obscur du night-club, loin des projecteurs, tu confies tes gains à Thes qui ne tarde pas à disparaitre vers ton sac. Tu le regardes partir lorsque quelque-chose d'autre entre dans ton champ de vision.

Enfin, quelqu'un d'autre.

Un roux à l'air de touriste trop pur pour cet endroit t'approche en se grattant l'arrière du crâne pour te dire d'un air timide qu'il aimait bien ta prestation et aimerait faire connaissance. Un air curieux apparait dans tes yeux jaunes tandis que tu penches légèrement la tête sur le côté en l'observant. On ne peut pas dire qu'il soit le premier à te demander ça mais.. faire connaissance prend généralement un tout autre sens. Et voilà qu'il se met à te parler de coup de foudre et bouquets de fleurs, si tu n'avais pas eu plus de self-control que ça tu aurais sans doute éclaté de rire. Au lieu de ça tu lâches un petit gloussement qui sonne féminin grâce à ton modificateur de voix, portant une main à tes lèvres écarlates. Difficile de nier qu'il est cute. Tu t'en voudrais presque d'ainsi jouer le jeu.

Oh, ne fais pas comme si tu avais des principes, Seth.

" Oh, chéri, tu peux me tutoyer, l'informes-tu avec un clin d'oeil, et tu te débrouilles très bien, c'est pas tout le monde qui a le cran de venir me parler. Surtout pour dire des choses pareilles, j'ai failli rougir ~ " ajoutes-tu en riant légèrement à nouveau

Faisant un pas en avant, tu l'attires à toi et remontes les lunettes nerdy sur son front pour étudier son visage malgré la pénombre. Non, à moins qu'il aie fait modifier son visage, ce n'est pas quelqu'un que tu connais. Ca n'aurait pas vraiment modifié ton comportement, à vrai dire, mais ça aurait été moins fun qu'il sache que tu n'es pas une charmante jeune femme. Charmant certes, te plais tu à penser, mais pas une femme. Replaçant ses lunettes d'un mouvement du poignet, tu laisses une marque rouge sur sa joue en y déposant un baiser puis recules un peu, souriant.

" Comme si un tel cutie avait besoin de fleurs, commentes-tu, Donc tu veux faire connaissance ? On peut commencer très simple: ici on m'appelle Gold, mais je peux être qui tu veux, c'est sans importance ~ Et toi ? "

Tu ne sais vraiment pas où ça va te mener, tu ne sais pas où tu aimerais que ça te mène, mais tu t'amuses beaucoup trop. Tu anticipes avec la joie d'un gamin ayant préparé une mauvaise blague le moment où il réalisera avoir affaire à un homme. Mais en attendant tes yeux jaunes portent vers la piste de danse du night-club, là où vont s'amuser les clients et non ceux qui bossent ici.

Mais tu es en pause, pas vrai ?

" Mais ne restons pas statiques, que dirais tu de danser avec moi, huh ? " proposes tu en battant de tes cils allongés par le mascara, une main glissée dans celle du roux.


© 2981 12289 0

Owi une glace à l'angst:
 
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Dim 2 Avr - 12:42



ft. Crystal 7

Night-Club
Un gloussement, féminin bien sûr. Mais Plutonium gardait quelques doutes. Après tout… il s’y connaissait dans le domaine. Cela dit, il tait content de voir que son interlocuteur était amusé par la démarche. C’était mieux qu’un dédain qui l’aurait obligé à mettre fin au jeu rapidement. Le roux fit un faux mouvement de recul lorsqu’elle s’approcha, retirant ses lunettes pour voir son visage. Par réflexe, il aurait voulu loucher, ça faisait toujours peur aux gens qui ne s’y attendaient pas vraiment, mais la situation ne s’y prêtait pas exactement. Puis, soudain, elle replaça les lunettes sur son nez, s’attirant un regard confus de la part du roux… encore plus confus lorsqu’elle posa un baiser sur sa joue. Franchement, de la part de quelqu’un bossant dans cet établissement, ce n’était pas plus surprenant que cela, et lui-même en aurait fait autant ; mais il avait quand même fait une bonne pioche. Il le sentait. Prenant un air excessivement gêné, la bouche à moitié ouverte dans une expression stupide, il parvint à balbutier :

« Je euh… wow… j-je ne m’attendais pas à ça… m-merci ? »

C’est vrai que peu de personnes oseraient faire ce qu’il faisait quotidiennement, alors il se permettait d’accepter le compliment. Suite à cela, et alors que Plutonium feignait de trembler dans une position awkward, l’air toujours béat comme si on lui avait montré la Lumière,  elle reprit en disant qu’il n’avait pas besoin de fleurs (tant mieux) et en se présentant sous le nom de Gold. Un peu cliché, mais on ne lui demandait pas d’être originale somme toute, à part en termes de mouvements douteux. Maintenant… comment lui allait se présenter ? Evidemment, Plutonium sonnerait un peu suspect. Et il n’était pas exactement question de se faire appeler Lance. Et non, il ne pouvait pas déclarer avec aplomb « tu peux m’appeler chéri ou maître si tu veux ». Enfin, pas maintenant en tout cas. Donc bon, un nom commun.

« Je… euh, m’appelle Shye Andromedae. Enfin, juste Shye du coup. Enchanté… Gold. »

Donner l’impression de se calmer un peu, tout en gardant la tête baissée comme un chiot abandonné faisant les yeux doux à celui qui l’adopterait (il avait de si jolies comparaisons pour ses farces). Soudain, elle lui prit la main, l’incitant à la suivre vers la piste de danse. Ah, quel dommage… le roux ne savait réellement danser qu’en robe et en talons (c’était bizarrement spécifique), alors il allait probablement se ramasser sans les accessoires cachés dans son sac. Somme toute, ça allait bien avec le personnage, donc il ne se serait pas privé pour « accidentellement » s’écraser sur la personne la plus proche sur la piste de danse. Sa main frémit lorsque Gold la saisit.

« Bien… bien sûr. C’est avec plaisir. Par contre, je suis pas très bon danseur, mais j’espère que c’est pas grave… »

Quoi ? C’était un gentleman, il préférait prévenir. De toute manière, elle s’en doutait probablement déjà et le remarquerait vite. Mais ça ne l’empêcherait pas de se rendre sur la piste de danse. Reculer devant la moindre des demandes de son interlocuteur l’éloignerait du résultat qu’il attendait. Alors il se laisserait emporter dans la danse… en attendant enfin que l’autre mette fin à sa farce.

Est-ce que Gold croyait vraiment qu’il était si idiot et en profitait, ou bien jouait-elle avec lui ? Dans le second cas, les choses allaient devenir très intéressantes.  De toute manière, le mensonge n’allait pas pouvoir durer éternellement.

Les raisons pour lesquelles il reconnaissait un petit con se moquant de son monde ou un homme en robe étaient tout de même assez lamentables.

La piste de danse, même si beaucoup préféraient se concentrer sur un autre type de danse, était assez animée et aucun des deux ne se faisait vraiment remarquer dans la foule. Mais difficile de perdre le regard d’un jaune étrange de Gold, son visage constellé de taches bizarres et son sourire mi amusé, mi narquois. Commençant à imiter maladroitement les mouvements que faisaient quelques autres, il demanda :

« Hum, dis… c’est peut-être indiscret, mais comment tu t’es retrouvée à bosser là ? Et de manière générale, tu peux me parler un peu de toi… ? T’es quand même assez mystérieuse et tout. »


cc mamzelle t'es charmante tu veux une glace à l'angst
—fleur ✿

avatar
Autre compte : 42 & Mag
Messages : 41
Pokédollars : 2500
Equipe :
Lun 3 Avr - 1:58
Let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun
Tu te demandes quand même s'il prend effectivement cette situation au sérieux. S'il réalise qu'il ne devrait pas. Parce que ce n'est clairement pas ton cas. Au fond ça te semble très évident: ce n'est pas le genre d'endroit où on trouve l'amour de sa vie. Ce n'est pas le genre d'endroit où on a le coup de foudre. C'est le genre d'endroit où on trouve son coup d'un soir à la limite.

Et ça t'en sais quelque-chose, Seth.

T'es pas le genre de fille à qui on offre des fleurs
Plutôt le genre à qui on demande si elle fait aussi des lap dance.

Ca ne t'empêche pas de rire quand il se présente comme 'Shye'. Ca correspond étrangement bien. Ou peut-être qu'il a choisi ça tout seul. Après tout, il n'est pas rare que les gens modifient le nom choisi par leurs parents pour un truc qui leur convient mieux. Ca ne te surprendrait même pas. Tes yeux pétillent lorsqu'il accepte de te suivre, son air franchement mal à l'aise ne faisant qu'ajouter à ton amusement. Oh si c'est embarrassant pour lui, c'est encore mieux pour toi. Tu ne feins même pas ton sourire en l'entraînant à ta suite vers la piste de danse. Par chance, tu ne trébuches pas sur tes talons hauts malgré la faiblesse qui se fait ressentir dans tes jambes. Parce que danser est ne chose, surtout quand il y a moyen de se tenir à une barre, mais marcher en tirant à moitié quelqu'un d'autre.

C'est un peu du 'sans filet'
C'est un autre niveau.

Et une fois entourés d'autres danseurs qui généralement ne savent pas quoi faire de leurs mains (ou du moins rien de décent), il ne te déçoit pas. Ses mouvements sont maladroits, hasardeux, peut être hésitants aussi. Tu te retiens de pouffer, ondulant sans peine, nullement gêné par la proximité. Aucune honte, et encore moins de retenue, tu mentirais en distant que c'est inhabituel chez toi de te comporter comme ça.

Ce n'est pas la première fois.
Ce n'est sans doute pas la dernière.

De nouveau tu l'attires à toi, oubliant la notion d'espace personnel pour pouvoir l'entendre parler par dessus la musique. Oh oui, il est indiscret, pas de doute là-dessus. Comment tu en es arrivé là, hein ? On ne peut pas dire que ta situation te mette beaucoup de pression, on ne peut pas dire que tu prennes les choses très au sérieux, au fond, Seth. Même ta mort imminente est une blague. Même ton état de santé est relégué au second plan, comme tu es en train d'ignorer cette douleur diffuse dans ta poitrine qui te lance à chaque battement de coeur. Alors oui, tu pourrais lui parler de toi avec aisance, comme tu le fais quand on te demande. Avec ce même rire un peu doux que tu lâches quand il te qualifie de 'mystérieuse', gardant cette légère amertume dans un coin.

Parce qu'il n'y a vraiment aucun mystère.
T'es con Seth, et ça t'est revenu dans la gueule.

Mais tu te contentes de fermer tes yeux jaunes pour qu'aucune réticence n'y apparaisse, hochant la tête sur la musique, une main passée par dessus son épaule en continuant de danser. Un peu plus près. Peut-être que tu cherches à voir si oui ou non il va craquer. Peut-être que tu te laisses le temps de réfléchir. A savoir si tu continues ce petit jeu ou pas. Gold n'a pas autant de cicatrices, Gold n'a pas de problèmes de santé et d'addiction, Gold a sans doute sa vie plus en main que toi.

" Mh, tout ça de questions ? Parler de moi est ennuyeux, c'est toi qui m'intéresses chéri. Mais demandé si gentiment, je  peux bien faire un effort.. souffles-tu dans son oreille, Ce job me plait, si c'est ce qui te préoccupe. Je ne pensais pas que ça existait encore, j'ai été surprise. " et tu ne mens pas complètement

Faire le con en talons hauts et robe à paillettes, maquillé avec une indécence proche de celle de tes mouvements, ça change de d'habitude. Flirter avec des mecs pas tellement, m'enfin généralement ils savent bien. Que t'es pas une femme. Et ça les gêne pas, c'est pas exactement ce qui les intéresse. Et toi non plus, c'est pas eux qui t'intéressent.

Leur fric, en revanche.

" Enfin c'est fort banal, fais-tu avec un petit sourire, que dirais tu d'un secret ? " parce que tu n'as pas tout à fait envie de lui répondre

Il faut dire, tes jambes faiblissent dangereusement, ton coeur bat trop vite et trop fort et trop douloureusement, il va falloir que tu disparaisse. Ton corps, toujours là pour jouer les rabat-joie. Mais il ne t'empêchera pas de voir sa tête en découvrant avec qui il flirte. De nouveau tu prends sa main et marches un peu à l'écart de la foule, le poussant sur un petit canapé près d'une table basse là où vous pourriez vous installer pour boire un coup.

Mais tu ne comptes pas commander de boissons.

Au lieu de ça, tu coupes ton modificateur de voix et te places en face de lui sur le canapé. Un genou de chaque côté de ses jambes, tenant son visage entre tes mains, tes yeux pétillent avec autant d'amusement que tout à l'heure. T'es vraiment un gamin, Seth. Tu l'observes un peu avant de d'écarter une mèche noire qui tombe sur ton front et de te pencher sur son oreille.

Dommage si tu gâches sa soirée
Tu n'es même pas désolé

" Je ne suis pas une femme, Shye, y'a de meilleures personnes à qui offrir des fleurs. " murmures-tu avant de te redresser pour voir son visage.

Tu observes ses yeux d'un doré proche de celui de ton maquillage, commençant à te dégager de lui.

Toujours ce sourire.
T'es un grand gamin.
© 2981 12289 0

Owi, une glace à l'angst:
 
avatar
Autre compte : Takeshi Akihira • Taylor Atlas
Messages : 31
Pokédollars : 3001
zone libre : credit avatar + thanks Evy
Lun 3 Avr - 12:34



ft. Crystal 7

Night-Club
Les corps qui se rapprochent et le danger qui augmente. Pas à cause du manque d’espace personnel, bien sûr ; Plutonium n’en était plus à ça près et il en fallait beaucoup pour le faire rougir. Mais il devait contrôler ses mouvements maladroits, son expression gênée et dépourvue de toute ombre de malice. Garder debout cette façade irréaliste alors qu’il attendait, patiemment et avec une certaine curiosité malsaine, de voir jusqu’où ça le mènerait. Ce n’était pas si difficile en soi, quand on avait l’habitude de se faire passer pour quelqu’un d’autre – il n’y avait rien de mieux que se mentir à soi-même ! – mais… à une distance si faible qu’il pouvait entendre le souffle légèrement court de sa « cavalière », avec la capacité d’étudier ses traits plus en détail, il était difficile de contenir un sourire. Il se permit d’ailleurs d’en relâcher un alors que Gold murmurait à son oreille, hors de son champ de vision.

C’était lui qui l’intéressait ? Oh, elle ne serait pas déçue…

Donc ça lui plaisait ? Il ignorait si elle disait la vérité ou non. Ce n’était pas impossible, mais généralement, lorsque les gens voulaient s’amuser, ils se retrouvaient à la place du client. Y aurait-il autre chose ? Ou étaient-ils simplement deux âmes désespérées errant dans les rues de la ville des excès par pur plaisir ? Il commençait, dans tous les cas, de plus en plus à se demander si son interlocuteur ne jouait pas autant que lui. Ce qui ne rendait la chose que meilleure, bien sûr.

« Je n’appellerais pas ça banal, personnellement… »

Mais Gold embraye sur un secret. Ooooooh… Plutonium aimait les secrets, plus que quiconque. Un mot qui régissait sa vie, ses activités et ses intérêts. Et voilà qu’on lui en servait sur un plateau, sans même qu’il ait à faire un background check discret sur son interlocuteur ? C’était trop aimable ! D’autant que…

Il espérait ne pas être déçu.

Il hocha lentement la tête d’un air surpris. Le regard vide traduisant l’intelligence d’un Magicarpe. Et de nouveau, il se laissa emporter, tel un sac à patates à taille humaine. Shye avait peut-être des papillons dans l’estomac (ou toute autre métaphore prétendument jolie mais un peu dégueu en vérité). Plutonium, lui, riait d’avance.

N’empêche, c’était un joli night club, il aurait pu trouver plus glauque. C’était suffisamment spacieux pour se lover dans un coin à l’abri des regards et faire Arceus savait quoi, genre boire un verre ou rendre les six derniers verres d’alcool aux composants douteux mais résolument cool qu’on venait d’acheter hors de prix. Il devrait mettre quelques étoiles dessus sur un quelconque site de reviews : excellente ambiance, accueil surprenant, je reviendrai dans ce bar gay anytime.. Remarque, ce n’était pas ce genre d’endroits qui manquerait de fonds pour financer le loyer. Il se retrouva donc installé dans un coin plus calme de la pièce, assis sur un canapé relativement confortable (mais qui ne valait pas le lit de William Atlas qu’il squattait régulièrement). Et Gold eut l’excellente idée de s’asseoir juste devant lui. Quoi, son secret était sa recette familiale de lap-dance, transmise de génération en génération ? Si ça lui chantait. Il aurait bien aimé un cocktail avec cela dit, histoire de pas trop s’ennuyer quoi. Mais il fut heureusement plus chanceux. La danseuse aux cheveux noirs se pencha vers lui, murmurant à son oreille :

« Je ne suis pas une femme, Shye, y’a de meilleures personnes à qui offrir des fleurs. »

Il se recula, forçant Plutonium à afficher une expression dépitée. Non… non, ce n’est pas possible… ou une autre phrase banale, aimerait-il peut-être l’entendre dire. Et au départ, il lui fit ce plaisir. Ouvrit légèrement la bouche sans pouvoir dire un mot, écarquilla les yeux comme si il ne pouvait croire à ce qui lui faisait face. Puis il parvint enfin à prononcer quelque chose. Un rire nerveux, saccadé d’abord, puis de plus en plus franc. Et, soudain, il l’attira à lui pour murmurer à son tour dans son oreille, son éclat de rire étant devenu amusé, sincère – un ricanement.

« Oh, tu croyais que ça me stopperait ? Cela dit… merci pour l’économie de fleurs. »

Il se recula à son tour, haussant les épaules en retrouvant son sourire en coin habituel. Bon, finie la mascarade, il était temps pour lui de rire un peu.

« Je ne pensais pas que tu cracherais le morceau si vite… soupira-t-il, avant de prendre un ton excessivement suggestif : Précoce, hein ? »

Bah, tant qu’on était dans le registre ! De toute manière, ce n’est pas comme si Plutonium connaissait la moindre honte. D’ailleurs, fallait peut-être faire les présentations en bonne et due forme, non ? « Enchanté, Je-suis-un-homme, moi je suis un des membres principaux de la plus grande entreprise mondiale ».

« Au passage, je ne suis pas shy, mon nom c’est plutôt Plutonium – mais si t’as un surnom plus affectueux que le patronyme avec lequel mes parents m’ont maudit, je dis pas non~ Ca serait bien que tu te présentes pour de bon aussi… non ? Même si je trouverai ton vrai nom de toute façon, lolol. »

Oui, il aimait bien ajouter des interjections archaïques dans ses phrases, ça le faisait sonner délicieusement snob. Le genre de trucs parfaits quand on s’amuse d’une personne qui croyait vous tromper, vous. Mais il n’y avait aucun troll comme Plutonium ! Ouvrant d’un vif mouvement de la main sa sacoche, il en sortit légèrement la dentelle de la robe qu’il avait apportée et effleura du bout des doigts les mèches de sa perruque rouge. Adressant un clin d’œil à Gold, il termina :

« Je sais quand même reconnaître un collègue quand j’en vois un. J’étais venu avec l’intention de jouer les stars, en fait, avant que je te croise… maaaais si tu veux, on peut partager la vedette. Dis-moi juste où je peux me changer et retrouve-moi sur scène, babe ! T’en fais pas, si tu tombes à cause des talons, le vrai pro te rattrappera~ »

Sans honte aucune.



TELEPRIKICROYAIPRENDRE
—fleur ✿

avatar
Autre compte : 42 & Mag
Messages : 41
Pokédollars : 2500
Equipe :
Mer 17 Mai - 20:24
Let's set the world on fire
we can burn brighter than the sun
Sa surprise et tout ce qu'il faut pour illuminer ta soirée plus efficacement que les projecteurs qui t'éblouissaient tout à l'heure. Tu recules souplement devant ses yeux dorés élargis, un rire se frayant un chemin dans ta gorge juste avant que tu ne réactives le modificateur de voix. Rire auquel se joignit ton interlocuteur, mais s'il semblait nerveux au début, les choses ne tardèrent pas à basculer. C'est avec un haussement de sourcils que tu le regardas s'esclaffer, un sourire confus sur tes lèvres peintes tandis qu'un 'quoi, je l'ai cassé ?' pas le moins coupable du monde te traverse l'esprit. S'il ne t'avait pas attiré à lui à cet instant précis, tu serais certainement reparti avec un haussement d'épaules pour aller prendre une vraie pause dans les coulisses. Parce que tu as beau faire la fière avec tes talons haut, un corps qui est infichu de courir bien longtemps n'est pas extrêmement adapté à se tortiller sur une barre de pole dance.

Mais cette pensée retourne en arrière plan lorsqu'il t'attire à lui, son rire s'étant mué en ricanement avant de te laisser entendre que ce n'est pas ce qui l'arrêterait. Tes yeux jaunes se figent brusquement sur le dossier du fauteuil contre lequel tu l'as appuyé.

Tu croyais que ça me stopperait ?
Tu croyais qu'on pouvait s'arrêter là ?
Tu croyais que c'était aussi simple ?
Tu croyais que cette charte d'éthique était importante ?

Tu penses vraiment que c'est fini ?

Ton coeur bat la chamade, faisant de nouveau pulser une douleur presque brûlante à travers tes veines. L'adrénaline se mêle à une vague de panique fort malvenue, et la main qui t'a attiré dans sa direction ressemble soudainement à une chaîne. Tu t'en dégages un peu brusquement, comme si elle était corrosive, n'ayant pour l'instant pas dans l'idée de garder ton calme. Juste cette peur sourde, presque instinctive qui embrume ta raison et te dit que non, tu n'as pas envie de ça. Ce n'est pas lui qui a dit ça. Bien sûr que ce n'est pas lui. Mais est-ce que ça a empêché les mots de ressurgir ?

Non. Bien sûr que non.
De tes souvenirs ou de tes cauchemars, tu l'ignores
Mais ils flottent entre vous deux comme des vautours
Prêts à festoyer de ce qu'il reste de toi

Une charogne, Seth

Ton souffle s'étrangle dans ta gorge mais tu forces un toussotement pour marquer le choc, n'écoutant que d'une oreille celui se veut sans doute comme un commentaire moqueur tandis que tu te dégages de lui, reculant de quelques pas instables. Où est Thes quand tu as besoin de lui ? Le monde tangue et tu te résout à t'assoir sur le fauteuil d'en face. Peut-être que tu vas commander à boire, finalement.

" Disons simplement que j'ai connu des jouets plus intéressants, fais tu en haussant les épaules avec une indifférence feinte, j'essaie de ne pas traumatiser les vierges effarouchées dans ton genre, sweetie. Oui, je sais, j'ai vraiment un coeur d'or ~ " ajoutes-tu avec un sourire à ton propre jeu de mots déplorable

Tu aurais sans doute jugé judicieux de partir maintenant si ta tête avait cessé de tourner. Et si le rouquin en face de toi n'avait pas repris la parole aussi vite. Réarrangeant tes cheveux noirs pour qu'ils tombent un peu moins dans tes jeux, tu appuies les coudes sur tes genoux et essaie de prêter attention à ses mots au-dessus de la musique rythmée du night club. L'agitation ambiante mêlée à une fatigue que tu ne veux pas montrer ne te facilitent pas la tâche, mais tu accroches rapidement sur 'Plutonium' (nom qui ne t'est pas entièrement inconnu), la volonté de connaitre ta 'vraie identité' et une expression fort datée qui te fait hausser un sourcil.

Est-il légitime de te demander son âge ?
Après tout, la chirurgie fait des miracles, à cette époque..

" Je te prends au mot, Pluto. Continue de m'appeler chérie le temps de trouver mon nom ~ " souffles-tu avec un éclat malicieux dans le regard

Tu n'es qu'un gamin, Seth.
Jouer à 'cap pas cap' à ton âge, honnêtement.
Pas qu'on puisse en attendre mieux de toi.

Le robe à dentelles qu'il te laisse entrevoir amène une expression appréciative sur ton visage. Oh, pas étonnant qu'il aie l'oeil entraîné malgré les lumières tamisées du night-club. Sa proposition a le mérite d'être amusante, et s'il serait plus raisonnable de refuser et continuer jusqu'à la fin de ton 'service', tu n'as jamais été un mec très raisonnable.

Au cas où ça ne soit pas déjà évident.

C'est donc après une profonde inspiration qui passera -tu l'espères- inaperçue que tu te relèves du fauteuil, tendant une main au dénommé Plutonium pour offrir de le guider. Ce nom te dit quelque-chose, vraiment. Pas quelque-chose dont tu as envie de t'approcher. Pas quelque-chose de rassurant. Mais ce n'est pas la première fois que tu agis contre tout bon sens, et tandis que vous dépassez la piste de danse pour rejoindre les vestiaires, tu finis par conclure qu'au point où tu en es, tu n'es plus à ça près.

Avec tes talons, vous faites à peu près la même taille, aussi n'as tu pas de mal à passer tes bras derrière sa nuque pour l'attirer à toi en traversant la prote des vestiaires. Oui, donner l'impression que vous voulez jouer en privé est moins suspicieux que de simplement le laisser te suivre. Bien que tu doutes qu'on prête une attention soutenue à ce qui se passe de ce côté de la salle.

Tu espères qu'on n'y prête pas attention.

" Mon casier est là, si tu as des trucs à ranger, dis-tu en désignant le petit espace de stockage, Tu veux que j'appelle une amie pour te maquiller, ou tu es trop pro pour ça ? " ajoutes-tu avec un sourire en coin, t'asseyant sur le petit banc entre les deux rangées de casiers

Une jambe croisée par dessus l'autre, tu masses distraitement tes chevilles et ne penses même pas à lui tourner le dos pour lui donner un semblant d'intimité. Sans gêne jusqu'au bout. Il n'aura qu'à te demander, s'il veut. Tu n'en es pas vraiment à ton premier vestiaire partagé avec un(e) inconnu(e) en tenue minimale. Et puis il faut bien admettre que ta robe ne cache pas grand-chose, malgré ses innombrables paillettes, tu n'as pas tout à fait l'impression d'être habillé de toutes façons.

" Plutonium, tu testes le nom comme si ça allait t'aider à te souvenir où tu l'as déjà entendu, je pense pas t'avoir déjà vu ici. Tu fais ça souvent ? " demandes-tu en lui lançant un regard vaguement curieux.

Parce que tu n'es clairement pas en position de le juger pour ça, mais ce n'est pas tous les soirs qu'on voit clair dans ton jeu. Encore moins que tu croises quelqu'un avec des passe-temps au moins aussi décadents que les tiens.

© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Premium Deck Series: Fire & Lightning
» [PC]Frets on Fire
» Nouvelles regles escarmouche : Rate of Fire
» [3DO] Return Fire
» [Comic] Première BD Hero Factory 2011 : Ordeal of Fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: