shooting stars


Wherever u are, we're staring at the same old stars ★ 42 ★ END

avatar
Autre compte : Mag & Seth Crystal
Messages : 105
Pokédollars : 1830
zone libre : 42 écoute "Guillotine" en boucle, en ce moment
Ney & Julia & Ayachou, merci pour les ava bg

Crédits avatars> ゆう
Code signa par ©endlesslove
Equipe :

Ven 9 Déc - 3:22


Quarante Deux






carte d'identité

★ NOM & PRÉNOM : Néo Rousselle indiqué nulle-part
★ SURNOM : 42, c'est le seul nom qu'il donne tbh
★ SEXE : masculin
★ ÂGE & DATE DE NAISSANCE : 25 ans; né un 20 Février
★ REGION & VILLE DE NAISSANCE : Kalos - ///
★ LIEU DE RÉSIDENCE : Neapolis
★ ORIENTATION SEXUELLE : Demisexuel Panromantique
★ SITUATION : Célibataire

★ GROUPE : Citoyen
★ OCCUPATION : Animateur/Storyboarder pour une compagnie d'animation assez en vogue à Neapolis

pokemon



physique

★ taille : 170 cm
★ corpulence : fine, on a tendance à lui trouver l'air smol même si y'a clairement pire
★ cheveux : Bruns dans le genre chocolat, plutôt courts, wtf is a brush ?
★ yeux : Brun-doré, amusez vous avez la luminosité
★ peau : Claire, pas de façon inquiétante tho
★ style vestimentaire : En toute honnêteté si 42 pouvait vivre en sweat-shirt il le ferait. L'ennui c'est qu'il bosse hors de chez lui. Du coup il met souvent des pulls larges mais déjà plus soignés d'apparence. Sinon c'est généralement jean basket, débardeurs et t-shirt sans manches en été. Pas exclu qu'il porte des robes, demandez pas pourquoi.
★ particularités : Vieille cicatrice dégeu à l'omoplate droite, vraiment pas très jolie il a dû la soigner n'importe-comment. Non ils vous dira pas d'où ça sort.
★ avatar : Black/Touya - Pokémon BW

anecdotes

★ A souvent les épaules, trapèzes et avant-bras couverts de dessins au stylo, voire à la peinture le week-end. Blâmez son colocataire il préfère dessiner sur les gens que les feuilles.
★ Son Nymphali, Kyubey, est honnêtement terrifiant au combat. Il semble avoir eu un entraînement assez poussé quand 42 vivait encore à Kalos et prend un malin plaisir à jouer de sales tours à l'adversaire.
★ Se rend au travail en overboard, achetant généralement un croissant à l'arrache en cours de route pour ne pas démarrer la journée le ventre vide.
★ Tient un blog où il poste ponctuellement de dessins qu'il a faits sur papier ou avec un logiciel, parfois de courtes animations quand il en a le courage.
★ Se met à parler en kalosien quand il est surpris ou effrayé, mais son accent est difficilement détectable en règle générale
★ Aime bien peindre mais s'en met souvent partout, étant terriblement adroit, cependant jouer avec les couleurs ou se poser devant quelque-chose et simplement le griffonner pendant de longues minutes est quelque-chose qu'il apprécie beaucoup. Ca lui vide l'esprit.
★ Void, son Branette, était précédemment le Pokémon de sa jumelle mais elle n'a pas voulu le reprendre. Assez discret mais reste particulièrement câlin, étonnamment.
★ A créé un programme pour empêcher les compagnies générales de publicité de Neapolis d'accéder à ses données personnelles, ça fonctionne la plupart du temps, mais il y a quelques détails à améliorer.
★ Son Skitty, Mischief, est en fait celui de la compagnie où il bosse à la base, mais la bestiole étant insupportable on lui a refilé sa pokéball en mode 'démerde, il t'aime bien'.
★ Plutôt doué en ce qui concerne le codage et les ordinateurs en général, a quelques compétences en hacking -principalement sous l'impulsion de sa soeur- mais bien loin d'être infaillible.




mental

42 est quelqu’un d’assez discret, il ne se met pas en avant plus que nécessaire, il se sent mal à l’aise quand il lui faut élever la voix ou que subitement toute l’attention est dirigée sur lui. Un rien le fait rougir comme pas possible, que ça soit un compliment, un flirt ou simplement beaucoup plus d'attention qu’il ne pense en mériter. Pas que ça soit désagréable.. enfin si, c’est désagréable en un sens, mais c’est juste trop pour lui. Il n’est pas assez, c’est perdre du temps que de s’intéresser à lui Surtout qu’il a généralement l’impression de faire les choses de travers, pourquoi regarderait-on dans sa direction autrement ? Pas très sûr de lui, il part toujours du principe que ce qu’il fait ou dit n’est certainement pas assez bien, ou qu’il y a quelque-chose qui déconne dedans, quand bien même il fait de son mieux pour s'appliquer. Qu’est-ce qu’il a encore merdé ? Ce ne serait pas une première, avec cette maladresse qui le caractérise. Roi des pansements et bleus en tout genre, 42 semble attirer toute la malchance de la terre, et c’est le genre d’idiot qui va s’excuser auprès d’un poteau qu’il n’a pas vu son son chemin lorsqu’il marchait avant de réaliser que ce n’est pas un être humain. Dans un autre registre, s’il commence une peinture vous pouvez être certain de le retrouver avec de la peinture un peu partout, y compris dans les cheveux pour une raison inconnue. Parfois il utilise ses mains plutôt que des pinceaux, aussi, ça n’aide pas vraiment.

D’ailleurs 42 est très porté sur l’art, en dehors de son boulot qui consiste à faire des storyboards et des fonds avec une tablette graphique, il dessine beaucoup à la main. Il aime beaucoup utiliser un crayon pour gribouiller des personnages qui lui passent par le tête, ou des gens qu’il a croisés et qu’il connait et qu’il trouve chouette de mettre sur papier. Il a de nombreuses esquisses de sa soeur jumelle qui fut son premier modèle, étant la personne qu’il voyait le plus souvent. Bien sûr elle n’a pas manqué de le charrier quand elle l’a remarqué, et il a cru mourir de honte, mais en définitive elle n’a fait que l’encourager. De toutes façons même pour sauver sa vie il aurait certainement été incapable de mentir. Il est certes assez secret, dissimulant pas mal de choses à son sujet par peur de regretter d’avoir parlé, mais c’est surtout des omissions. Il ne parle pas de lui, pas trop, Il n’y a rien d’intéressant chez lui de toutes façons s’il a l’impression que vous ‘approchez’ trop il répond à côté avec un sourire maladroit ou dit simplement qu’il ne sait pas, qu’il a oublié ou qu’il n’y a jamais réfléchi. Parce qu’il réfléchit parfois ? Haha Bien sûr c’est faux, ses mensonges sont rarement très crédibles et il est trop poli ou trop lâche ? pour vous dire de but en blanc qu’il n’a aucune envie d’en parler et que vous devriez vous mêlez de vos affaires, mais il ose espérer que vous comprenez le message. Parce que vous n’avez sans doute pas envie qu’il vous le fasse comprendre clairement. Très doux en règle générale, 42 n’est pas quelqu’un qui deviendra violent si vous le poussez à bout -il risque plus de fondre en larmes tbh- mais étant assez instable émotionnellement il pourra s’avérer d’une cruauté surprenante dans ses paroles.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il n’est pas très à l’aise avec les autres et préfère ne pas les laisser en comprendre trop sur lui ou ce qui se passe dans sa tête. 42 est plutôt fragile émotionnellement, un mot de travers peut le faire partir directement sur une mauvaise pente et il n’a aucune envie de subir ça. Ca lui faciliterait la tâche de savoir enfermer ses émotions à double-tour et paraitre d’une joie de vivre à toute épreuve comme le fait sa jumelle, mais visiblement d’eux-deux c’est elle qui s’est accaparé le capital ‘faking it like a boss’. Lui n’est pas très doué pour ça. Il essaie de garder tout ça sous contrôle mais il a clairement des progrès à faire. C’est sans doute pour ça qu’il est plus à l’aise seul, à explorer des idées de nouvelles choses à essayer de dessiner, des projets à mener à bien, il ne manque pas de créativité, parfois même excentricité, bien qu’il aie souvent un peu de mal à expliciter ce qu’il prévoit exactement. La communication ne lui vient pas facilement parce que ça le rend nerveux, mais une fois calmé il est très clair. Il peut même se montrer assez curieux par rapport à vos propres idées, si parler de lui n’est pas vraiment ce qu’il préfère, il pourra vous écouter des heures et partager des anecdotes sur des choses qui lui ou vous sont arrivées.  S’il est curieux à votre sujet il ne s’en cachera pas, il ne fait pas ça très bien, une fois de plus. Mais ce n’est pas comme si on risquait quoi que ce soit avec lui. Patient et plutôt altruiste, il s’assurera de soutenir ceux qu’il apprécie en toutes circonstances, du moins dans les limites de ses capacités.

Mais 42 est très injuste dans le fond. Il veut en apprendre sur vous, il veut aider et on peut tout à fait lui faire confiance pour ne pas déblatérer sur ce qu’il a appris et causer du tort mais lui.. non, lui ne vous laissera pas approcher. Il ne vous dira même pas son prénom. Il n’a pas besoin de tant d’attention, il ne veut pas de tant d’attention. Il ne mérite pas tant d’attention, ne perdez pas votre temps. Très égoïste de sa part, mais s’il s’en rend compte le brun s’en moque. Ou alors il n’a simplement pas envie d’y penser.




histoire

«  Kyubey, tu peux me passer mon thé ? J’ai dû le laisser dans la cuisine.. »

Marmonna le brun à l’attention de son Pokémon qui hocha la tête pour quitter sa chambre en trottinant. Frottant ses yeux fatigués, il se re-concentra rapidement sur l’écran d’ordinateur. Son programme avait encore un problème et il ne trouvait pas où, cette soirée se faisait de plus en plus frustrante. C’était bien la troisième fois qu’il le parcourait de fond en comble pour réparer les bugs et quand bien même il avait pu s’occuper de la majorité d’entre eux, celui-ci lui avait échappé à chaque fois. Ca semblait parti pour durer toute la nuit, une fois de plus. Mais ce n’est pas comme si les gens qui choisissaient son ‘cursus’ avaient un jour tenu leur sommeil ou leur santé physique et mentale en haute estime de toutes façons. Il n’y avait qu'à regarder sa soeur. 42 eut une brève grimace en se rappelant leur dernière rencontre qui devait bien dater de deux semaines auparavant. Elle avait son grand sourire idiot habituel mais il n’avait eu aucun mal à deviner que ça n’allait pas aussi bien qu’elle voulait bien le lui faire croire. Ses cernes parlaient pour elle. Ils étaient jumeaux, s’attendait-elle vraiment à ce qu’il n’y voie rien ? Mais comme souvent le jeune homme s’était contenté de rire à ses mauvaises blagues et ne pas l’ennuyer bien longtemps. Quand bien même il s’inquiétait, il ne devait pas la retenir. Il ne devait pas être un boulet pour 500, avec toute la pression qu’impliquait son boulot pour l’agence. Elle n’avait pas de temps à perdre avec quelqu’un comme lui, il ferait bien de ranger ses sentiments inutiles au placard avant d’être une nuisance.

Ses yeux dorés glissèrent rapidement sur l’écran verrouillé de son portable et il faillit céder à la tentation de l’appeler, ou au moins tenter un message. Ca faisait un moment qu’ils ne s’étaient pas parlé, même à distance, et 42 ne pouvait s’empêcher de s’en faire. Elle lui avait dit que tout se passait bien et que ses études étaient plus importantes mais il n’y croyait pas, bien sûr. Parce que pour lui ça se voyait comme le nez au milieu de la figure lorsqu’elle mentait. Et elle lui mentait souvent.. Sans doute parce qu’il était trop faible et stupide pour supporter la vérité. Le jeune homme laissa échapper un soupir, chassant ses pensées pour le moins encourageantes pour ramener ses yeux sur l’écran. De toutes façons à cette heure-ci elle était soit en train de peiner comme lui sur un code, soit à dormir comme le faisait son colocataire. Dans les deux cas il ne pouvait pas l’emmerder. Dans les deux cas il devait en finir avec ce programme avant d’aller dormir, retourner des idées noires était contre-productif et il ferait bien d’arrêter avec cette habitude. Ca le suivait depuis longtemps, à vrai dire. A l’époque où il vivait toujours à Kalos, ça avait déjà commencé. 42  soupira à nouveau. Il soupirait beaucoup en ce moment. Heureusement son train de pensées fut interrompu par le bruit d’une tasse posée plus ou moins délicatement sur son bureau. Un sourire étira ses lèvres et il tourna la tête vers son Nymphali pour le remercier en caressant sa tête avant de se remettre au travail. Ca irait mieux quand il aurait fini ça et dormi. Ca irait mieux le lendemain.

Haha, je plaisante.

Le lendemain ça n’allait pas mieux.

Oh bien sûr son programme fonctionnait parfaitement et le kalosien avait plus ou moins pu dormir assez longtemps, mais son petit confort n’était pas ce qui comptait. Ce qui comptait c’était grand vide qu’il avait senti se créer dans sa poitrine lorsqu’à son arrivée dans les locaux de l’agence, on lui avait simplement dit qu’il ne pouvait pas la voir parce qu’elle avait disparu. Comme ça, envolée, sans une seule trace, impossible de savoir ce qui lui était arrivé. Mais visiblement la piste d’un départ volontaire était privilégié. Au départ il n’y avait pas cru, ricanant un peu en leur demandant s’ils le prenaient vraiment pour un idiot simplement parce qu’il n’avait que 14 ans, mais face à l’air peu impressionné de son interlocuteur il avait compris que ça n’avait rien d’une plaisanterie. 500 n’était plus là, personne ne savait où elle avait fui, mais ce n’était pas ce qui préoccupait le plus son frère. Non, ce qui l’inquiétait c’était de n’avoir pas du tout été prévenu de ce qu’elle avait en tête. Depuis l’enfance ils partageaient tout, et la voir disparaitre sans laisser de traces, pas même pour lui.. disons que ça laissait un arrière goût désagréablement amer. S’il avait senti des larmes lui monter aux yeux, 42 s’était assuré de ne pas les laisser dépasser ce stade. Il avait bien vu des signes que ça n’allait pas avec cette agence, lors de leurs dernières discussions, alors au fond ça ne sortait pas de nulle-part; c’était juste.. vraiment difficile à avaler. Mais si elle ne lui en avait pas parlé, ce n’était sans doute pas avec pour seul but de le laisser dans le noir. Il la connaissait par coeur depuis le temps, il savait que quand elle ne lui disait rien c’était pour le tenir loin de la vérité. Parce qu’il était trop fragile pour la vérité, selon elle.

500 avait toujours été très injuste.

Pas qu’il vaille beaucoup mieux qu’elle.

Il aurait pu simplement accepter le fait et ne pas pousser plus loin puisqu’il n’y avait rien qu’il puisse faire. Il aurait pu continuer ses études assidument et s’appliquer à les réussir pour qu’au moins une chose se passe correctement cette année. Au lieu de ça il était revenu régulièrement reprendre contact avec Liam, un collègue de sa soeur avec qui elle s’entendait bien, et lui aussi d’ailleurs, insistant pour savoir s’il n’y avait vraiment rien qu’il puisse lui dire à ce sujet. Hormis la fenêtre de horaire pendant laquelle elle s’était fait la malle, Liam lui avait assuré ne rien savoir. Rien sinon qu’elle avait laissé le second membre de son équipe Pokémon derrière elle en partant et qu’il serait sans doute plus sage de confier ce Branette à 42 plutôt qu’à l’agence. Ca lui assurerait une meilleure vie, avait dit le hacker, bien que son interlocuteur ne se pense pas assez compétent pour assurera une vie particulièrement intéressante à un Pokémon. Cependant il devait admettre que cette organisation ne lui semblait pas très nette, Void serait mieux dans son équipe qu’ici.

Après lui avoir remis le Pokémon, Liam resta très évasif dans ses réponses, lui disant que connaissant la jeune femme il n’avait pas à s’en faire et devrait plutôt s’occuper de sa propre vie. Au bout d’un moment il devint carrément assis agressif, ne se gênant nullement pour lui jeter des mots blessants au visage, certainement pour le dissuader de revenir. Le brun aurait bien aimé dire que ça ne l’affectait pas vraiment -parce qu’il le savait déjà qu’il était un échec et ferait mieux de s’occuper de ses rêves déjà méprisables plutôt que d’emmerder Liam alors qu’il avait du travail-, mais l’amertume lui restait en travers de la gorge une fois de plus. Il finit par cesser de venir. S’il voulait pouvoir faire des études correctes et garder l’emploi à mi-temps qu’il avait pris plus ou moins légalement pour aider son colocataire à payer le loyer, il n’était pas sur la bonne voie. C'était déjà une chance que Phoenix veuille bien partager cet appartement avec lui quand bien même on ne pouvait pas dire que ça soit terriblement spacieux, il n’avait pas intérêt à le faire changer d’avis maintenant. Se retrouver à la rue en étant mineur n’était définitivement pas une option qu’il voulait reprendre.

A vrai dire taper des codes n’était pas exactement sa passion dans la vie. Ca lui rapportait de l’argent -pas très net certes- sans trop de difficultés mais il n’imaginait pas passer sa vie entière là-dessus. Disons qu’il s’y intéressait parce que c’était plutôt facile pour lui, alors autant s’en servir, mais à choisir il y avait largement plus intéressant. C’est pourtant vers l’informatique que le brun s’orienta quand il passa dans l’enseignement supérieur, conscient de ce qu’il était le plus rationnel de choisir. Phoenix était dépité à vrai dire. Son colocataire l’avait vu dessiner à de nombreuses reprises, il faut dire qu’en 4 ans de cohabitation, ça aurait été plutôt étrange qu’il ne le remarque pas. Il devait bien y avoir un étage entier du meuble de leur chambre occupé par ses carnets de croquis. 42 ne pouvait s’empêcher de gribouiller quand il était nerveux ou qu’un code/exercice lui donnait trop de fil à retordre. Ca lui permettait d’organiser ses pensées de manière assez efficace, éliminant notamment les variables inutiles qu’il n’avait pas identifiées comme telles au premier abord. D’après le blond il s’en sortait très bien, quand bien même ce n’était qu’un passe temps, et il devrait le cultiver au lieu de se perdre dans tous ces chiffres. Mais si le kalosien ne pouvait nier que le dessin l’intéressait plus que les ordinateurs, il savait garder les pieds sur terre. Ce n’est pas en dessinant qu’il s’en sortirait.

Il avait trop été dans la merde pour ne pas repérer ce qui l’y remettrait au premier coup d’oeil.

Pas qu’il abandonne le dessin -il s’était même mis à la peinture par curiosité-, mais il n’en ferait pas son activité principale. Une faculté d’art ne le mènerait nulle-part, que ça l’intéresse ou non. Ecraser ses propres centres d’intérêt n’était pas chose facile, mais ce n’est pas comme s’il méritait que l’on considère ce qu’il voulait avec sérieux. Un rêve ridicule tout au plus, il ferait bien de le mettre en sourdine avant que ça lui pose problème. De toutes façons il serait infoutu de développer la créativité et le talent nécessaires à être reconnu. C’est du moins ce qu’il n’avait eu de cesse de se répéter, et sans doute n’aurait-il jamais considéré l’option de mélanger art et informatique un seul instant si son colocataire n’avait pas été quelqu’un d’aussi insistant.

C’était une après-midi d’automne plutôt calme à Volucité et ils avaient profité de l’un des rares jours que Phoenix avait de libre pour aller voir un film qui leur faisait de l’oeil depuis un moment. A vrai dire c’était le blond qui avait insisté pour qu’ils aillent jusqu’au cinéma au lieu de se vautrer sous un plaid devant l’écran holographique et simplement lancer une série un peu angsty pour noyer leur chagrin dans un pot de glace vanille comme ils l’avaient souvent fait. Enseveli sous un sweat-shirt particulièrement large et une écharpe en laine douce, 42 réussissait à trouver la température relativement agréable, malgré le ciel gris peu engageant qu’ils avaient aujourd’hui. Ca faisait un moment qu’il n’avait pas mis les nez dehors à vrai dire, hormis pour aller faire des courses. Quand il ne bossait pas il dormait ou corrigeait/terminait un dessin, c’était le genre de pauses qui lui suffisaient et lui évitait de perdre trop de temps. Mais disons que se laisser entrainer par Phoenix pour une fois, ça le changerait. ils ne se voyaient plus beaucoup en ce moment, le blond ayant rejoint une sorte d’organisation écologiste unysienne en plus de ses études. 42 s’était bien gardé de lui faire remarquer qu’il la trouvait un peu louche: sans doute était-il juste excessivement prudent. On se débarrasse difficilement de ce genre d’habitudes, surtout si on n’en a pas envie.

« On va voir du côté du port ? »

Proposa Phoenix qui n’avait miraculeusement pas froid avec son t-shirt à manches longues relativement fin. Son ami hocha la tête, ayant toujours apprécié la vue qu’il y avait de ce côté de la ville. Des bateaux de croisière luxueux y étaient souvent arrimés mais ce qui l’intéressait c’était la vue sur la baie. Et sur l’autre partie d’Unys, de l’autre côté du pont. Il n’y avait jamais mis les pieds à vrai dire, ça le rendait curieux. Etant directement arrivé à Volucité, 42 avait beau vivre à Unys depuis un certain temps, il n’en connaissait que cette ville. Le reste de la région constituait la grande inconnue pour lui. Peut-être qu’un jour il serait assez curieux pour aller se faire un tour, s’il voyageait avec son overboard ça ne devrait pas prendre trop de temps. Et puis les bornes de recharges ne manquaient certainement pas. Un léger rire faillit lui venir quand il pensa que ça ressemblerait un peu à ces sortes de parcours initiatiques idiots dans lesquels se lançaient des gamins en mal d’aventure. Sauf qu’il n’avait nulle intention de mettre les pieds dans une arène hormis pour étudier l’architecture.

« Haha, on arrive au bon moment ~ »

La voix de Phoenix le tira de ses pensées tandis qu’ils descendaient sur l’un des quais pour constater que l’eau prenait des reflets enflammés. Le soleil était tout juste au bon endroit de sa course pour donner ce genre de reflets. Un sourire étira les lèvres du brun, et bien qu’il ne soit pas très enclin à exprimer oralement son admiration, il hocha au moins la tête pour signifier à Phoenix qu’il était d’accord. C’était superbe, il regrettait de ne pas pouvoir le prendre en photo correctement. Parce que son téléphone ne rendrait clairement pas grâce à la scène. Il utilisait encore un vieux modèle de Raspberry, faute de moyens, et ne bénéficiait pas vraiment d’une caméra très performante. Pas qu’il en aie besoin de toutes façons, tant qu’il pouvait passer des appels il n’avait aucune raison d’en changer.

«  Tu sais, comme j’ai eu un peu de temps libre, j’ai décidé de faire une bonne action ~
Tu m’en diras tant, répliqua 42 en levant les yeux au ciel, quelle connerie as tu encore faite Phoe ?
Hey, j’ai fait ça pour toi ! , s’exclama-t il sur un ton faussement indigné
Oh, maintenant j’ai peur ! Ca valait clairement pas la peine qu-
42, non ! » L’interrompit Phoenix, l’air contrarié.

Le brun cligna des yeux d’un air confus, ne comprenant pas sa réaction. Quoi, maintenant il lui coupait la parole et en prime c’était de sa faute ? Qu’est-ce qu’il avait encore dit comme connerie ? Une grimace inquiète ne tarda pas à apparaitre sur son visage mais le blond ne fit que soupirer et tapoter son épaule de la main.

«  Bien sûr que ça en valait la peine, Four sérieusement il faut que tu prennes un peu confiance. »

Ah. Il dut prendre une jolie couleur proche de celle du ciel parce que son interlocuteur rit doucement avant de reprendre la parole.

«  Et donc, avant que tu ne te mettes à te mépriser, je disais que j’avais trouvé quelque-chose pour toi. T'es parti sur l’informatique, non ? il attendit que le brun hoche la tête pour continuer, Eh bien je trouve que tu dessines trop bien pour ne rien en faire du tout, et ne va pas me dire que ça ne te plait pas, tu saurais pas mentir même pour sauver ta vie. Y’a une école dans une région pas trop loin qui te permettrait de rester dans l’informatique tout en faisant de l’art, t’en penses quoi ? »

Il en pensait que chercher un truc pareil ne lui aurait jamais traversé l’esprit. Enfin, que la possibilité qu’un truc pareil existe ne lui aurait jamais traversé l’esprit, pour commencer. Maintenant il ne savait trop quoi en faire. Si l’école n’était pas à Unys il devrait déménager.. oh c’est pas comme s’il ça allait être la première fois, il espérait simplement que ça ne  soit pas à Kalos. Retourner à Kalos n’était pas une option. Un éclair d’intérêt s’était néanmoins allumé dans ses yeux dorés et il adressa un grand sourire à Phoenix en le pressant de développer, puisqu’il avait fait des recherches. Apparemment c’était plus précisément une école qui se concentrait sur l’art digital. Ca impliquait de savoir effectivement se servir d’un crayon, pinceau ou whatever, mais aussi de logiciels permettant d’animer tout ce bazar. Concevoir de tels logiciels était également au programme et le brun ne pouvait empêcher s’empêcher d’imaginer déjà 300 développements différents. Il avait pris des jobs je codage pour des projets d’applications mobiles à côté de ses études récemment, puisqu’il était devenu assez calé pour travailler dessus vite, et utiliser un logiciel codé par ses propres soins était simplement magique. Principalement parce qu’il en savait tout, les choses se déroulaient exactement comme prévu, alors imaginer une telle facilité de prise en main pour un logiciel de dessin digital ou d’animation le rendait facilement très enthousiaste. Phoenix avait dû repérer les étoiles dans ses yeux parce qu’il souriait lui aussi comme un idiot.

«  Je vois que j’ai bien fait de chercher. Continue de me regarder comme ça et je te met à la porte pour que tu files direct à Rosetta. »

Plaisanta-t-il en ébouriffant les cheveux du brun. Rosetta n’était pas très loin, et puis contrairement à ses craintes ce n’était pas Kalos, peut-être que si son dossier était accepté il irait là-bas une fois son année d’études terminée. C’était juste à l’ouest d’Unys, ça lui donnerait l’occasion de voir un morceau de la région avant de la quitter. Enfin il fallait préparer son dossier avant. La perspective était peut-être un peu plus hasardeuse que les études qu’il avait prévues au départ, mais ça restait assez sérieux à son goût. Et puis il ne pouvait nier que c’était aussi 5 fois plus intéressant. Un éternuement du blond le ramena à la réalité.

«  On devrait peut-être rentrer avant que tu sois malade, j’ai un don pour choper tes crèves..
42, viens me servir de bouillotte si tu veux éviter ça ~ »

Le kalosien fit immédiatement un bond sur le côté pour éviter que Phoenix ne s’approche trop, mais étant quelqu’un de très agile, il trouva le moyen de prendre un mauvais appui et perdre légèrement l’équilibre. Son colocataire le stabilisa en passant un bras par dessus son épaule, lâchant un rire moqueur.

«  C’est que t’essaies de te faire mal en plus. Maintenant je doute qu’il soit très responsable de te laisser partir là-bas tout seul ~ »

Se moqua-t il, refusant de le lâcher pendant qu’ils se mettaient à marcher en direction de l’appartement, prétextant qu’il était trop fragile pour quelque-chose d’aussi imprudent. Pas comme si 42 avait effectivement la force de se dégager de toutes façons. Une fois rentré il se rendit donc sur le site de l’établissement pour voir les périodes et modalités d’inscription: s’il voulait entrer l’année suivante, il ferait bien de s’y prendre à l’avance. Les frais d’inscription étaient moins élevés que ce qu’il avait craint, c’était un bon début, après il espérait retrouver quelqu’un avec qui cohabiter une fois sur place. Trouver de quoi bosser n’était a priori pas trop difficile, puisque de toutes façons il ne faisait ça qu’en ligne. Le cursus n’était pas long d’ailleurs. 2 ans, comme celui qu’il était en train de terminer.. Oui, il était déjà en train de le terminer. Ses yeux dorés parcoururent l’appartement difficilement rangé qu’il partageait avec Phoenix et les années semblèrent lui sauter au visage. Ca faisait bien 7 ans qu’il vivait avec le blond. 6 ans que 500 avait disparu sans donner la moindre nouvelle. Un peu moins de 4 ans qu’il n’avait pas adressé la parole à Liam, après que lui aussi aie quitté l’organisation (avec au moins la décence de prévenir, cela dit). Le brun se mordit la lèvre immédiatement, sentant des émotions douloureuses remonter et ne désirant pas le moins du monde les laisser faire. Une fois qu’elles débordaient il ne savait pas les arrêter, déjà qu’il peinait à les retenir.

Merde, à 20 ans il devrait s’effondrer pour de meilleures raisons.

Inspirant à fond, il détourna ses yeux de l’écran d’ordinateur après avoir enregistré les documents à envoyer. Il était tard, la fatigue se faisait sentir mais le sommeil ne venait pas. Meilleur moyen pour qu’il pleure comme une madeleine à cause de souvenirs. Quel idiot. Il se dirigea vers la cuisine d’un pas maladroit pour faire bouillir de l’eau: peut-être qu’un thé le catalyserait correctement. Généralement ça fonctionnait plutôt bien. Il attendait que la bouilloire électrique aie porté l’eau à ébullition lorsque Kyubey vint se frotter affectueusement contre ses jambes, levant ses rubans vers le poignet du brun comme pour chercher à le réconforter. Il eut un petit rire en se disant que les Pokémon de son espèce avaient effectivement un don pour saisir l’état d’esprit de leur dresseur. Laissant faire le monstre, il s’agenouilla pour être à sa hauteur et caresser lentement sa tête. Void n’était pas très loin, un air un peu délaissé sur le visage, sa bouche en forme de fermeture éclair tordue vers le bas.

A vrai dire depuis qu’il l’avait reçu de Liam, 42 n’avait pas pu beaucoup se rapprocher du Pokémon. Il semblait généralement mélancolique, parfois il venait sur le genoux du brun quand il bossait mais repartait bien vite, comme s’il avait peur d’être de trop. Peut-être s’était-il senti abandonné en réalisant que sa dresseuse était partie sans lui et craignait de gêner maintenant ? Peut-être aussi que le jeune homme poussait la réflexion trop loin, mais il ne pouvait s’empêcher de ressentir de l’empathie à l’égard du monstre. Croisant son regard, il lui adressa un sourire sympathique avant de lui faire signe d’approcher, avant qu’il ne s’enfuie comme il le faisait souvent. Visiblement hésitante, la poupée finit néanmoins par les rejoindre et le kalosien l’aida à monter sur son épaule avant de se redresser et verser tant bien que mal l’eau chaude dans sa tasse. Un miracle qu’il n’aie rien cassé jusque-là. Connaissant sa maladresse, opérer sans dommages avec les rubans d’un Nymphali au poignet et un Branette sur l’épaule relevait de l’exploit. Il attendit que le thé infuse en caressant la tête de la poupée distraitement.

«  Oh, Phoenix, tu veux un thé ? »

Lança-t il à travers l’appartement en se rappelant qu’il lui restait de l’eau chaude dans la bouilloire. Le blond se moqua en disant qu’il buvait de la tisane comme un vieil homme -bien qu’il aie précisé ‘thé’ et pas ‘tisane’- avant d’accepter de le rejoindre dans ses habitudes franchement pas de son âge. Il leva les yeux au ciel en versant de l’eau chaude dans une seconde tasse après avoir récupéré un autre sachet de thé à faire infuser.

«  Viens le chercher, par contre, si tu veux pas que je casse une tasse ou renverse tout. Je suis un peu bloqué là.
Bloqué dans la cuisine ?, répondit-il sur un ton dubitatif, Tu ne cesses de me surprendre cutie. »

Lorsque le blond arriva dans la cuisine, Kyubey avait lâché son poignet pour lui permettre de retirer le sachet de thé de sa tasse et.. il sursauta nerveusement en faisant couler le liquide beaucoup trop chaud sur ses doigts par inadvertance. Sérieusement il ne pouvait pas faire quelque-chose correctement pour une fois ? Phoenix lâcha un rire et attrapa sa main pour souffler un peu dessus, se souciant peu de l’embarras du kalosien. Sérieusement, ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça, n’importe-qui se serait habitué entre-temps.

«  Je comprends pourquoi tu pouvais pas venir. »  Se moqua-t-il en prenant sa tasse avant de repartir.

En fin d’année universitaire, 42 obtenait son diplôme sans problèmes particuliers, et l’inscription étant déjà réglée il ne lui restait plus qu’à se diriger vers Rosetta. Il avait l’été devant lui pour faire ça, restait à trouver un appartement pas trop loin de sa faculté avec une colocation pas trop chère. Parce qu’il avait certes pu économiser avec les boulots de codage qu’il avait effectués au cours de ses années universitaires, mais il avait payé son inscription et il fallait qu’il lui reste de quoi payer le déménagement de ses affaires. Pas qu’il aie grand-chose à transporter. A vrai dire à son arrivée de Kalos il n’avait que le contenu de son sac à dos, mais vivre 7 ans ici avait finir par ajouter deux ou trois trucs à son inventaire, comme on pouvait s’y attendre. Il lui fallut bien un mois après la fin de ses cours pour trouver une nouvelle colocation dans la ville de Neapolis, à un emplacement pas trop embêtant. Bon la ville était relativement chère et son logement était dans un quartier résidentiel vétuste et a priori craignos; mais son trajet jusqu’à l’école n’était pas trop long, à regarder sur Sparkle-maps. Ce n’est pas comme s’il avait été habitué à beaucoup de luxe de toutes façons. ll appréhendait juste un peu à l’idée d’habiter avec quelqu’un d’autre que Phoenix.

Pour en revenir à Phoenix, ce dernier n’en revenait pas non plus d’avoir à chercher une autre colocation. Parce que c’est long 7 ans mine de rien, à force il s’était habitué. Surtout qu’ayant été en quelques sortes ‘responsable légal’ de 42 pendant 5 ans, ça lui donnait presque l’impression de se séparer d’un membre de sa famille. Pas que le brun vive beaucoup mieux la situation: hormis Phoenix il n’avait réellement personne sur qui il considérait pouvoir compter. Liam avait disparu de la circulation après lui avoir passé un coup de fil spécifiquement pour le prévenir qu’il quittait l’agence et Unys par la même occasion, et que cet appel serait supprimé de son historique d’ailleurs. 500 était injoignable depuis plus longtemps encore. En définitive, Phoe était bien sa seule attache à Unys. Il se sentait vraiment mal de le ‘laisser’ ici à vrai dire, de tout abandonner ici pour poursuivre son rêve égoïste d’incorporer quelque-chose d’intéressant dans sa vie alors qu’il s’en serait sans doute très bien tiré à ne faire que du codage. Enfin il était trop tard pour reculer, et puis c’était Phoenix lui-même qui l’avait incité à y aller, il ne le laisserait pas faire demi-tour. Pas que 42 en aie envie, il fallait bien l’admettre.

Après plusieurs discussions par holokit avec son futur colocataire, le kalosien fixa la date de son départ de Volucité. Il lancerait son déménagement quelques jours plus tard, et celui qui occupait déjà l’appartement s’occuperait de le réceptionner à Neapolis pour qu’il n’aie pas que le contenu de son sac à dos en arrivant là-bas. Quant au trajet.. Phoenix avait insisté pour le faire avec lui. Son année universitaire était finie et il avait quitté cette étrange organisation finalement, réalisant que leurs motifs n’étaient en définitive pas aussi bons qu’ils le lui avaient fait croire au premier abord. Grande désillusion. Bien que le blond ne soit pas quelqu’un de fondamentalement attaché à la morale et aux principes, il avait une sainte horreur des menteurs. Autant dire qu’il avait pas mal de temps devant lui pour faire la route jusqu’à Rosetta avec 42. Et puis pour eux, des adieux brefs et classiques ne colleraient clairement pas. Un roadtrip était déjà plus décent. Ils firent leurs sacs en une journée, déjà en retard sur le programme parce que le kalosien avait voulu qu’ils se regardent la fin de ce film qu’ils avaient commencé et jamais continué la semaine précédente avant de ne plus se revoir. Il faisait déjà nuit quand ils avaient fermé l’appartement à clé, s’assurant que 42 avait bien mis tout ce qu’il fallait dans son sac et n’oubliait pas ses Pokéballs avant de partir.

«  Au pire s’il y a toujours des trucs qui trainent ça me fera une excuse pour passer te voir ~ » Plaisantait le bond tandis qu’ils marchaient vers la sortie nord de Volucité.

Ils avaient prévu de passer par Méanville, Port Yoneuve, Parsemille et finalement Flocombe, qui était quasiment voisine de leur point d’arrivée. Phoenix lui disait que voir un peu de campagne risquait de lui faire un choc après n’avoir vécu qu’à Méanville, surtout s’il était originaire de la région du snobisme -à savoir Kalos-. De son côté le brun se retenait de lui expliquer dans quelle merde il avait vécu, à Kalos; ce n’était pas nécessaire. Et pas important de toutes façons.

En voyant le désert qui s’étendait entre eux et Méanville, le duo jaugea plus sage de s’arrêter à l’espèce de refuge où les dresseurs venaient faire soigner leurs Pokémon durant la journée. Certes, ils étaient motivés, mais pas au point de patauger dans le sable en pleine nuit. N’insistant pas pour prendre le lit superposé du haut puisque son ami insistait, le brun se contenta de celui du bas, déjà plutôt soulagé qu’ils aient pu trouver un endroit où dormir au lieu de devoir retourner à l’appartement. Le lendemain ils repartaient de bonne heure pour ne pas faire la même connerie que la dernière fois - et aussi parce que traîner au refuge n’était pas une bonne idée, 42 craignait d’indisposer la personne qui le tenait-, faisant route vers Méanville en retenant des bâillements. Le lever de soleil sur le désert était vraiment joli à voir, les rayons orangés dorés du levant tombaient sur le sable pour créer une belle harmonie de couleurs. En cours de route quelques dresseurs tentèrent d’engager le combat mais le brun n’était pas très motivé. Il avait besoin de se réveiller encore un peu avant ce genre de conneries. C’est donc avec un mépris et une superbe tout droit venus de Kalos qu’il les dépassa, continuant sa conversation avec Phoenix comme si de rien n’était. Ils déjeunèrent à Méanville puis partirent faire un tour du côté des ruines du château enfoui. Elles n’étaient pas faciles d’accès mais selon le blond c’était quelque-chose à ne pas rater, il ne pouvait pas partir d’Unys sans avoir compris à quel point c’était fun comme endroit. 42 se garda de préciser que des ruines potentiellement hantées n’étaient pas exactement sa notion de fun.

Ils se rendirent donc aux ruines dans l’après-midi, puisque visiblement c’était absolument nécessaire, et le burn dut bien admettre que passés les sables au relief inégal, rien que l’entrée valait le coup d’oeil. Visiblement ces étranges statues étaient des Pokémon. Mais il eut beau s’arrêter un long moment pour les prendre en photo sous plusieurs angles et les effleurer du bout des doigts, aucune réaction ne vint. Bon. Endormis, d’après un géologue à qui il posa la question. En arrivant à la partie ‘fun’ selon son colocataire, il crut avoir une crise cardiaque. Ces sables mouvants l’aspiraient c’était absolument terrifiant ! Pendant de longues secondes il avait vu sa vie défiler devant ses yeux, ne comprenant pas pourquoi Phoenix était mort de rire et ne tentait rien pour l’aider. D’ailleurs il lui fit la tête une bonne partie de la descente, appréciant assez peu cette mauvaise blague et tout le sable qu’il récoltait dans ses cheveux, chaussures.. vêtements en général. Un cauchemar. Heureusement qu’ils avaient mis des lunettes de protection pour au moins éviter d’en avoir plein les yeux. Le fond des ruines valait tout de même le détour, et la tour qu’ils croisèrent n’était pas trop mal. En rentrant à Méanville, 42 était lessivé. Ils prirent une douche bien méritée dans un équivalent d'auberge de jeunesse où ils avaient choisi de passer deux nuits. Il fallait au moins ça pour avoir une impression complète de Méanville.

Le lendemain commença tôt également, et Phoenix le traîna à travers la ville pour qu’il voie le parc d’attraction, et l’arène d’Inezia qui en faisait partie d’ailleurs. Ils firent un ou deux tours de grande roue en mangeant des barbapapa comme les gamins qu’ils étaient encore dans leur tête, et 42 se plaignit de ses mains toutes collantes jusqu’à ce qu’ils puissent passer aux toilettes pour qu’il les lave. Phoenix l’emmena ensuite voir les comédies musicales Pokémon au théâtre, puis les athlètes de sports d’équipe qui étaient au petit et au grand stade cette saison. D’ailleurs l’un d’entre eux tenta d'engager un combat avec le brun, mais il se défila bien rapidement, proposant à Phoenix de le faire à sa place. Pas que ses Pokémon ne soient pas habitués - enfin pour Void il ne savait pas mais il avait tout de même été le Branette de 500-, d’ailleurs Kyubey ne tenait pas en place pendant le combat, mais ça calmerait sans doute le Statitik de Phoenix qui n‘avait eu de cesse de le décoiffer avec de l’électricité statique depuis ce matin. Et effectivement, l’insecte avait de l’énergie à revendre. Ses mouvements étaient difficiles à suivre tant ils étaient rapides, et à en juger par l’expression de Phoenix ce dernier s’amusait beaucoup également. Il gaffait de temps à autres, et le Kalosien ne pouvait s’empêcher de remarquer rapidement les quelques défauts dans ses choix et la posture de son Pokémon, le temps qu’il lui fallait pour adapter sa stratégie, ce qu’il faudrait faire pour le surprendre et tout renverser. C’était presque un automatisme.

A l’issue du combat Kyubey enroulait ses rubans autour du poignet de 42, un air sombre sur le museau: il mourait d’envie de s’y remettre lui aussi.

Et il n’eut pas à attendre longtemps. En effet, en milieu d’après-midi le blond proposa d’aller faire un tour du côté du métro combat. Autant dire que quand bien même il l’aurait voulu, le kalosien n’aurait pas pu y échapper quoi qu’il arrive. Ils s’enregistrèrent en tant qu’équipe pour des combats en duo avant de monter dans la rame qui vint le plus vite. Leurs adversaires semblaient être des employés stressés d’une grande compagnie e Volucité venus faire une pause pour le week end. Et la pause consistait en combats Pokémon. Soit. 42 envoya Kyubey, peu désireux de laisser son monstre languir trop longtemps, et il ne serait pas exagéré de dire que le Nymphali rayonnait en arrivant sur le terrain instable offert par la rame de métro en mouvement. Ayant beaucoup moins de mal à se remettre dans le bain que son dresseur l’aurait imaginé, le monstre attaquait à une vitesse folle, laissant à peine le temps de réagir à leurs adversaires. Et il ne retenait pas ses coups, effrayant presque le Pokémon de Phoenix.

Ce dernier remarqua bien les efforts de 42 pour dire à son monstre de la jouer un peu plus en équipe pour le combat suivant, mais impossible d’effacer de son esprit le sourire qu’il avait eu. Son visage doux avait semblé complètement changé l’espace de quelques instants, et des questions sur ce qu’il avait fait de sa vie avant de venir à Unys lui traversèrent l’esprit immédiatement. Mais il préféra ne pas demander, sachant bien que le jeune homme éviterait le sujet comme il l’avait toujours fait. Pourtant l’air complètement détaché -voire froid- avec lequel il observait le combat et la vitesse à laquelle il donnait des instructions précises pour contrer ou dévier une attaque sur un autre ennemi ne facilitaient pas la tâche à Phoenix. En 7 ans de vie commune il n’avait jamais vu le brun comme ça. Autant dire qu’il avait l’impression de subitement ne rien savoir de son ami, s’il pouvait vraiment l’appeler comme ça.

C’était terrifiant.

C’était complètement grisant.

Ca faisait longtemps que le kalosien n’avait pas eu ces brefs rush d’adrénaline, et il n’imaginait pas que ça avait pu lui manquer. La rame de métro s’immobilisa à la fin d’un 5e combat dont le duo était sorti victorieux une fois de plus, leur permettant de sortir et s’aérer un peu. Kyubey sautillait presque sur place, tenant à nouveau la main de son dresseur entre ses rubans. Il semblait à peine fatigué par les combats, toujours aussi rayonnant, comme si son type fée lui donnait la capacité de sembler radieux en toutes circonstances. Ou peut-être était-ce juste qu’un peu d’exercice l’avait mis d’une humeur lumineuse, allez savoir. Il ne quittait pas son dresseur d’une semelle, et ce dernier s’autorisa un léger sourire en se tournant vers Phoenix. Le blond avait eu l’air inquiet l’espace de quelques secondes mais secoua la tête lorsque son ami s’inquiéta de son état: juste la fatigue de la journée disait-il. Ils feraient bien d’aller se coucher tôt s’ils souhaitaient partir de bonne heure le lendemain.

Leur trajet vers port Yoneuve avait bien commencé, jusqu’à ce qu'un bateau aie décide de passer sous le pont pile quand ils voulaient le traverser, bloquant le duo du mauvais côté. Ils s’occupèrent en sirotant un jus de baie venus par une femme dans une roulote au début de la route, et 42 ne pouvait nier que le rafraîchissement était le bienvenu avec la chaleur qu’il faisait. En même temps, il avait choisi de voyager en été, maintenant il fallait assumer les conséquences. Mais globalement la saison n’était pas désagréable, quand ils n’avaient pas à faire le pied de grue au soleil. Le brun avait fini par sortir un carnet de croquis pour tenter de rapidement dessiner l’un des artistes de cirque qui faisait son numéro au rythme d’une mélodie jouée par un groupe de musiciens itinérants. Il finalisait un essai moyennement satisfaisant quand le pont se remit en place, permettant à Phoenix et lui de rejoindre Port Yoneuve. Il n’y avait pas grand-chose à voir à vrai dire, sinon la mine/arène et le marché. Faire un tour dans le hangar frigorifique par cette chaleur serait probablement un grand soulagement mais l’accès était surveillé et fermé au public depuis des évènements impliquant une organisation criminelle, visiblement. Bon. Pas besoin de passer beaucoup de temps ici. Ils continuèrent donc leur route en direction de la grotte électrolyte, faisant un arrêt pour interroger des scientifiques sur leurs travaux: trouver un laboratoire en pleine forêt était au moins surprenant aux yeux du brun. Ils faisaient apparemment une fixation sur les Pokémon capables de changer de forme. Leur mascotte était d’ailleurs un Vivaldaim adorable sous sa forme été qui avait.. eu le malheur de marcher sur l’un des rubans de Kyubey, s’attirant un regard assassin de la part de celui-ci. Autant dire que 42 s’était empressé de quitter les lieux.

Ils auraient probablement directement fait route vers Parsemille si un ranger ne les avait pas prévenus des difficultés que pouvait présenter la grotte électrolyte. Bon, Phoenix l’avait déjà traversée, c’est d’ailleurs là qu’il avait capturé son Statitik, mais visiblement il était trop tête en l’air pour se rappeler que ce n’était pas simple. Surtout depuis que des installations avaient été mises en place pour utiliser l’énergie maintenant les rochers en lévitation en tant qu’approvisionnement. Les deux amis passèrent donc la nuit dans un refuge non loin de la grotte, ne manquant pas de faire remarquer à la personne qui le tenait que sa cuisine était magique, peut-être devrait-elle penser à ouvrir un snack en plus de tenir le refuge. Ils repartirent de bonne heure, traversèrent la grotte non sans que 42 se ramasse à de nombreuses reprises, finissant avec les cheveux ébouriffés comme jamais par l’électricité ambiante. Décidément, ce voyage avait décidé de maltraiter sa chevelure. Et pour ne rien arranger son ami avait pris des photos sans pitié aucune pour lui, ne les postant certes pas sur des réseaux sociaux mais difficile de ne pas deviner qu’il avait un plan derrière la tête. Malgré la fatigue occasionnée - 42 était fourbu à force de tomber, s’écorcher et se cogner-, la traversée avait pris moins longtemps que prévu. Le soleil atteignait le milieu de sa course quand ils atteignirent Parsemille et après avoir déjeuné en ville ils reprirent leur route avec pour objectif d’atteindre Flocombe.

C’était sans compter sur l’aspect périlleux du chemin à suivre s’ils voulaient éviter les hautes herbes -et le kalosien voulait éviter les hautes herbes-. Qui s’était un jour dit que ces poutres stupides et instables étaient ne bonne idée ? Certes, au moins ne marchait-on pas dans l’herbe, mais avec les technologies actuelles pourquoi ne pas faire une installation moins approximative, au juste ? On lui avait répondu en riant que c’était pour maintenir un certain charme authentique, chose plutôt rare à Unys. Haha. Le kalosien n’avait pu s’empêcher de lever les yeux au ciel: il sonnait comme une mégère de Romant-sous-bois refusant la technologie parce que « c’est contre-nature han ». Enfin, râler comme on le faisait si bien dans sa région n’allait pas changer la situation en définitive. C’est avec l’aide de Phoenix -qui lui fit certes perdre l’équilibre volontairement plusieurs fois- que le jeune homme atteignit la tour des cieux sans se briser d’os. L’idée de monter des escaliers le laissait épuisé d’avance, mais sonner le glas valait le détour selon son compagnon de route. Soit. S’il avait deviné que les Pokémon spectre de l’endroit n’auraient de cesse de lui faire des jumpscare, il aurait sans doute refusé. Son ami ne cessait de rire à ses sursauts effrayés, ce qui n’était en rien pour arranger la situation. Une fois en haut il avait limite encore plus peur de redescendre. Au moins faire sonner le glas avait-il eu un effet apaisant sur son esprit en alerte durant toute l’ascension.

Traverser le mont foré avec toutes les épreuves de la journée n’était définitivement pas une option, aussi passèrent-ils la nuit dans un refuge de montagne juste à l’entrée de celui-ci. La secouriste rousse qui était de garde ce jour-là s’excusa de n’avoir que des nouilles instantanées pour eux, mais venant d’être assignée ici elle n’avait pas fait les courses et il ne restait que les biens non périssables laissés par son collègue précédent. MAIS elle avait de la glace. Point positif s’il en est. Ils passèrent une bonne partie de la soirée à papoter avec la rousse qui était apparemment originaire de Vaguelone, et des étoiles s’allumèrent dans ses yeux bleus en apprenant que 42 se dirigeait vers Neapolis. Bon apparemment les quartiers résidentiels comme celui où il vivrait cassaient directement l’image de rêve que voulait vendre la ville et il n’était pas rare de croiser des Pokémon dans un état de santé inquiétant délaissés par leurs dresseurs une fois la mode passée, mais elle assura au brun que le jeu en valait la chandelle. Notamment s’il allait là-bas pour des études en codage et art multimédia. Il était certain de recevoir des enseignements à la pointe et de trouver un emploi sans difficultés par la suite. Certes pas mal de choses étaient faites par ordinateur désormais, mais encore fallait-il qu’il y aie des gens pour les régler, ces ordinateurs. Vers 22h la rousse et Phoenix sortirent dans l’entrée du refuge en compagnie du Musteflott de la jeune femme pour fumer une cigarette et essayer de voir des étoiles filantes -c’était la saison-, mais le brun fut trop fatigué pour se joindre à eux. Il s’endormit comme une masse, ne rouvrant les yeux qu’à une heure timide du matin, entendant leur hôte se préparer pour une patrouille dans le mont foré à la recherche d’éventuels touristes perdus.

Prenant un petit déjeuner rapide avec Phoenix, ils attendirent tranquillement l’arrivé d’un autre secouriste devant garder le refuge pendant que la jeune femme patrouillait avant de reprendre la route. Apparemment il aurait dû arriver le soir précédent, et c’était lui que Phoenix avait attendu avec la rousse en fumant une clope le soir précédent. Finalement ledit collègue fit son apparition, s’excusant avec un sourire en coin qui laissait douter de sa sincérité, et le duo partit à l’attaque du mont foré. 42 eut à nouveau son lot de chutes et de frayeurs, il faut dire que ces pierres rondes avaient un don pour glisser sur son passage. Se cognant et se ré-éraflant à plusieurs reprises sur les blessures qu’il s’était faites la veille dans la grotte électrolyte, le kalosien commençait à se demander si faire le trajet à pied n’était pas trop périlleux pour lui lorsque la sortie fit son apparition. C’est avec soulagement qu’ils débarquèrent dans Flocombe en milieu de journée, soit à temps pour manger quelque-chose dans des horaires corrects. Une fois un peu reposés ils firent un crochet rapide par la Tour Dragospire qui avait été restaurée depuis la fois où des attardés avaient abattu l’un de ses murs pour y pénétrer et invoquer un dragon légendaire. Sérieusement, ils voulaient détruire le monde ou ça se passe comment ? Comment se faisaient-ils appeler déjà ? Le brun secoua la tête, ne jugeant pas nécessaire de se rappeler de détails aussi insignifiants. C’est d’un pas décidé qu’ils firent route vers Neapolis, la ville n’étant plus trop loin. Ca permettrait de commencer à se déplacer en overboard, car si jusque-là ils les avaient toujours eus sur eux, les chemins empruntés étaient trop inégaux pour que le champ magnétique revienne correctement. Ils ne les avaient utilisés qu’en ville, et encore: à Flocombe ça n’avait pas été possible.

L’après-midi touchait à sa fin quand le duo se trouva à l’entrée de Neapolis. Cette ville faisait terriblement mal aux yeux. Qui avait trop joué avec la saturation sur photoshop en créant cet endroit, honnêtement ? Ces néons n’étaient certainement pas nécessaires. Et lui qui pensait que Méanville exagérait, il n’avait encore rien vu. Phoenix affichait un sourire radieux, visiblement plus enthousiaste que son compagnon de route. Bien. Sauf que c’était ce dernier qui allait habiter ici. Lançant Sparkle-maps sur son téléphone par commande vocale, 42 monta sur son overboard et lui téléchargea les coordonnées de son appartement avant de se mettre en route. Pas de pilote automatique, il préférait avoir le contrôle sur ce qui se passait, mais au moins saurait-il où tourner. Visiblement il était à l’autre-bout du côté de la ville par lequel il était entré. Traversant les quartiers centraux sans vraiment les regarder, il nota simplement que magasins huppés, panneaux d’affichage holographiques et adolescents au top de la mode ne manquaient pas. Ew. Se sentant rapidement agressé par toutes ces lumières vives et sans doute mis d’humeur moyenne par la fatigue du voyage, il préféra ne pas porter trop d’attention aux alentours pour le moment. Peut-être qu’à tête reposée il trouverait le centre-ville moins détestable. Et peut-être que quand il aurait mis des vêtements de ville au lieu de ses grosses chaussures de randonnée et un énorme sac à dos, on cesserait de le regarder de travers.

Pas sûr. 




toi, derrière l'écran

★ pseudo :Wonder ;D
★ age : Lol t'as cru
★ tu nous a trouvé où ? : On m'a kidnappée et trainée de force,  send help D:
★ et tu penses quoi de nous ? : Vous êtes d'horribles personnes owo
★ le mot de la fin :SPARKLE
J'ai encore trop écrit lol





avatar
Autre compte : Mag & Seth Crystal
Messages : 105
Pokédollars : 1830
zone libre : 42 écoute "Guillotine" en boucle, en ce moment
Ney & Julia & Ayachou, merci pour les ava bg

Crédits avatars> ゆう
Code signa par ©endlesslove
Equipe :

Ven 9 Déc - 3:46


Quarante Deux






carte d'identité

★ NOM & PRÉNOM : Quarante Deux.. jk
★ SURNOM : 42, c'est le seul nom qu'il donne tbh
★ SEXE : [NOT READY]
★ ÂGE & DATE DE NAISSANCE : 25 ans; né un 20 Février
★ REGION & VILLE DE NAISSANCE : Kalos - ///
★ LIEU DE RÉSIDENCE : Neapolis
★ ORIENTATION SEXUELLE : Byesexuel Chaosromantique
★ SITUATION : Dans une relation libre avec son lit

★ GROUPE : Citoyen
★ OCCUPATION : Animateur/Storyboarder pour une compagnie d'animation assez en vogue à Neapolis

pokemon



physique

★ taille : 170 cm
★ corpulence : fine, on a tendance à lui trouver l'air smol même si y'a clairement pire
★ cheveux : Bruns dans le genre chocolat, plutôt courts, wtf is a brush ?
★ yeux : Brun-doré, amusez vous avez la luminosité
★ peau : Claire, pas de façon inquiétante tho
★ style vestimentaire : En toute honnêteté si 42 pouvait vivre en sweat-shirt il le ferait. L'ennui c'est qu'il bosse hors de chez lui. Du coup il met souvent des pulls larges mais déjà plus soignés d'apparence. Sinon c'est généralement jean basket, débardeurs et t-shirt sans manches en été. Pas exclu qu'il porte des robes, demandez pas pourquoi.
★ particularités : Vieille cicatrice dégeu à l'omoplate droite, vraiment pas très jolie il a dû la soigner n'importe-comment. Non ils vous dira pas d'où ça sort.
★ avatar : Black/Touya - Pokémon BW

anecdotes

★ Cringe beaucoup devant la notion de mode des ados de Neapolis. Fûte, c'était cool au siècle dernier, et encore. Ramenez le à Kalos ces rosettiens ne savent pas s'habiller.
★ Apprécie d'aller faire un tour du côté de Basilia ou s'une zone de campagne peu urbanisée le week-end, c'est reposant.
★ Ponctuellement regardé de travers par des gens d'Atlas qui marmonnent 'memelord' en croyant qu'il n'entend pas. Ne comprend absolument pas d'où ils sortent ça, cela dit.
★ Non ce sweat à capuche Moustillon n'est pas là pour décorer, il en effectivement un dans lequel il se planque les jours où il est certain qu'il ne mettra pas le nez dehors.
★ Doux de nature. Aime se détendre. Préfère les aliments sucrés. Oui ceci est la description de 42 si vous allez sans " Pokémon>résumé "
★ S'endort facilement mais se réveille facilement aussi, s'il se met à pleuvoir au milieu de la nuit il va l'entendre et se réveiller, même pour pas longtemps. Son sommeil semble consister en série de siestes.
★ Sa playlist la plus utilisée contient "Do I wanna know" , "Queen of France", "505" et "Young God".
★ 99% bad luck, honestly
★ Probably chaotic good & INFP
★FLOWER CROWNS




mental

42 est quelqu’un d’assez discret, il ne se met pas en avant plus que nécessaire, il se sent mal à l’aise quand il lui faut élever la voix ou que subitement toute l’attention est dirigée sur lui. Un rien le fait rougir comme pas possible, que ça soit un compliment, un flirt ou simplement beaucoup plus d'attention qu’il ne pense en mériter. Pas que ça soit désagréable.. enfin si, c’est désagréable en un sens, mais c’est juste trop pour lui. Il n’est pas assez, c’est perdre du temps que de s’intéresser à lui Surtout qu’il a généralement l’impression de faire les choses de travers, pourquoi regarderait-on dans sa direction autrement ? Pas très sûr de lui, il part toujours du principe que ce qu’il fait ou dit n’est certainement pas assez bien, ou qu’il y a quelque-chose qui déconne dedans, quand bien même il fait de son mieux pour s'appliquer. Qu’est-ce qu’il a encore merdé ? Ce ne serait pas une première, avec cette maladresse qui le caractérise. Roi des pansements et bleus en tout genre, 42 semble attirer toute la malchance de la terre, et c’est le genre d’idiot qui va s’excuser auprès d’un poteau qu’il n’a pas vu son son chemin lorsqu’il marchait avant de réaliser que ce n’est pas un être humain. Dans un autre registre, s’il commence une peinture vous pouvez être certain de le retrouver avec de la peinture un peu partout, y compris dans les cheveux pour une raison inconnue. Parfois il utilise ses mains plutôt que des pinceaux, aussi, ça n’aide pas vraiment.

D’ailleurs 42 est très porté sur l’art, en dehors de son boulot qui consiste à faire des storyboards et des fonds avec une tablette graphique, il dessine beaucoup à la main. Il aime beaucoup utiliser un crayon pour gribouiller des personnages qui lui passent par le tête, ou des gens qu’il a croisés et qu’il connait et qu’il trouve chouette de mettre sur papier. Il a de nombreuses esquisses de sa soeur jumelle qui fut son premier modèle, étant la personne qu’il voyait le plus souvent. Bien sûr elle n’a pas manqué de le charrier quand elle l’a remarqué, et il a cru mourir de honte, mais en définitive elle n’a fait que l’encourager. De toutes façons même pour sauver sa vie il aurait certainement été incapable de mentir. Il est certes assez secret, dissimulant pas mal de choses à son sujet par peur de regretter d’avoir parlé, mais c’est surtout des omissions. Il ne parle pas de lui, pas trop, Il n’y a rien d’intéressant chez lui de toutes façons s’il a l’impression que vous ‘approchez’ trop il répond à côté avec un sourire maladroit ou dit simplement qu’il ne sait pas, qu’il a oublié ou qu’il n’y a jamais réfléchi. Parce qu’il réfléchit parfois ? Haha Bien sûr c’est faux, ses mensonges sont rarement très crédibles et il est trop poli ou trop lâche ? pour vous dire de but en blanc qu’il n’a aucune envie d’en parler et que vous devriez vous mêlez de vos affaires, mais il ose espérer que vous comprenez le message. Parce que vous n’avez sans doute pas envie qu’il vous le fasse comprendre clairement. Très doux en règle générale, 42 n’est pas quelqu’un qui deviendra violent si vous le poussez à bout -il risque plus de fondre en larmes tbh- mais étant assez instable émotionnellement il pourra s’avérer d’une cruauté surprenante dans ses paroles.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il n’est pas très à l’aise avec les autres et préfère ne pas les laisser en comprendre trop sur lui ou ce qui se passe dans sa tête. 42 est plutôt fragile émotionnellement, un mot de travers peut le faire partir directement sur une mauvaise pente et il n’a aucune envie de subir ça. Ca lui faciliterait la tâche de savoir enfermer ses émotions à double-tour et paraitre d’une joie de vivre à toute épreuve comme le fait sa jumelle, mais visiblement d’eux-deux c’est elle qui s’est accaparé le capital ‘faking it like a boss’. Lui n’est pas très doué pour ça. Il essaie de garder tout ça sous contrôle mais il a clairement des progrès à faire. C’est sans doute pour ça qu’il est plus à l’aise seul, à explorer des idées de nouvelles choses à essayer de dessiner, des projets à mener à bien, il ne manque pas de créativité, parfois même excentricité, bien qu’il aie souvent un peu de mal à expliciter ce qu’il prévoit exactement. La communication ne lui vient pas facilement parce que ça le rend nerveux, mais une fois calmé il est très clair. Il peut même se montrer assez curieux par rapport à vos propres idées, si parler de lui n’est pas vraiment ce qu’il préfère, il pourra vous écouter des heures et partager des anecdotes sur des choses qui lui ou vous sont arrivées.  S’il est curieux à votre sujet il ne s’en cachera pas, il ne fait pas ça très bien, une fois de plus. Mais ce n’est pas comme si on risquait quoi que ce soit avec lui. Patient et plutôt altruiste, il s’assurera de soutenir ceux qu’il apprécie en toutes circonstances, du moins dans les limites de ses capacités.

Mais 42 est très injuste dans le fond. Il veut en apprendre sur vous, il veut aider et on peut tout à fait lui faire confiance pour ne pas déblatérer sur ce qu’il a appris et causer du tort mais lui.. non, lui en vous laissera pas approcher. Il ne vous dira même pas son prénom. Il n’a pas besoin de tant d’attention, il ne veut pas de tant d’attention. Il ne mérite pas tant d’attention, ne perdez pas votre temps. Très égoïste de sa part, mais s’il s’en rend compte le brun s’en moque. Ou alors il n’a simplement pas envie d’y penser.




histoire

Passé le centre-ville les rues se firent rapidement moins lumineuses. Moins peuplées et moins propres, aussi. Plusieurs fois il manqua de renverser des Pokémon errants dans un état de santé relativement inquiétant. Qui avait laissé traîner ces monstres seuls, sérieusement ? Ils étaient trop jeunes pour être laissés sans aide. Ca faisait vraiment mal à voir mais Phoenix lui rappela qu’il allait vivre en colocation dans un appartement pas très grand localisé dans la zone la plus miteuse de la ville. Jouer les bons samaritains n’était clairement pas dans ses moyens pour le moment. Au pire il n’aurait qu’à regarder sur le net s’il n’y a pas un refuge pour s’occuper de leur cas. Ils finirent par arriver au bas d’un immeuble pas terriblement engageant, et le jeune homme téléphona à son colocataire qui normalement l’attendait, n’ayant pas la clé. Ils attendirent deux ou trois minutes avant qu’un garçon de l’âge de 42 avec des tatouages edgy et un léger accent kalosien ne fasse son apparition.

« Wow, je t’attendais plus Quatre ! »

S’exclama-t il en kalosien, un sourire aux lèvres. Il l’aida à porter son sac bien que ça ne soit pas nécessaire puisqu’ils prenaient l’ascenseur et assura avoir fait de son mieux pour ne rien casser en déplaçant ses cartons. Heureusement qu’il n’en avait pas beaucoup car son colocataire n’avait pas menti dans l’annonce: il y avait fort peu de place. Assez pour que deux personnes y vivent mais c’était limite.

« Euh.. Adriel, une idée de comment on va héberger Phoe pour la nuit ? Parce que je doute qu’il trouve un hôtel par ici.. »

Le roux haussa les épaules en guise de réponse, visiblement embarrassé: il n’y avait qu’un lit double dans l’appartement, mais ils pouvaient bien se démerder pour lui emménager un truc avec le matelas de camping qu’avait Adriel pour une raison obscure et des couvertures. Quelques secondes 42 considéra de prendre la place de Phoenix sur le lit improvisé, à vrai dire. Certes il l’avait su en choisissant la colocation, mais partager un lit avec quelqu’un qu’il rencontrait tout juste aujourd’hui était assez embarrassant. Mais passées quelques secondes de réflexion il se résigna: il allait devoir s’y habituer de toutes façons, et le plus tôt serait le mieux. Le roux s’occupa de faire un truc correct à manger -des pâtes- pendant que les deux autres prenaient une douche à tour de rôle et commençaient à défaire les cartons du nouvel arrivant. Il restait au moins un mois avant le début des cours, avec un peu de chance il s’habituerait à la ville d’ici-là. Lorsqu’Adriel les appela pour manger sur la petite table de la cuisine, ils ne se firent pas prier: marcher aussi longtemps et aussi régulièrement ces derniers jours les avait littéralement lessivés.

Le lendemain personne n’était vraiment motivé à se lever tôt, et malgré le malaise à l’idée qu’il y aie quelqu’un d’autre à l’autre bout du lut 42 resta confortablement installé sur celui-ci. Ils émergèrent lentement à 9h30 quand Phoenix se leva pour faire du café, peinant un peu à trouver le nécessaire dans cet appartement inconnu. Le kalosien se leva juste après pour piquer du café au blond, attendant patiemment qu’Adriel fasse de même car il avait bien vu que son colocataire ne dormait plus. Il fixait le plafond de l’air vide qu’ont les gens qui ne peuvent plus dormir mais ont la flemme de se lever. Vers 10h ils étaient opérationnels, Adriel s’étant mis en tête de montrer un peu la ville à 42 puisqu’il venait d’arriver. A vrai dire ils commencèrent par leur quartier, à savoir la supérette la plus proche et le refuge Pokémon s’il se sentait d’humeur à ramener ces monstres errants là-bas. Finalement pas besoin de chercher sur internet. En allant vers le centre-ville les couleurs explosaient, et le brun n’avait pu s’empêcher de plisser les yeux: c’était à peu près aussi douloureux qu’hier, n’arrêtaient-ils jamais avec ces panneaux ? Certains adaptaient leur affichage au passage d’Adriel et ce dernier expliqua avec un grognement que d’une faon ou d’une autre ils avaient sans doute eu accès à son historique d’achats, quelque-chose du genre, ce n’était pas rare à Neapolis. 42 se fit une note mentale de coder un programme protégeant ses données personnelles, assez mal à l’aise à l’idée d’être espionné en ligne. Sérieusement, c’était du marketing certainement efficace mais il préférerait éviter d’y participer.

Ils finissaient de manger quand Phoenix décida de retourner vers Volucité. Enfin, il avait un crocher à faire quelque-part avant, mais l’idée était qu’il quittait Neapolis et ne reverrait sans doute pas 42 avant un moment. Et ce dernier avait beau faire de son mieux et se dire que flûte, ils pourraient toujours parler, c’est pas les moyens de communication qui manquaient, il n’avait pu s’empêcher de commencer à pleurer comme une madeleine. Ils avaient fait le trajet ensemble pour rendre les au-revoir plus faciles, les étirer en longueur en quelques sortes, mais il était incapable d’arrêter de sangloter comme un gamin tandis que Phoenix caressait son dos lentement pour tenter de le calmer. Finalement il sortit son Gériaigle de sa pokéball et grimpa sur le dos de la créature après avoir ébouriffé une dernière fois les cheveux de son ami, un sourire qui se voulait radieux sur le visage. Parce que contrairement à 42, l’unyssien avait attendu qu’il n’y aie personne en vue pour se mettre à pleurer. Ce n’est qu’une fois assez haut, alors qu’il faisait de grands signes aux deux silhouettes restées à terre, que sa gorge s’était vraiment serrée et qu’un sanglot était remonté dans sa gorge. En définitive ils n’étaient vraiment que des gosses, tous les deux.

Adriel n’était pas désagréable, une fois qu’on dépassait une épaisse couche de sel et de sarcasmes. Il n’était visiblement pas du tout entraîné dans cette course aux tendances qui caractérisait Neapolis, comme en témoignaient ses t-shirt sans manches et jeans déchirés non pas pour le style mais par l’usure ainsi que sa notion assez approximative de coiffure. C’était le genre d’idiot à faire des figures 10 fois trop dangereuses en overboard et sortir taguer les murs ayant des panneaux d’affichage qui l’agaçaient trop une fois la nuit tombée. Autant dire qu’il avait fini au poste plusieurs fois, mais rien qui l’effraie vraiment apparemment. Coïncidence intéressante, il s’était inscrit à la même école d’art multimédia que son colocataire. D’ailleurs il lui montra le chemin le plus court pour y accéder en overboard, et ses raccourcis avaient beau être parfois un peu limite, il fallait admettre que s’ils partaient en retard le matin c’était de loin les meilleures options. Ils passèrent la semaine qui suivit l’arrivée du brun à s’arranger pour que ses affaires rentrent dans l’appartement en plus de celles de son colocataire, exercice périlleux mais pas impossible. La connexion internet fonctionnait étonnamment bien et Adriel expliqua que s’il y a fait bien une chose qui n’était quasiment jamais dysfonctionnelle à Neapolis, c’était bien internet. Voilà qui allait être très pratique pour reprendre ses petits jobs de codage.

Les semaines d’été restantes furent passées à bosser sur un programme pour protéger leurs données personnelles, Adriel ayant également quelques notions de codage mais n’ayant jamais finalisé quoi que ce soit de fonctionnel. Leurs journées étaient souvent rythmées par l’excitation de voir si les panneaux d’affichage changeaient sur quelque-chose d’accusateur à leur passage et la déception de voir qu’ils avaient encore des ajustements à faire. 42 s’acclimata à son nouveau colocataire plus vite qu’il ne l’aurait anticipé, si bien qu’à une ou deux semaines de la reprise des cours, il servait de toile à Adriel.

Enfin, de toile, attendez que j’explique.

Disons qu’autant le brun était porté sur le dessin, autant l’autre préférait de loin la peinture. Plus précisément le bodypainting, et il fallait admettre que le faire sur lui-même limitait assez rapidement les possibilités. Il avait donc fini par convaincre 42 de lui laisser son dos pour une après-midi, qu’il s’amuse un petit peu. Passées quelques protestations ce dernier avait fini par s’assoir en tailleur sur une large nappe en plastique protégeant le sol de l’appartement, un bouquin à la main tandis qu’Adriel se mettait à l’oeuvre. A vrai dire le kalosien eut des fourmis dans les jambes bien rapidement et changea de position plusieurs fois avant de décider que s’allonger sur le ventre devrait faire moins mal. Ca ne l’empêcha pas d’avoir mal aux côtes une fois la peinture d’Adriel terminée, mais ça aurait pu être pire. Ce dernier rayonnait et le pria de ne pas trop bouger histoire que ça sèche un peu et qu’il prenne des photos pour son blog. A vrai dire l’idée que des photos de lui torse-nu se retrouvent sur internet était particulièrement embarrassante aux yeux de 42. Néanmoins la peinture étant sur son dos il fut assez simple de s’arranger pour qu’on ne voie pas son visage, ou simplement le bas de celui-ci pour l’une des poses que le roux avait voulu le faire prendre.

Lorsque les cours reprirent le temps commençait à se rafraîchir et 42 put constater que contrairement à l’appartement qu’il avait partagé avec Phoenix, celui-ci était chauffé par le sol. Visiblement c’était la norme dans cet immeuble. Bon, ils ne pouvaient régler la température que de façon très relative, mais au moins le sol n’était-il pas froid quand il sortait de la douche, par exemple, chose appréciable. L’ambiance de son établissement était plutôt sympathique, et hormis amis d’Adriel, il réussit à s’entendre avec plus de monde qu’il l’aurait imaginé, comme quoi devoir mener des projets en groupe n’était pas toujours une insupportable torture. Ils connurent plusieurs logiciels, plusieurs projets multimédia qui finirent parfois utilisés dans des publicités, et autant dire que la vision que le burn avait de ces grands panneaux d’affichage n’avait pas tardé à changer. Il scrutait avec attention pour voir si l’un des modèles 3D qu’ils avaient codés étaient utilisés, par exemple, l’école travaillant en étroite collaboration avec l’industrie de la publicité. Au bout de la première année le programme protégeant les données personnelles d’Adriel et 42 était finalisé, et fonctionnait étonnamment bien. Souvent ils ricanaient lorsque les panneaux tentaient de changer leur publicité et finissaient par avoir un bug et s’arrêter sur une image ou simplement revenir à leur affichage initial. Une petite victoire sur Neapolis, avait assuré Adriel. Ca ne fonctionnait pas avec tous les appareils mais c’était un bon début. Peut-être qu’ils pourraient le vendre en tant qu’adbloc, s’ils réussissaient à l’améliorer.

Au bout de 2 ans le jeune homme avait terminé son cursus et pouvait intégrer le monde du travail. Certes, il travaillait déjà, mais disons que ce n’était rien de bien officiel, rien de bien net non plus. Pas qu’à un moment dans sa vie il aie été particulièrement net - c’est d’ailleurs pour ça que depuis qu’il avait quitté Kalos il se faisait appeler 42 au lieu de son prénom-, mais à un moment ou un autre il faudrait bien se calmer. A sa grande surprise, faire circuler son CV en ligne mena à des réponses assez rapides de la part de divers champs d’activités, mais ce qui attira son attention fut le message d’un studio d’animation assez populaire à Neapolis qui recherchait du personnel pour dessiner les fonds, vérifier les animations et faire quelques storyboards sur leur dernier dessin animé en date; Siam VS the forces of evil. De mémoire les characters design étaient intéressants et l’animation déjà franchement fluide, autant dire qu’on attendait pas mal de lui si on langeait là-dedans. Mais les recruteurs devaient savoir à qui s’attendre puisqu’il avait mis le lien d’un site créé avec Adriel où il postait la plupart de ses travaux, histoire de donner une idée de ce qu’il savait faire. C’est donc en ravalant sa nervosité qu’il accepta leur proposition sans trop tarder: ce serait bête que quelqu’un d’autre prenne le poste entre-temps.

Il commença à travailler plus tôt qu’il n’avait repris les cours l’année précédente, mais ça ne pouvait pas faire trop de mal. Disons que ça ne le gênait pas. De son côté, Adriel cherchait toujours un emploi. Enfin, il avait eu plusieurs propositions, à sa grande surprise d’ailleurs, mais rien qui lui semble assez intéressant pour l’instant. Le studio d’animation était toujours plein de monde, et au départ 42 faillit paniquer et repartir tant il avait peur de gaffer, d’entrer dans la mauvaise pièce.. et de déranger quelqu’un en demandant son chemin. Heureusement, l’une des employées remarquant son embarras, il fut rapidement dirigé dans la bonne direction et fit connaissance avec l’équipe qui s’occupait de Siam VS the forces of evil. Contrairement à ce qu’il se serait imaginé pour une compagnie aussi grande, ce n’était pas des gens très sérieux. Les blagues nerdy pleuvaient, ne tardant pas à détendre le brun qui était crispé depuis ce matin. Il passa sa pause déjeuner avec l’autre personne responsable des fonds, un jeune homme originaire de la Ville Noire avec un visage plutôt fermé et les cheveux teints en bleu. Son humeur avait rarement l’air de dépasser le niveau ‘ras les pâquerettes’ et il distribuait des sarcasmes à n’en plus finir, mais en s’acclimatant ce n’était pas quelqu’un de foncièrement désagréable. Sa plus grande frayeur de la journée, en définitive, fut une bête féroce de couleur rose qui sauta sur son clavier en milieu d’après-midi avant de venir se coucher sur ses genoux en ronronnant bruyamment. Son collègue aux cheveux bleus râla contre cette satanée boule de poils surnommée Mischief -comme le Pokémon de Siam dans le dessin animé- qui était la mascotte de l’équipe et se montrait franchement collante par moments.

Deux semaines plus tard Adriel avait trouvé un emploi à son tour, et un emploi qui le motivait visiblement beaucoup. Bonne nouvelle aux yeux de son colocataire, il avait semblé un peu découragé au début. De son côté 42 avait visiblement été adopté par Mischief, la bestiole le suivant partout on finit par lui dire de la garder, ça leur ferait des vacances. Ca ferait notamment moins de bordel dans leurs bureaux en début de matinée, parce qu’il arrivait que les responsables de la bête soient assez irresponsables pour la laisser hors de sa pokéball entre la fermeture et la réouverture des locaux. Au départ Kyubey apprécia assez moyennement cette bestiole qui n’en finissait pas de sautiller, mais il faut croire qu’à force de manquer de se faire étrangler par des rubans elle s’était un peu calmée. Comme quoi ce Nymphali savait se montrer persuasif si le besoin s’en faisait ressentir. Adriel trouvait le monstre pénible quoique craquant mais ils s’étaient mis d’accord pour ne la laisser libre qu’au studio d’animation où travaillait le brun; leur appartement ne pouvait clairement pas supporter autant d’énergie. Déjà qu’étant des gens très ordonnés, ils peinaient à garder le sol assez dégagé pour y marcher. Des adultes responsables, tu parles. La grande majorité du temps ils se réfugiaient sur le lit, seul espace dégagé, pour passer leur peu de temps libre à glandouiller devant un film, gribouiller ou se peindre dessus mutuellement. 42 avait d’ailleurs incité son colocataire à essayer le dessin sur tablette graphique. Il n’en avait pas et utilisait la sienne, du coup, mais passé le stade « comment ça fonctionne cette merdeqnoeirmhip » il s’en sortait assez bien pour trouver l’idée intéressante.

La première année se déroula calmement, la seconde.. pas tellement. Disons que niveau professionnel il n’y avait pas de problèmes particuliers, en revanche une tornade avait fait son apparition dans le vie de 42. Ou plutôt sa réapparition. Au départ c’était qu’un innocent e-mail qu’il aurait sans doute viré dans les spam directement, le nom du destinataire étant pas spécifié, si ce n’était pas signé ‘500’. Le doute l’avait immédiatement pris: bordel et si c’était bien elle ? Ca faisait bien 10 ans qu’ils n’avaient pas été en contact et cette attardée le recontactait par mail.. en envoyant un fichu gif. Ouais, il fallait admettre que ça ressemblait beaucoup à 500, aussi agaçant que ça semble au premier abord. Jaugeant inutile de répondre puisque l’adresse e-mail était masquée et sans doute pas la vraie de toutes façons, le brun s’appliqua plutôt à tracer la source du message. Si elle lui avait envoyé un message c’était bien pour qu’il la retrouve. Il savait que sa jumelle était excellente en hacking, elle aurait très bien pu s’arranger pour ne pas laisser de traces détectables par le brun, mais en cherchant un peu il réussit à atteindre une sorte de ChatBox intitulée «  lol tu t’en es sorti je m’y attendais pas ». Définitivement 500. Il était bien 3h du matin lorsque 42 avait réussi à l’atteindre, et de l’autre côté du lit Adriel sommeillait tranquillement, aussi ne s’attendait-il pas à ce qu’un message apparaisse directement après sa connexion. D’ailleurs son pseudo automatique était «  best bro » . Sérieusement, il avait une violente envie de la frapper une bonne fois pour toute.. ou la serrer dans ses bras.. ou les deux, ce n’était après tout pas exclu.

Il passa la nuit à parler avec 500 sur sa ChatBox chelou, il faut dire que 10 ans ça ne se rattrape pas en 5 minutes. S’il regretta son choix le lendemain ? Terriblement. Parce que certes c’était Dimanche matin, mais ça ne l’empêchait pas d’être complètement explosé.  Enfin, il apprit tout de même qu’elle était revenue à Volucité pour le chercher, persuadée qu’il n’aurait pas bougé, et s’était retrouvée comme une idiote chez Phoenix quand ce dernier lui avait appris qu’il avait déménagé à Rosetta. Autant dire qu’elle s’était sentie terriblement intelligente de ne pas avoir cherché à le tracer pour vérifier sa position au lieu de se lancer tête baissée vers Unys. Enfin bon. Elle était pour le moment à la recherche d’un appartement dans ses moyens à Astéria, mais avec les moyens de transport à actuels venir lui rendre visite à Neapolis ne devrait pas être trop difficile. Bien sûr elle n’avait pas précisé quand elle viendrait, ce qui le laisserait appréhensif pour la semaine de boulot à venir.

Meilleure jumelle du monde.

Frappez la, sérieusement.

Mais ce n’est pas comme si elle lui avait souvent facilité la vie de toutes manières. Phoenix l’appela en milieu de journée, mort de rire en lui racontant que sa copie crachée version féminine s’était pointée chez lui et le cherchait. Haha. Ouais, il avait passé la nuit à parler à cette quiche, il était bien au courant de sa volonté soudaine de revenir dans sa vie. Allez savoir ce qu’elle avait foutu ces dernières années. La jeune femme s’était défilée en disant que ça n’avait rien de bien important, puisqu’après tout elle s’en était sortie vivante. Visiblement elle avait fait la morte un moment dans la région Oblivia, remis les pieds à Kalos brièvement puis préféré Almia, mais elle était restée silencieuse concernant ses activités et la cause de ses déplacements. Soit. Si ce n’était pas important il n’allait pas creuser, sachant très bien à quel point 500 serait obstinée dans sa volonté de lui cacher la vérité.

Elle ne se manifesta que le week-end suivant, vers 8h30 du matin. Sérieusement, choisir une heure un peu plus avancée de la journée l’aurait tuée ? En entendant les coups à la porte Adriel s’était contenté de grogner de mécontentement, s’accrochant fermement au bras de 42 quand il se décida à quitter le lit pour aller répondre.

«  Quatre, reste-là j’ai froid. Il est putain de 8h cet abruti à la porte aura qu’à revenir. »

Ouais, c’était la réaction rationnelle. Mais ayant très bien en tête la possibilité que ça soit sa jumelle, 42 s’était arrangé pour se dégager de l’étreinte du roux. Enfilant rapidement autre-chose qu’un pyjama, il ne fut nullement surpris de tomber sur sa copie conforme en ouvrant la porte. Non pas sa copie conforme en femme, sa copie conforme tout court. 500 avait la fâcheuse habitude de s’habiller en homme à l’occasion, pour des raisons qu’elle n’expliquait jamais, et visiblement c’était un de ces jours. Rayonnante, elle lui sauta au cou une fois la porte refermée, manquant de le faire tomber tant il ne s’y attendait pas. Il l’amena vers la cuisine, commençant à faire du café tandis qu’elle déposait son sac par terre et un sachet contenant des viennoiseries sur la table. Ah, charmante attention, elle s’améliorait. Il ne se rappelait pas qu’elle soit si attentionnée. Peut-être était-ce une façon de s’excuser pour son heure d’arrivée pour le moins indécente. Ils passèrent une ou deux heures à parler des raisons de son départ et de ce qu’avait fait le jeune homme en son absence, et les yeux de 500 s’illuminèrent à la mention de Siam VS the forces of evil: cette grande gamine se faisait des marathon du dessin animé quand elle avait des nuits à perdre. Sérieusement, son hygiène de vie ne semblait pas s’être beaucoup améliorée avec les années.

Vers 10h moins le quart Adriel arriva dans la cuisine en étouffant un bâillement et s’affala contre le dos de 500 en se plaignant qu’il était trop tôt pour être debout avant de réaliser que ce n’était pas 42 et qu’il y avait son colocataire en double dans la cuisine. Passé un moment de confusion -500 dut enlever sa perruque pour calmer le roux-, le kalosien expliqua la situation et par la même occasion la raison pour laquelle il n’avait pas dormi de la nuit entre le samedi et le dimanche précédent.  Ils passèrent la journée ensemble à flâner du côté du parc d’attractions de Neapolis avant que 500 ne reparte vers Astéria, avec toutefois la promesse de lui refaire des visites surprise quand elle aurait le temps. Pas sûr que ça soit quelque-chose de très rassurant.

Ca fait maintenant 3 ans que 42 bosse pour les studios d’animation, et apparemment son travail plait puisqu’on lui demande de plus en plus de storyboards mais également des idées de character design pour de nouveaux projets à lancer. Ce lui fait certes plus de travail sur les bras, mais ce n’est pas vraiment pour lui déplaire. Notamment parce que son salaire lui a permis d’emménager dans un appartement plus proche du centre ville et par la même occasion de l’endroit où il bosse. Moins de trajet le matin, enfin une bonne nouvelle. Bon par contre il est toujours en colocation, faut pas déconner non plus, le brun est loin de rouler sur l’or, mais Adriel n’est franchement pas désagréable. Maintenant qu’ils ont un peu plus de place ils réservent un mur de la pièce à vivre à une grande fresque sur le thème de l’espace qu’ils continuent à leurs heures perdues.



toi, derrière l'écran

★ pseudo : ;DDD
★ age : Pars du big bang et commence à compter
★ tu nous a trouvé où ? : Dans ma poche. Qu'est-ce que vous fichez là srsly ?
★ et tu penses quoi de nous ? : Je veux un câlin owo
★ le mot de la fin :SPARKLE
J'ai encore trop écrit lol





avatar
Messages : 81
Pokédollars : 582
Disponibilité : oui
zone libre : les rageux vont rager
Equipe :

Ven 9 Déc - 16:46
42 crying JE t'ATTENDAIS.

bah putain on m'a promis 42 pages pour le coup je suis sûre que y a de quoi remplir un livre.
Je suis pas là pour te valider j'ai pas fini de lire ton histoire moi
42 est super cutie j'aime le mental de ton perso ♥ et pour le coup il m'intrigue donc je m'en vais lire la suite sort sort



s t a r

merci takeshi & Julia pour les vava ♥
avatar
Messages : 112
Pokédollars : 499
Ven 9 Déc - 17:30
☄ validation  

Félicitations, tu es validé ! ✧・゚: *✧・゚:*

quoi ?  finn blush  finn blush  finn blush
Ceci est la réaction que j'ai eu en lisant, no joke ! Franchement, cette fiche est hypra longue, omfg, mais 42 est si kewl et cute, il mérite tellement plein de câlin et de coupon promo pour des Takeschips !

J'ai très hâte de le voir InRP, alors fais nous rêver ! ;)

_____________________

★ Tu peux donc désormais recenser ton avatar ICI
★ Rechercher des amis/plans cul/whatever ICI
★ Remplir ta T-card ICI
★ Appeler ta mère ICI
★ Et enfin, tu peux aussi quémander des RPs ICI

Que les étoiles te guident à travers Rosetta ♥




Merci de ne pas envoyer de MP à ce compte.
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lucky dime caper staring donald duck
» [Sonic] Remember what you're staring at is me
» Storming boy staring at my eyes [Côle]
» [Review] BIONICLE 7116 : Tahu Stars (Chienly67)
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Alex Kidd in Miracle World.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: