shooting stars


Two strangers in the bright lights ft. Gaylord

avatar
Autre compte : Quarante Deux & Seth Crystal
Messages : 97
Pokédollars : 1940
zone libre : Merci à Callie pour cet ava cute af ;D

Probably Mag's theme song if u ask me › www
Equipe :
Lun 15 Mai - 13:27


Two strangers in the bright lights

Take me to your level, show me the one I need the most. I wish I knew you when I was young, we could've got so high. Now we're here, it's been so long. Two strangers in the bright lights. Oh, I hope you don't mind. We can share my mood ••• Mag arriva dans l'entrée de son ancien immeuble avec un soupir en travers de la gorge. Ce n'était pas faute d'avoir prévenu ses parents qu'elle ne vivrait plus ici, mais ils avaient tenu à conserver l'appartement de ses années étudiantes en leur possession. "Pour qu'elle aie un endroit confortahbe où dormir", parait-il. Traînant pesque la patte en sortant de l'ascenseur, elle déverrouilla la porte d'entrée à l'aide de sa clé magnétique et la referma derrière elle en un seul mouvement.

Rien n'avait bougé depuis son déménagement.
Ou presque.

Elle n'avait emporté aucun meuble en partant, décidant de repartir tout à fait à neuf une fois à Basilia, et la vue de son ancien mobilier (choisi avec ses goûts pour le moins fancy de l'époque) lui faisait toujours le même effet: elle devrait changer deux ou trois trucs. La seule chose pouvant donner l'impression que les lieux étaient toujours habités, c'était la poussière qui semblait incapable d'apparaître. Le nettoyage automatique de cet appartement était trop performant pour ça. Ne s'attardant pas plus dans l'entrée, l'ingénieur laissa tomber son sac à dos sur la table de la cuisine avant de se diriger vers la salle de bains.

Elle avait des choses plus urgentes à gérer.
Il lui restait trois heures avant le gala.


" Ne me regarde pas comme ça, c'est embarrassant. " gronda à moitié la brune en levant les yeux au ciel, bras croisés

Apollon avait rarement été aussi rayonnant. Ses yeux roses pétillaient encore plus que les lumières flottantes décorant la salle dans laquelle était tenu le gala, et elle regrettait presque de l'avoir invoqué pour lui tenir compagnie. Artémis était moins.. exubérante, dans son appréciation. Contrairement à la mante-religieuse qui regardait son maquillage, ses cheveux savamment retenus par une pique dorée, ses bottines à talons assorties et sa robe de soirée noire aux motif d'or changeant subtilement avec un émerveillement tout enfantin. Mais elle était plus ou moins tenue d'avoir un Pokémon à ses côtés, pour suivre l'exemple de sa mère, alors autant choisir celui avec lequel elle était le plus à l'aise.

Oh, en parlant de sa mère.

Les yeux clairs de la jeune femme coururent sur les visages peu familiers de la salle de réception pour finalement tomber sur celui de la star de la soirée. Tous sourires, sa Gardevoir à ses côtés, elle conversait d'une voix feutrée avec d'autres acteurs du film dont ils faisaient la promotion. Ce n'est que distraitement (mais par politesse) que l'ingénieur avait regardé la bande annonce. Il lui semblait se rappeler que l'action avait lieu à l'époque des légendes, mettant en scène deux contrées vénérant la Lune et le Soleil, soit respectivement Lugia et Ho-Oh. Les désaccords étaient constants jusqu'à ce qu'un ennemi commun venu du Sud de leurs terres ne les mette tous deux à genoux.

Sa mère était la reine des dits ennemis.
Rien de surprenant.

L'histoire commençait une centaine d'années après l'invasion, avec sa mère toujours en vie grâce à la source malsaine et mystérieuse de son pouvoir, et les héros des deux anciennes contrées joignaient leurs forces pour tenter de la renverser.

Eh bien, bon courage à eux.

Distraitement, Mag laissa courir ses doigts sur sa nuque. Marqué à l'encre noire, le tatouage traditionnel d'Oblivia représentant Ho-Oh était bien visible maintenant que ses cheveux étaient attachés. Il collait étrangement bien avec le thème de la soirée, c'en était presque ironique. Un sourire poli étira ses lèvres en croisant le regard de sa mère, et elle laissa Apollon la guider dans sa direction, la saluant rapidement d'une bise sur la joue avant d'incliner la tête à l'attention de ceux avec qui elle conversait. Ce n'était pas le premier gala où elle croisait des collègues de sa mère, mais quelques uns lui étaient moins familiers que d'autres.

Passées quelques politesses et questions générales sur sa vie, elle sauta joyeusement sur l'occasion que lui donna sa mère de s'éclipser en suggérant d'aller voir s'il n'y avait pas de 'jeunes personnes' de son âge avec qui converser. On ne pouvait pas dire que mère et fille soient très complices, mais Mag ne pouvait que lui être reconnaissante de savoir lire les signaux. C'est en inclinant légèrement la tête qu'elle quitta donc le groupe, acceptant une coupe de champagne offerte par l'un des serveurs et scannant rapidement la salle du regard.

Il y avait bien des snobs familiers, mais elle ne pouvait s'empêcher de froncer les sourcils au souvenir des conversations suffocantes de la dernière fois. Surtout leurs expressions presque indignées en apprenant que oui, elle faisait de la boxe et que oui, elle travaillait à Basilia. Comme ingénieur, par dessus le marché. La brune était prête à parier qu'ils n'avaient jamais mis les pieds là-bas, en plus, mais avait retenu ses commentaires caustiques au profit d'un rire poli, posant la main sur son coeur et admettant que c'était 'un peu particulier'.

C'est un sifflement d'Apollon qui la ramena sur terre.

Tournant son regard sur le Pokémon tout en prenant une gorgée de champagne, elle suivit sa patte lorsqu'il lui désigna discrètement une personne. Au départ elle fut confuse: elle ne connaissait pas cet homme, où voulait en venir son monstre, exactement ? Mais une étude plus attentive lui permit de réaliser que malgré la couleur de cheveux différente, ce visage ne lui était pas inconnu.

" Gaylord, bonsoir. , fit la rosettienne avec une prononciation approximative: elle n'était pas très à l'aise en kalosien, Vous devez entendre ça souvent, mais j'ai failli ne pas vous reconnaitre, ça me donne presque envie de teindre les miens en rose. Pour être assortie à Apollon ~ " ajouta-t-elle sur le ton de la plaisanterie

Sauf qu'elle ne plaisantait qu'à moitié. Le rose faisait un peu 'girly' et elle tenait au souvenir qui allait avec le choix de se teindre en brune, mais difficile de nier que c'était fun.

" J'ai des doutes sur la façon dont le prendrait mère, cela dit, soupira-t-elle en tournant brièvement la tête vers l'intéressée, Mais dites moi, comment allez-vous ? Je ne suis pas revenue sur Astéria depuis une éternité. " fit-elle avec un sourire poli, ses yeux revenant au visage de son interlocuteur

Honnêtement, elle s'était retenue plusieurs fois de le tutoyer, parce qu'elle ne se rappelait pas exactement à quel point sa famille était stricte sur les traditions et préférait rester prudente. Venir sur Astéria était déjà assez perturbant comme ça, autant ne pas en prime y faire des erreurs diplomatiques. Ne serait-ce que dire 'bonsoir' au lieu de 'yo' constituait un effort par rapport à son langage habituel, et la nécessité de faire constamment attention rendait Mag plus fébrile qu'elle ne voudrait l'admettre. Mais son dos droit, son sourire poli et son port de tête n'en laissaient rien paraitre.

Elle était 'tout à fait à son aise'.
Elle était de ce monde, après tout, à l'origine.

Désolant.

Si la rosettienne ne trouvait rien de moins morne pour passer le temps, la soirée promettait d'être longue.
© 2981 12289 0
avatar
Autre compte : Orion P. Abrasax & Celebi Oum
Messages : 22
Pokédollars : 1250
zone libre : Nom complet : Gaylord Baudoin Léopold De La HauteCamphrière
Equipe : .
César
Excalibur
Isadora
Mer 17 Mai - 18:47

Two strangers in the bright lights
Gaylord & Mag

« Je sais très bien que tu préfère la coupe Monsieur. Mais pour cette fois, ce sera la coupe Étoile. »

Le Couafarel tout juste coiffé se contenta de hausser les épaules. Il savait bien qu'il s'agissait là d'un mal nécessaires, qu'il arborerait sa coupe préféré plus tard. Il n'avait pas envie de contredire son dresseur, et puis, il lui fallait bien être dans le thème de la soirée. Il s'en voudrait de ne pas respecter le protocole. Et puis, ce n'est pas non plus comme si sa coupe était ratée. Non, au contraire, elle était très réussi. Digne d'un noble animal de sa classe sociale, à ce qu'il se disait. Il va sans dire qu'il accompagnerait son dresseur à la soirée à laquelle ce dernier avait été convié. C'était son univers, dans lequel il était né, dans lequel il avait été élevé. Tout comme Gaylord, en fait, sur ce point, les deux se ressemblait... quoique, le jeune homme était bien moins snob que son Pokemon.
Celui-ci ne prêta d'ailleurs aucune attention (si ce n'est du coin de l’œil) au Gallame du groupe qui de son côté arborait un nœud papillon de couleur bleue. Excalibur ayant l'habitude du comportement du chien, il n'en fut pas offusqué. Au contraire, ça avait fini par l'amuser, cet air hautain que le canin avait toujours.

La Roussil portait elle aussi ses plus beaux vêtements, mais resterait dans sa Pokeball jusqu'à ce que son dresseur l'appelle. Si il l'appelait. Elle s'en fichait un peu, honnêtement, elle ne s'habillait que pour elle-même, et ce genre de soirée, très peu pour elle, surtout si c'était pour passer du temps avec César. D'autant plus qu'il y aurait un buffet, et que la renarde était incapable de se retenir de manger tout ce qu'il lui tombait sous le museau, et dans ce cas, elle ne voulait pas prendre le risque de faire honte à son dresseur, elle savait à quel point celui-ci tenait à l'impression qu'on avait de lui, et surtout, à son statut social.

« Hâtons-nous, nous ne voudrions pas être en retard »

En retard, ils ne le furent pas, bien entendu. Question de respect... et d'éducation stricte qui avait complètement formaté l'horloge interne du jeune homme. Quoique ça lui faisait un avantage. Il savait toujours s'il fallait partir à telle ou telle heure pour se rendre à tel ou tel endroit. Il sentait quand il avait de l'avance, du retard, accélérant ou décélérant le pas, ou demandant au chauffeur de ralentir, afin de ne pas paraître discourtois. Toute une série de règles qu'il suivait sans même s'en rendre compte, des choses inculquées à son cerveau depuis tout petit.

Gaylord se présenta donc à l'heure voulue au gala. Il avait été convié par la famille d'Amboise, famille qu'il connaissait depuis longtemps. Puisqu'il se trouvait sur Rosetta, cette invitation avait été de toute logique, et il avait, bien évidemment, accepté. Et ses parents lui avait demandé de faire passer le message afin de féliciter Séraphine d'Amboise... pour un film qu'ils n'avaient pas vu. Contrairement au noir et blanc, qui lui, avait véritablement assisté à la séance.

La première chose qu'il fit, comme tout le monde en vérité, fut d'aller féliciter l'intéressée pour ce magnifique rôle. Il transmit aussi les compliments de ses géniteurs, malgré la malhonnêteté de ceux-ci, mais il se garda bien de le préciser. Son Gallame fit de même, en saluant tout particulièrement la Gardevoir aux côtés de l'actrice. César de son côté se tenait droit comme un piquet et adressa de nobles saluts de la tête à ceux qu'ils croisaient.

Le Kalosien revint vers le milieu de la salle, se saisissant au passage d'une coupe de champagne. Il y avait du monde ici, des gens qu'ils connaissait bien évidemment et qu'il salua, en plus de nouvelles têtes. Il s'était lancé dans une passionnante (!) discussion sur les coupes de Couafarel avec une jeune fille qui elle aussi possédait un spécimen de cette noble espèce. Une femelle, pour être exacte, abordant aujourd'hui la coupe Madame, même si la dresseuse ajouta avec un petit rire que son Pokemon était très exigeante et ne portait pas tous les jours la même coiffure. Gaylord coula un regard vers le sien, espérant que ça ne lui donnerait pas des idées.

Son interlocutrice fini par prendre congé, un peu rapidement à son goût d'ailleurs, afin de se précipiter vers l'un des acteurs du film. D'après elle seulement pour le féliciter, mais De La Haute Camphrière savait très bien la raison réelle, bien qu'il n'y réfléchi pas plus, ces histoires-là ne le concernait pas, et il n'oserait pas pousser l'indécence jusqu'à surveiller qui mettait qui dans son lit.

Ce fut Excalibur qui lui signala qu'on s'approchait de lui, lui encore qui reconnu le premier qui l'interpella. Le jeune homme réagit rapidement aussi, il avait déjà rencontré cette jeune fille à plusieurs reprises, et sa présence ici était on ne peut plus logique, puisqu'elle était la fille de Séraphine d'Amboise.

« Oh, bonsoir Marguerite. » (Il remercia silencieusement son interlocutrice d'avoir prononcé son prénom à la Kalosienne.) « Oui, effectivement, on me le dit souvent... et je suis sûr que le rose vous irait très bien » ajouta-t-il, avec un petit rire quand il fit la remarque de ressembler à son Floramantis.

La couleur des cheveux de Gaylord changeait tellement régulièrement qu'on finissait par ne plus savoir quelle était sa couleur de base et par quoi il avait commencé. Pour l'instant, il était fixé depuis quelques semaine sur du blanc et du noir, mais était bien capable de décider de changer sur un coup de tête, à ce sujet là, il se fichait bien de ce qu'on pouvait penser de lui.

« Je me porte très bien merci, et vous ? Je viens tout juste de m'installer ici, en vérité. J'en conclu que vous n'habitez plus la ville ? Puis-je vous demander où vous résidez désormais ? »
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'




avatar
Autre compte : Quarante Deux & Seth Crystal
Messages : 97
Pokédollars : 1940
zone libre : Merci à Callie pour cet ava cute af ;D

Probably Mag's theme song if u ask me › www
Equipe :
Ven 23 Juin - 12:14


Two strangers in the bright lights

Take me to your level, show me the one I need the most. I wish I knew you when I was young, we could've got so high. Now we're here, it's been so long. Two strangers in the bright lights. Oh, I hope you don't mind. We can share my mood ••• Il se souvenait de son prénom, et il fallut à son interlocutrice tout son self-control pour ne pas hausser les sourcils dans sa surprise et cantonner son expression à un sourire légèrement plus large. Légèrement plus sincère aussi, mais ce n'est pas comme si ce genre de détails avait un jour réellement compté ici. Elle n'avait pas mis longtemps à le comprendre. Il affirma que le rose lui irait sans doute bien, et la dresseuse crut voir Apollon rougir sous sa carapace pastel, détournant ses grands yeux vers le reste de la salle de réception. Fanfaronner était une chose, mais l'affection de sa dresseuse avait parfois tendance à le dérouter.

Peut-être qu'elle ferait même des mèches vert tendre, pour lui.

Mais son regard malicieux retourna bien vite à une neutralité contrôlée lorsqu'elle s'intéressa de nouveau à Gaylord. Ce noir et blanc l'avait pour le moins déroutée, dans la mesure où la dernière fois elle se rappelait de teintes plus vives, mais Mag supposait que sans challenge, ce serait moins drôle. Ses yeux clairs passèrent rapidement sur le Couafarel et le Gallame de son interlocuteur qui semblaient avoir été soigneusement apprêtés pour l'occasion. Un rire faillit se former dans sa gorge quand elle se rappela à quel point Apollon et elle avaient fait les choses au dernier moment.

Pour la réception de sa propre mère
Quelle fille indigne

Selon ses dires, le jeune homme venait de s'installer, et elle n'eut pas à feindre la surprise qui brilla dans ses yeux bleus. Curieux comme elle s'était toujours imaginé qu'il vivait à Astéria, ne l'ayant jamais rencontré qu'ici. Mais bon, il fallait aussi admettre qu'elle ne s'était jamais beaucoup penchée sur le sujet. Trop pressée de repartir pour porter une attention soutenue à ses connaissances dans la capitale, sans doute. D'ailleurs, la brune ignorait toujours si elle passerait la nuit à son ancien appartement ou prenait le dernier bus pour Basilia, ce soir. Tout dépendait que l'heure à laquelle sa mère jugerait acceptable de la laisser partir.

" Fort bien, merci. J'ai effectivement déménagé il y a peu, je travaille maintenant sur Basilia, l'informa-t-elle, notant que sa perspicacité n'était pas désagréable, Pardonnez mon étourderie mais je pensais que vous viviez ici, où habitiez vous jusqu'à récemment ? " s'enquit-elle en penchant légèrement la tête sur le côté

Elle essayait de retarder les grands yeux étonnés à la mention de 'Basilia' aka ' campagne arriérée sans télécommunication' selon la majeure partie des Astériens. On lui avait assez servi ce spectacle pour qu'elle le trouve plus que lassant désormais, et Mag préférait ne pas trop s'étendre sur le sujet au cas où on en arrive à Gaïa. Pas qu'elle renie son engagement (modéré, comparé à certains) dans la cause de Mme. Langley, mais les mots 'terroristes' et 'extrémistes' fusaient bien trop rapidement dans l'esprit des personnes mal informées pour coller avec le ton léger de la soirée.

Une fois de plus: elle n'était pas ici pour s'attirer des ennuis
Juste pour faire bonne figure auprès de sa mère

Cela dit, une idée commençait à se former dans son esprit, et tandis qu'elle reprenait une petite gorgée de sa coupe de champagne, elle se demandait comment procéder pour la mettre en oeuvre. Comment jauger son taux de réussite en fonction de ce qu'elle avait sous les yeux. Ca n'avait rien d'un calcul classique mais des approximations se formaient déjà dans son esprit: si elle tournait ça bien, peut-être pourrait-elle convaincre Gaylord de quitter cette fête avec elle et aller faire un tour ailleurs. Il ne connaissait sans doute que peu la ville, mais la brune avait grandi ici: elle pouvait avoir deux-trois trucs à lui montrer.

" Dois-je en conclure que vous ne connaissez pas encore bien la capitale ? essaya-t-elle par la suite, Avec tout le respect que je dois à ma mère, cette fête n'est pas passionnante, un peu d'air frais vous tente-t-il ? Il parait que la ville est plus intéressante de nuit. " ajouta-t-elle avec un haussement d'épaules, espérant ne pas être trop directe pour lui

Ou ne pas être mal interprétée. Mais quelque-chose lui disait qu'elle n'était pas la seule à se lasser de ce genre de réceptions, habitude ou pas. Ses talons hauts n'étaient pas faits pour marcher mais rien ne l'empêcherait de les garder à la main. Quant à son absence ici.. eh bien si son interlocuteur acceptait, elle trouverait sans doute une excuse.

Ou pas

Ce n'est pas comme si Séraphine faisait assez attention à elle pour que ça soit nécessaire

© 2981 12289 0
avatar
Autre compte : Orion P. Abrasax & Celebi Oum
Messages : 22
Pokédollars : 1250
zone libre : Nom complet : Gaylord Baudoin Léopold De La HauteCamphrière
Equipe : .
César
Excalibur
Isadora
Ven 28 Juil - 22:54

Two strangers in the bright lights
Gaylord & Mag

Le Couafarel baissa la tête en signe de salut, en Gallame se courba légèrement, tandis que Gaylord fis un léger signe de tête, comme le voulait l'étiquette. C'était un salut calculé, car à chaque fois il dépendais de l'âge de la personne en face, de son rang. Depuis le temps, le jeune homme avait intégré ces règles et n'y réfléchissais même plus, il se contentait de les suivre sans les remettre en question. C'était son éducation et c'était normal pour lui d'agir de cette façon, tout particulièrement dans ce genre de soirée. Tout le monde se comportait comme ça, ici, il rentrait dans le moule, faisait comme tout le monde, et n'allait sûrement pas déroger à l'étiquette. C'était la dernière chose qu'il avait envie de faire.

« Oh, Basilia ? »

Il n'avait pas pu s'empêcher de prononcer ces mots à voix haute. Il ne s'était jamais rendu dans cette ville, et dans son milieu, il n'en avait pas entendu beaucoup de bien. Il s'imaginait un village de campagne, dont les habitants ne faisaient pas parties des hautes classes sociales, voilà pourquoi il s'étonnait de savoir la jeune fille là-bas. Et puis, il entendait de plus en plus parler de ce groupe d'éco-terroristes, du moins c'est ce qu'on lui avait dit. Son père lui avait dit qu'il n'y avais « que des pauvres, pas vraiment un endroit fréquentable » et bien que Gaylord savait que les mots de son père étaient parfois trop forts, il avait inconsciemment intégré Basilia comme étant un endroit où il ne doit pas mettre les pieds.
Mais il se rendit bien vite compte que son exclamation pouvait blesser son interlocutrice. Après tout, elle avait choisi de vivre là-bas, c'était bien pour une raison non ? Il avait simplement du mal à la voir là-bas, du moins pour l'image qu'il se faisait de l'endroit.

« Pardonnez le ton de ma voix, c'est juste que je ne connaît point cette ville, aussi cela me rend curieux. »

Bravo Gaylord, bien rattrapé. Bon, c'était un peu hypocrite, ouais, légèrement, et sans doute n'avait-il pas encore réalisé qu'il faisait preuve de cette hypocrisie de sa classe sociale qu'il détestait tant. Mais il ne voulait pas blesser Marguerite et espérait qu'elle ne prendrait pas mal ses mots.

Il tenta de son côté de ne pas se formaliser sur le fait que la brune ne se souvienne plus d'où il venait. Au fond de lui, sa fierté en était blessée et lui criait de froncer les sourcils, mais il n'en fit rien, affichant simplement un sourire de politesse avant de reprendre la parole.

« Je suis né non loin de Fort-Vanitas, à Kalos, et j'y habitais jusqu'à présent. »

Non-loin, à savoir dans le grand château qui faisait la fierté de sa famille. La famille De La HauteCamphrière était en principe connue pour habiter ces lieux depuis des décennies, d'ailleurs il faisait partie d'une famille Kalosienne historique. En y pensant, ça le rendait toujours fier.
Il aimait l'histoire de sa famille, des châteaux qu'elle avait construits, et ce malgré les différentes histoires qui couraient un peu partout dans sa lignée, qui l'avaient d'ailleurs poussé à s'éloigner un peu.

« Effectivement, je n'ai eu que quelques occasions de la visiter. »

Et autant dire que le blanc et noir ne visitait qu'une restreinte partie d'Astéria. La partie visible de l'iceberg comme on dit, celle des beaux bâtiments, des rues propres, des hôtels modernes ou des constructions historiques. Et ça ne lui venait pas à l'idée d'aller plus loin, ce qu'il voyait lui suffisait déjà amplement.

La suite des propos de son interlocutrice surpris cependant Gaylord. Il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un qualifie la fête de « pas passionnante », surtout pas à voix haute, et encore moins la fille de l'organisatrice de la soirée. Il eu quelques secondes de blocages avant de pouvoir répondre, se demandant ce qu'il devait dire. S'il avait bien compris, Marguerite lui demandait de s'éclipser de la soirée avec lui afin d'aller faire un tour en ville. D'un côté, c'était malpoli de refuser une telle proposition, et d'un autre côté, c'était malpoli de partir ainsi de la soirée. A ses côtés, César poussa un petit soupir hautain, jugeant probablement les mots de la jeune fille, et Gaylord lui ficha un discret petit coup de pied, lui demandant de se mêler de ses affaires.

« Ce serait avec plaisir mais ne devrions pas nous excuser auprès de votre mère ? Je ne voudrais pas sembler irrespectueux. »

Pour lui, prévenir Séraphine d'Ambroise était primordial et il ne pouvait pas se permettre de déroger à cette règle de l'étiquette. Encore une. Sa vie était faite de ces règles, qu'il avait intégré et qui guidait chacun de ses pas, sans que ça ne le dérange le moins du monde. Il avala une gorgée de champagne, sûrement afin de se donner une contenance pendant la réponse de son interlocutrice.
© ASHLING DE LIBRE GRAPH'




Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\
» Ellowyne Wilde - On the Bright Side
» Problem with voice recognition (always red lights!?)
» Rabid rabbit? Purple lights but still offline.....
» Help please, only purple and red lights...nothing else

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: